Discussion sur l'injustice devant le traitement

Messagede katou » 25 Avr 2010, 18:52

Tu fais bien de me le dire Marion. C'est une information importante pour les nouveaux inscrits et un rappel pour les autres : indiquer sa localisation sur son profil. ça peut être très utile.
Je ne m'en étais pas aperçu. Je n'ai pas non plus d'avatar.
Je vais donc m'occuper de tout cela au plus vite.
Avatar de l’utilisateur
katou
 
Messages: 23
Inscription: 03 Mar 2010, 12:17

Messagede Marion » 25 Avr 2010, 19:13

Ben c'est juste qu'en vous lisant, je viens de comprendre que ça pouvait être primordial en effet...
Je n'y avais pas pensé avant! On apprend tous les jours grâce à vous.
La fin de la dépendance grâce au baclofène,http://arreter-de-boire.fr/?cat=83
Avatar de l’utilisateur
Marion
 
Messages: 171
Inscription: 29 Juil 2009, 16:58

Messagede ALEWOBLE » 14 Mai 2010, 16:43

Bon, je commence à avoir des idées sur le sujet mais ça se bouscule un peu. Je risque de passer du coq à l'âne.

D'abord le problème du poids a certainement de l'importance. En ce moment je suis très en dessous de mon poids de forme, j'ai l'impression que le baclo agit rapidement sur moi (50 mg/j), piste???

Ensuite l'age ou la dépendance est apparue. Comme tous j'ai du mal à le déterminer mais si je fouille bien et même si j'ai pris un tas de cuites avant je dirai 25 ans, j'en ai aujourd'hui 53, ça fait pas mal d'années d'habitude mais c'est plus agé que beaucoup pour commencer à ressentir le craving donc je distingue assez bien les 2, piste???

Enfin la façon de répartir les doses dans la journée, ça c'est le dada de Yves mais comme il aime Boris Vian je lui pardonne. Je dois dire qu'au début je n'y croyais pas du tout et encore moins à la fameuse dose de secours, et puis.... Et puis comme je note tout je constate depuis 4 à 5 jours que les effets secondaires apparaissent après seulement 15 mn. Comment avoir envie de boire un verre si on a envie de vomir? Si il y a effets secondaires il doit certainement y avoir aussi l'effet recherché! Piste encore???

En gros je n'ai répondu à rien, j'espère malgré tout avoir enrichi la discussion.

Allez, courage et "no passaran"
Avatar de l’utilisateur
ALEWOBLE
 
Messages: 5
Inscription: 21 Avr 2010, 19:12

Messagede mye68 » 15 Mai 2010, 22:34

petit message à BIBOU, j'ai passé 1 mois en Guyane, sans avoir besoin d'un médecin, mais si tu en a vu 3, tu dois avoir fait le tour, entre Kourou et Cayenne, il n'y en a sans doute pas beaucoup plus et ils doivent être plus spécialisé en médecine tropicale.Je suppose que tu travailles au centre spacial. Je t'envoie toute ma sympathie, et crois que tu aura pensé à la même solution que moi. Tu as sans doute lu les difficultés qu'on a en France de trouver des médecins, des vrais, mais dans le cadre des prescriptions "hors AMM" il est écrit " si sous pretexte qu'un médicament n'a pas reçu l"AMM, vous ne le prescrivez pas à votre patient, alors qu'il aurait pu améliorer son état de santé ou le guérir, votre responsabilité (celle du médecin) pourrait également être recherchée. Tu peux balancer ça à un toubib, en même temps que toute la doc que tu peux trouver sur ce site. Sur le site on nous "conseille" d'être courtois. Je l'ai été, mais ferme aussi. Mon addictologue m'a prescris le baclofène, devant mon insistance, à dose "homéo". Alors soit tu en achète sur internet, soit tu mets tes copains à contributions, et tu t' "inventes" des crampes, des torticolis. C'est malheureux d'en arriver là, mais c'est notre vie qui est en jeu, et elle est au moins aussi importante que celle de n'importe qui, y compris ceux qui en décident! Tu n'es pas seul Bibou. Bisou, "ça rime"
mye68
 
