quelques articles à l'étranger

Messagede clairette » 11 Oct 2009, 16:53

[font=comic sans ms][font=comic sans ms][/font][/font]
Avatar de l’utilisateur
clairette
 
Messages: 237
Inscription: 03 Oct 2009, 12:10

Messagede clairette » 11 Oct 2009, 17:07

ceci est un document de la chambre des représentants de Belgique ! Il date de décembre 2008.
lire fin de la page 45 et 46

http://www.dekamer.be/doc/CCRI/pdf/52/ic399.pdf
[font=comic sans ms][font=comic sans ms][/font][/font]
Avatar de l’utilisateur
clairette
 
Messages: 237
Inscription: 03 Oct 2009, 12:10

Messagede pierre olivier » 11 Oct 2009, 18:26

extrait du *pdf


Madame la secrétaire d'État, la ministre annonçait, dans sa note de
politique générale, sa volonté conjointe avec les ministres des entités
fédérées de mener une lutte contre l'alcoolisme, tout particulièrement
chez les adolescents et les personnes socialement défavorisées.
C'est en effet une problématique mettant en jeu des facteurs
neurobiologiques et psychosociaux.

Ce fléau ? non pas, ce "Flahaux" ? entraînant la déchéance de ceux
qui en sont victimes, ne trouve pas toujours de solution dans les
différents protocoles de désintoxication, notamment.

J'ai pris connaissance, voici quelques jours, de la victoire d'un
médecin en échec thérapeutique sur son addiction à l'alcool qui
s'était, à la suite d'une information lue au sujet d'un cocaïnomane
guéri par la même molécule, auto-prescrit un myorelaxant, le
Baclofène.

Ce médicament, qui est déjà utilisé dans le traitement des spasmes
musculaires chez les patients atteints de sclérose en plaques ou chez
les paraplégiques, l'a libéré de son addiction à l'alcool.

Les expériences animales ont déjà été couronnées de succès et il ne
reste qu'à avoir confirmation, par des essais cliniques à venir, de son
efficacité, en appui des autres accompagnements thérapeutiques.

Madame la secrétaire d'État, la meilleure lutte contre l'addiction à
l'alcool comme aux drogues est évidemment la prévention. Il n'en est
pas moins vrai qu'il faut trouver une réponse pour ceux qui ont franchi
la limite de l'assuétude.

Dans votre plan de lutte contre les assuétudes, vous avez mentionné
le projet pilote d'ouverture d'un centre de délivrance de
diacétylmorphine sous contrôle médical à Liège en collaboration avec
la Ville, votre ville d'ailleurs, les autorités judiciaires et l'Université de
Liège. Seriez-vous prête, avec Mme la ministre, après étude
approfondie des effets de ce myorelaxant, à initier une
expérimentation sur son usage? Si cela s'avérait positif, cela pourrait
être une réponse encourageante dans l'aide apportée aux victimes de
ces assuétudes et ce, pour un prix modique.

19.02 Julie Fernandez-Fernandez, secrétaire d'État: Madame la
présidente, monsieur Flahaux, voici la réponse que Mme la ministre
me demande de vous apporter.

Comme vous le mentionnez dans votre question, les effets
bénéfiques du Baclofène, myorelaxant, ont été reconnus en
expérimentation animale. Il est connu pour réduire la prise d'alcool
chez les rats alcooliques. Chez l'humain, le Baclofène par voie orale a
été comparé au Diazépame dans le traitement du syndrome de
sevrage alcoolique.

Les deux traitements avaient des effets équivalents, notamment sur
l'agitation, même si l'effet du Diazépame était légèrement plus rapide
que celui du Baclofène. Cependant, la plupart des publications
viennent des mêmes auteurs et l'usage du Baclofène dans cette
indication, à savoir le sevrage alcoolique, n'est pas mentionné dans le
livre de référence. L'utilisation dans le traitement de la dépendance à
la cocaïne est également évoquée dans la littérature mais, ni l'une, ni
l'autre de ces indications (alcool et cocaïne) ne sont actuellement
approuvées pour le Baclofène dans le cadre de l'autorisation de mise
sur le marché

Les éléments dont nous disposons ne permettent donc pas d'en
expérimenter l'usage actuellement. Ces indications doivent
préalablement faire l'objet d'études cliniques probantes à l'appui d'une
extension des indications approuvées dans le cadre de l'autorisation
de mise sur le marché.
En ce qui concerne la mise en place d'un éventuel projet pilote visant
à expérimenter de tels produits, il apparaît totalement prématuré
scientifiquement d'aborder une telle éventualité.

Jean-Jacques Flahaux (MR): Madame la présidente, 19.03

madame la secrétaire d'État, il est vrai que nous suivrons ces
évolutions et les reconnaissances éventuelles. J'observe dans la
jeune génération toujours davantage de cocktails détonnants:
alcoolisme et cocaïne ou alcoolisme et différentes drogues (extasy,
GB, GBH, GBL, etc.). Tout ce qui peut être fait en prévention est
positif.

Cependant, et un reportage sur Paris a été récemment présenté à la
télévision, j'observe que l'alcoolisme jeune montre qu'à la limite, les
normes d'information ne constituent plus guère de véritables balises.
Sans doute faut-il se mettre à travailler autrement aussi.

L'incident est clos.
Het incident is gesloten.
pierre olivier
 


Retourner vers Médias

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

x