Posté: 17 Déc 2016, 10:24
de cerise75
Bonjour à tous,
j'étais pas très bien, merci de prendre des nouvelles ça fait plaisirs, toujours cette isolement et personne pour me soutenir, aujourd'hui commence la semaine tant redoutée, mes enfants sont chez leur père depuis hier et ils reviennent le 25 en plus il me dit : le soir ! Je suis écœurée de sont comportement, je n'accepte toujours pas d'être dans cette situation alors que l'on se sépare à cause de lui, coté travail rien pour l'instant,
Je continue les sorties ovs, c'est vrai que ça m'aide car je commence à connaitre des gens, mais je sens que je suis dépressive, des fois alors que je danse, tout à coup j'ai pas le morale, l'angoisse m'envahit le poids désagréable dans l'estomac se fait sentir, le constat désespérant que j'ai raté ma vie, il faut bien comprendre que j'ai bientôt 50 ans et que je n'ai rien, je me retrouve avec des gents qui me disent "j'ai plus que 7 ans à travailler et c'est la retraite ! " Moi non . J'ai du mal à me situer, le ne rentre pas dans "le moule" c'est à dire à mon âge on a déjà construit sa vie, moi rien. C'est dure de construire des amitiés avec des personnes, qui sont très sympas, certes mais je sens l'énorme décalage. Comment j'en suis arrivée là ? Ce qui m'inquiète c'est que je ne me sens pas capable de travaillée car je suis très fatiguée, je me sens "désocialisée", une entreprise veut des gens dynamique, prête à prendre en charge un poste, je ne me sens pas capable, surtout qu'il n'y a pas d'offre il n'y a pas de travail.

Ce soir je sors il le faut, comme je disais cela m'aide et 2 personnes m'ont contacté pour me demander si je sortais, ce qui est réconfortant. Et c'est là que je vois que je suis dépressive car malgré ces messages je n'ai pas trop envie de sortir, en fait ces personnes involontairement me renvoie l’échec de ma vie, elles ont ce que je n'ai pas. Aucune personne du groupe ne cherche du travail. Ils sont tous bien installé dans leur vie.
Il va falloir que je remplisse une semaine dont le soir de Noël. Bon mon docteur m'a bien aidé. J'ai beaucoup dis que cette semaine sera difficile, du coup j'ai un peu évacuée. Mais je vais faire au jour le jour, dés fois je me sens mieux et je me vois entrain de faire des choses que je ne fais pas avec mes enfants. Et cette semaine devient du temps libre. Mais dés fois je ressent l'injustice, car je n'ai pas une mère pour parler pas une sœur, pas une cousine, rien personne et je sens ma gorge qui gonfle parce que j'ai trop besoin de parler mais j'ai personne. C'est ça qui est dur.
Mon médecin m'a prescrit du deroxat, en plus du seresta et de l'imovane. Cela m'aide en effet mais me fatigue, j'essais de prendre des oranges et du BEROKA à la pharmacie. Mais si vous avez des conseils pour ne plus être fatiguée je veux bien. J'ai aussi des migraines. voilà merci au forum je vous tiens au courant. PS : Si l'année prochaine j'ai plus de force je vais imposer que l'ordonnance soit respecter et il aura les enfants comme le juge l'a écrit. Se qui est dur pour moi c'est qu'il profite que personne de ne me défends et je n'ose pas aller contre lui la peur....
..