Messages: 16
Inscription: 14 Avr 2010, 10:45

Messagede mye68 » 15 Mai 2010, 23:19

Comment faire quand on ne parle pas Anglais ? Ça mets du temps à bouger en France et bon nombre d'entre nous n'ont plus beaucoup de temps. Laisser "crever" les alcooliques...une solution au chômage ? au problème des retraites ? "Éliminons ces nuisibles", mais que feront le addictologues, les centres de cures, etc...
mye68
 
Messages: 16
Inscription: 14 Avr 2010, 10:45

Messagede Mouche toi » 28 Mai 2010, 11:18

L'injustice devant le traitement: elle vient aussi de l'injustice induite par notre "réponse" à l'alcool

Deux extraits du Rapport OMS

2.1 Les méfaits de l'alcool et leurs fondements physiologiques
Les effets de la consommation alcoolique montrent des variations individuelles considérables. Tous les gros buveurs chroniques ne finissent pas avec une cirrhose du foie. On observe une variation d'un facteur 3 à 4 dans la vitesse du métabolisme de l'alcool selon les individus[...]
On observe également une variation d'un facteur 2 à 3 dans la pharmacodynamie de l'alcool (étude de l'intéraction substance active/récepteur) qui influe sur la mesure dans laquelle les sujets sont affectées par une dose donnée d'alcool.
Ces différences ont une incidence sur les effets toxiques et comportementaux induits par l'alcool, le mode de consommation, le potentiel d'apparition d'une dépendance à l'alcool et le risque de lésions organiques dues à l'alcool.

2.4 Les effets toxiques de l'alcool
Les adolescents et les personnes jeunes sont particulièrement vulnérables aux effets nocifs de l'alcool. Au cours de l'adolescence, l'alcool peut conduire à des modifications structurelles de l'hippocampe (une partie du cerveau impliquée dans le processus d'apprentissage).

Dans une conférence sur la dépression et l'alcool, l'orateur a rappelé les facteurs de dépendance:
-la précocité
-les consos à visée thérapeutique
-le cumuls des consos
-la répétitions des consos à risque

Sans oublier la prédisposition génétique 10% de la population!!!!!!!!!!!!

Plus cette prédisposition-hypersensibilité-déficience neurobiologique sera proche des sites d'action du baclofène plus les effets seront rapides et nécessiteront de plus faibles doses.
Le pourcentage de réussite tend à montrer que le baclofène va aussi avoir une action plus large sur "les causes" mutiples (anxiété, dépression...) mais aussi sur les "conséquences" :Les propriétés addictogènes de l'alcool entraine une neuroadaptation du cerveau due à l'exposition prolongée à l'alcool.
Cette neuroadaptation neutralise (il faut alors boire plus) ou inverse (on passe de l'euphorie à la dépression) les effets aigus de l'alcool. Là encore plus cette neuroadaptation sera installée dans le temps plus il en faudra... du temps et sans doute des doses plus élevées.

Je me suis beaucoup demandée pourquoi il faut arriver à une dose seuil élevée pour redescendre à une dose souvent très éloignée. La théorie de la neuroadaptation me plaît assez. Une fois le processus inversé, une "petite dose" suffit, encore faut-il lui en laisser le temps.

Un vrai casse-tête chinois! et pour nous un seul objectif: trouver sa dose seuil

Allez...HAUT LES COEURS!
Avatar de l’utilisateur
Mouche toi
 
Messages: 164
Inscription: 18 Avr 2010, 08:31

Messagede Mouche toi » 28 Mai 2010, 11:25

Avatar de l’utilisateur
Mouche toi
 
Messages: 164
Inscription: 18 Avr 2010, 08:31

Messagede clairette » 30 Mai 2010, 12:24

merci mouche toi!

Les extraits que tu as écrit sont super intéressants et je vais lire la suite.

