Posté: 01 Sep 2013, 09:32
de Sandrine
Voilà, Joseph99,

Pour mettre en relief tes interrogations et y donner prise, j'ouvre ce fil.



[quote=joseph99]

Laurent soulève une question extrêmement importante et qui n'a pas fait, ici sur le forum, l'objet d'une réflexion approfondie ; on me dira si je me trompe, mais question qui est récurrente dans les messages : c'est celle qui touche à ce que l'on doit, l'on peut, l'on ne doit pas, l'on ne peut pas dire aux jeunes enfants de l'alcoolisme de l'un de leurs parents voire parfois des deux.
Evidemment chaque famille a ses particularités, ses modes de communications dans le couple, avec les enfants, devant les enfants ou en leur absence, ses habitudes de partage et d'écoute ou de non partage et non écoute dans le dialogue (de sourds), ses façons de s'exprimer, j'entends les mots utilisés pour nommer les choses, le ton employé....
L'alcoolisme est une maladie très singulière dont l'évolution dans son discours général est patente mais lente ; par ailleurs, l'approche de cette question avec les enfants doit probablement tenir compte des expériences vécues par des adultes alcooliques ayant vécu eux-mêmes l'alcoolisme de leurs propres parents et en en ayant, bien sûr, souffert....
Comment tout à la fois protéger les enfants de scènes affligeantes ou violentes et ne pas laisser s'installer un rejet du parent alcoolique? Comment tenir compte de ce qu'ils savent sans pouvoir y mettre les mots? Y a-t-il un âge plus propice qu'un autre? Doit-on répondre à toutes leurs questions et comment? Comment impliquer le parent alcoolique sans le dévaloriser? Et au bout du compte, comment faire en sorte qu'ils ne reproduisent pas ce qu'ils vivent?

Si Change ou Sandrine lisent ce message, elles auront peut-être une suite à donner??? (un sujet sur le forum libre? une documentation? ???) ; je leur fais une copie de ce message sur leur sujet ; d'autres réactions seront bienvenues pour aider les parents membres du forum en difficulté ou en questionnement sur cette question.

[quote=/joseph99]