mon histoire

Messagede jean luc » 06 Oct 2009, 15:35

JEAN-LUC
56ANS
Cadre commercial
En arret maladie depuis plus d un an

Je vais vous apporter mon temoignage avec la plus grande sincerite esperant qu il aidera et donnera de l espoir a beaucoup d autres.
Malade alcoolique depuis de nombreuses annees je suis passe par tous les stades de l alcool jusqu a la mise en danger reguliere de ma vie.
Mon premier contact avec l alcool remonte a mon enfance ou dans ma famille alors que je n avais qu une dizaine d annees il etait normal de colorer mon eau avec un peu de vin.
Mon entree au lycee fut auussi la rencontre avec l ivresse que procure l alcool.
A 18ans l alcool festif coule deja a flot pour faire la fete et draguer les filles;
A l entree dans le monde professionnel il supprimait la fatigue et donnait de l assurrance et de l aisance.
Dans ma carriere de commercial l alcool m aida a combler mes inhibitions et a reussir pas mal de contrats commerciaux.
L engrenage etait pris et ma consommation d alcool n etait plus normal mais je ne m en rendais pas compte du tout.
C est a l age de 40ans que fatigue' physiquement et moralement ,l alcool compensant tant bien que mal mes fatigues et mon mal etre.J eu l idee de consulter un psychiatre en milieu hospitalier qui compris le probleme sur l instant et me proposa une cure de 4 semaines pour le lendemain matin.J acceptais et ce nest que le landemain au cours du repas pris en commun ou je fut incapable de manger les petits pois qui fuyaient obstinement ma fourchette.
A ce moment je compris que j avais un probleme avec l alcool on ne parlait pas encore de maladie.
Depuis cette date je mis tout en oeuvre pour m en sortir cures, medocs(aotal,esperal,seresta stablon ect.....) Associtions les AA,Vie Libre, psycologues ,alcoologues et toute la volonte que je mettais n etait pas suffisante et je rechutais irremediablement avec des alcoolisations de plus en plus massives m entrainant chez les pompiers chez les flics(salle de degrisement) aux urgenges des hopitaux pour sevrage ou recevoir quelques points de sutures;
Bref la descente aux enfers avec la conviction que je m etais ma vie et celles des autres presque chaque jour mais rien ne pouvais m arreter.

Au mois de decembre 2008 un cadeau de noel le livre de O. Ameisen .Je l ai devore ,pris contact avec lui et fin janvier j avais un rendez vous a geneneve avec un medecin extraordinaire a qui aujourd hui on veut creer des ennuis(triste monde).
Toujours avec cette envie de m arreter il me prescrit du BACLOFENE a fortes doses suivant un protocole assez rapide pour arriver a 250mg/jour.
Aujourd hui plus de 8 mois apres ma vie a totalement change stabilise a 190mg/jour.
J ai remis l alcool a sa juste place un produit de consommation qui existe comme les autres mais dont je n ai plus aucune attirance particuliere et qui me laisse totalement INDIFFERENT.Jje crois que le terme indifference est le plus approprie pour definir l effet du baclofene.
Bien sur je ressent quelques effets indesirables ,somnolence au debut secherresse nasale picotements des yeux douleurs musculaires et articulaires mais si mon indifference est a ce prix je l accepte.
Leplus gros travail que j entreprends aujoud hui est la reconstruction avec ce lourd passif.
Je garde espoir et je voudrais dire a tous ceux qui souffrent de l alcool et qui veulent s en sortir n hesitez pas le baclofene ca marche et vous change tellement la vie.

Un merci tout particulier a ce medecin dans le Sud qui a pris le relais de geneve.

Un merci aussi au createur de ce site avec le soucis je l espere de le preserver pour des gens particulierement concernes.
D autres medecins aujoud hui prennent le relais et c est avec eux que le baclofene fera ses preuves et aidera tant de personnes dans la souffrance et l esclavage de l alcool
jean luc
 
Messages: 2
Inscription: 01 Oct 2009, 18:33

Retourner vers Nos témoignages de guérison

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron

x