Merci pour ton investissement, bisous! Clairette
[font=comic sans ms][font=comic sans ms][/font][/font]
Avatar de l’utilisateur
clairette
 
Messages: 237
Inscription: 03 Oct 2009, 12:10

Messagede katou » 30 Mai 2010, 13:14

Moi aussi, elle me plait bien la théorie de la neuro adaptation. Elle explique parfaitement pourquoi une fois la dose seuil atteinte, on peut par la suite diminuer la posologie.
Sinon, comment l'expliquer autrement ?
C'est en tout cas très encourageant pour nous tous de savoir qu'on peut réparer en partie certains dommages causés par une alcoolisation massive et se contenter de doses plus faibles de baclofène par la suite.
Ça peut aussi être un argument en faveur de la prise du traitement sur une longue durée face aux détracteurs qui s'insurgent contre les hautes doses prescrites hors AMM.
Cela ne serait donc pas forcément nécessaire pour tous et cela rejoindrait les études faites par nos amis allemands dont les moyennes journalières des utilisateurs se situent en dessous des 80 mg/jour.
Avatar de l’utilisateur
katou
 
Messages: 23
Inscription: 03 Mar 2010, 12:17

Messagede Maman » 10 Juin 2010, 11:16

Bonjour à tous,

Je ne savais pas trop où poster ni même s'il fallait poster car je ne veux pas décourager les "débutants" et je crois fermement au baclo. Mais je pense qu'il faut être honnête et relater le mauvais comme le bon. Alors voilà:

Mon fils sous baclo depuis mars 2009 a ressenti un début de "différence" et non d'indifférence dans sa façon de boire à 80/90mg/j:ESPOIR
Il a continué à augmenter les doses mais curieusement le craving revenait. A 250mg il avait trop d'effets secondaires (nausées, vomissements, sueurs, picottements dans les doigts et dans la bouche, insomnies, cauchemars..). Il est redescendu à 200mg en septembre avec des périodes d'alcoolisation terribles et des essais de sevrage qui ont abouti chaque fois à une crise d'EPILEPSIE (3 fois)
Jeudi dernier crise affreuse avec chute, CHU, il est ressorti mardi avec ordonnance:
- arrêter le baclo progressivement
- 2 lexomil/j
- 1 urbanyl/j
- conseil de voir un addictologue (bof!) et un psy (pas envie, déjà essayé sans résultat)
- faire une cure (ça il ne veut pas, il en a déjà fait 2)

DIAGNOSTIC: Vous ne faisiez pas d'épilepsie en cas de sevrage avant le baclo donc c'est la conjonction sevrage+ baclo qui sont la cause (CQFD)

Inutile de vous dire que nous sommes catastrophés!!! Nous avions mis tant d'espoir dans le baclo!!!

Que faire? Quelqu'un a-t-il eu la même chose? Il va un jour ou l'autre retomber dans l'alcool!

Julien ou P.O., tu peux peut-être mettre ça sur les questions au docteur? Merci. J'ai un immense besoin de vous.



[La réponse du médecin est sur ce fil. Julien]
Avatar de l’utilisateur
Maman
 
Messages: 907
Inscription: 19 Aoû 2009, 19:56
Localisation: Loire Atlantique

Messagede Mouche toi » 10 Juin 2010, 13:58

Maman,
Je pense que tu as eu raison de témoigner.
Croire au traitement n'empêche pas de constater les faits.Pour une raison ou pour une autre, ton fils n'a pas "répondu" au traitement. Qu'il s'agisse du protocole, de la molécule ou de tout autre facteur, ça n'a pas marché...cette fois. Olivier Ameisen avait aussi fait une première expérience infructueuse.
Mais il s'agit de ton fils et je pense que c'est à lui de décider du chemin...à vous de le soutenir dans ses choix. L'addictologue, les psys (j'en ai épuisé 10 avant de revenir au 1er!), les groupes de paroles, les autres médicaments...pourquoi pas? et plutôt "tout" que de baisser les bras...si j'ai bien compris, il ne les baisse pas.
Je peux comprendre ta déception mais je vous souhaite tout le courage nécessaire pour le soutenir dans ses démarches...qui le ramèneront peut-être sur le chemin du baclo.
On sait encore peu de choses sur le médicament...mais ça avance.
Bon courage "maman", suis de tout coeur avec toi.
Avatar de l’utilisateur
Mouche toi
 
