Posté: 01 Sep 2013, 15:44
de Sandrine
Oui, causons-en.

Mais pour l'ex de ma sœur, si l'alcool est peut-être dissociable de ses conneries, le symptôme "dépendance" ne l'est pas.

Si c'était pas l'alcool, ce serait quoi d'autre? Je veux dire, il ne s'est pas tué en bagnole malgré une dizaine d'accidents graves, mais est-ce que d'autres symptômes lui auraient été plus ou moins dommageables... je ne sais pas. En tous cas, les relations avec sa famille en seraient à peu près au même point.

Là, je me dis une fois de plus que le fait que ce soit l'alcool qui soit le truc le plus visible, c'est anecdotique. Le mal-être en-dessous amène fatalement à l'explosion des liens avec ses fils. C'est pour ça que je suis hyper-réticente quand on accuse l'alcool, en soi, de tout le reste; enlève l'alcool, il reste... tout le reste qui pourrit les relations. Et ça fait une conchiée de trucs, qui ne vont pas s'arranger juste parce que la boisson n'est plus de la partie. Tout reste à faire ensuite.