Messages: 164
Inscription: 18 Avr 2010, 08:31

Messagede volteface » 10 Juin 2010, 15:35

merci Mouche-toi pour ton topo, il ya avait hier soir une émission sur la 5 (c'est dans l'air) qui traitait des effets de l'alcool sur les ados.
Les commentaires de cetet émission rejoignent ton post . Je ne savais pas par exemple que l'alcool est la seule drogue qui détruit les neurones. Ce qui n'est pas le cas de l'héroine qui se "contente" de détourner les récepteurs (l'alcool le fait aussi, bien sûr). Mon ami qui est anesthésiste me rappelait à quel point l'alcool est la pire des drogues car il atteint tous les organes, les nerfs... En termes de complcations, il devance l'héroine et le cristal.Il est classé dans la même catégorie que ces deux autres drogues dans la mesure où ces trois drogues impliquent un syndrome de sevrage...
Avatar de l’utilisateur
volteface
 
Messages: 5
Inscription: 01 Juin 2010, 12:05

Messagede croquelavie » 10 Juin 2010, 16:20

Maman,

Je suis sûre qu'il a été très difficile pour toi de témoigner, mais tu as bien fait.

Entre les avis de certains, les conseils des autres et la réponse du médecin, vous trouverez la réponse.

Cela prouve une fois de plus aux détracteurs qu'on ne se voile pas la face, qu'on ne croit pas aux miracles mais que l'on cherche des solutions pour les personnes sur qui ça marche moins bien.

Il n'en reste pas moins que ce médicament reste extrêmement, extrêmement prometteur.

Je t'embrasse bien fort Maman et ton fils aussi.

Tiens nous au courant.
Alcoobique Anonyme
Avatar de l’utilisateur
croquelavie
 
Messages: 1032
Inscription: 07 Mai 2010, 15:28

Messagede Marion » 10 Juin 2010, 18:22

Bonjour maman,
cette stratégie du yoyo que pratique ton fils me semble problématique.
Se sevrer seul est dangereux principalement après des alcoolisations massives.
Une sevrage, doit se faire en prenant des précautions, vitamine B, sucre, 3 littres d'eau par jours, magnésium. Sans quoi on risque l'épileptie,
le délirium tremens, et des symptômes de manque affreux.
Ce n'est pas pour rien qu'on hospitalise les gens pour le sevrage!
Le fait de se sevrer entraine ensuite une réalcoolisation encore plus importante à cause de la frustration et de la souffrance, donc: un sevrage suivant
encore plus difficile et ainsi de suite.
Vous êtes dans un cercle vicieux.Il faut le casser.
Ton fils ferait mieux de s'accorder de boire un peu , même si c'est tous les jours pour l'instant. Le fait qu'il se permette cela sans culpabiliser empêcherait peut-être ses alcoolisations massives dévastatrices et le désespoir que cela entraine.
Il ne sert à rien de viser l'abstinence , cela ne peut qu'entrainer un dégout de soi de ne pas y arriver et des rechutes.
Il vaudrait mieux viser une consommation modérée dans le cas de ton fils. Ça c'est possible et ce serait déjà un très grand pas,
en attendant que des cures sous baclo existent, ça, ça ce serait très efficace à mon avis, mais c'est très peu pratiqué, pour l'instant.
Amitié
Marion
La fin de la dépendance grâce au baclofène,http://arreter-de-boire.fr/?cat=83
Avatar de l’utilisateur
Marion
 
Messages: 171
Inscription: 29 Juil 2009, 16:58

Messagede croquelavie » 10 Juin 2010, 21:52

Maman,

Il faut que tu reposes ta question au médecin car il a mal compris. Il croit que ton fils a arrêté le baclo brutalement.
Alcoobique Anonyme
Avatar de l’utilisateur
croquelavie
 
Messages: 1032
Inscription: 07 Mai 2010, 15:28

PrécédenteSuivante

Retourner vers Baclofene:Discussion sur l'injustice devant le traitement

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron

x