Discussion sur l'injustice devant le traitement

Messagede Maman » 22 Nov 2009, 12:40

Bonjour "Marie11"

Comme je te l'ai dit, je pense souvent à toi. Je ne sais pas si tu lis encore ce forum, mais je voudrais te dire que si rien ne peut te consoler, je te trouve très courageuse de vouloir aider les amis de ton fils qui peuvent être sauvés par le baclofène et je suis de tout coeur avec toi.

"Maman"
Avatar de l’utilisateur
Maman
 
Messages: 907
Inscription: 19 Aoû 2009, 19:56
Localisation: Loire Atlantique

Messagede amy » 02 Déc 2009, 14:38

J'ai vu mon médecin ce matin et elle ne semble pas disposée à dépasser les 150mg par jour
Elle me demande de tenter l'abstinence mais je ne me sens pas du tout prête bien que je bois 1/3 de moins (de 15 verres de whisky coca à 5 par jour).
Je suis actuellement à 120 mg par jour en 3 prises (10h, 14h, 17h) avec toujours 2 moments de craving : midi et soir.
J'ai commencé le traitement le 13 octobre et je ne désespère pas atteindre cette fameuse indifférence mais mon médecin commence à hésiter.
Elle m'a rencontrée en faisant ses courses et croit que je bois du vin alors que je bois du whisky.
Je n'ose pas lui dire la vérité parce que je suis sure qu'elle sera plus difficile à convaincre.
De plus je me fais suivre pas un service psychologique d'un hôpital de jour et je suis tombée sur un infirmier très peu convaincu par ce traitement qui m'a proposée une cure. Pour lui, l'abstinence est ce qu'il y a de mieux bien qu'il ait été destabilisé par les chiffres que je lui ai fournis : 90% de rechute
Tout ce système me dégoute un peu et si ça continue je commanderait mes comprimés sur internet.
amy
 
Messages: 4
Inscription: 14 Oct 2009, 18:08

Messagede amy » 02 Déc 2009, 21:53

Je veux bien que tu m'envoies les coordonnées d'un médecin qui pourrait répondre à ses questions pour la rassurer
Merci Lola
amy
 
Messages: 4
Inscription: 14 Oct 2009, 18:08

Messagede bibou84 » 25 Jan 2010, 14:49

Je suis en Guyane!Déjà 3 médecins dont un alcoologue m'ont refusé le baclofène. J'ai appelé mon médecin en France, quelqu'un lui-même confronté à ce problème et qui m'a dit ne pas le prescrire! Que faire et quelqu'un pourrait-il m'indiquer un médecin sur Cayenne ou Kourou? J'ai RDV cet après-midi au Centre de prévention de Guyane mais j'ai bien peur que ce soit négatif encore! Merci de votre aide!
bibou84
 
Messages: 1
Inscription: 19 Jan 2010, 22:18

Messagede sofianie » 01 Mar 2010, 12:50

Je suis à 100 mg par jour, 4 à midi et 6 à 15 h, le craving survenant vers 17 h habituellement, je suis à cette dose depuis une quinzaine de jours et je ne peux augmenter pour l'instant car je ressens des effets secondaires comme les vertiges, assez fortement. Ce qui me tourmente c'est le fait que je n'ai pas eu encore cette indifférence alors que beaucoup d'autres personnes l'ont à un dosage inférieur. J'ai peur que cela ne m'arrive pas, que le baclo ne soit pas efficace sur tout le monde, dont moi.
Enfin je n'arrive pas à comprendre comment à une dose donnée, du jour au lendemain, on puisse avoir une indifférence et redevenir "normale" face à l'alcool.
Cela se produit il d'un seul coup, petit à petit ou encore en se remettant en question du type : est-ce une habitude ou bien un véritable craving ? Pourquoi ai-je envie de boire, en ai-je vraiment envie ou besoin ?
J'étais très optimiste au début, maintenant j'ai peur que cela ne se produise pas sur moi.
Ce n'est pas par la satisfaction du désir que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir. (Epictète)
Avatar de l’utilisateur
sofianie
 
Messages: 24
Inscription: 19 Fév 2010, 08:26

Messagede pierre olivier » 01 Mar 2010, 13:22

Bonjour Sofianie.

Le doute est le pire des effets secondaires et nous y sommes tous passés. En effet les premiers effets secondaires sont surprenants mais en aucun cas dangereux. Les vertiges font partie des effets courants.

Quand on arrive à l'indifférence, on ne ressent rien de spécial, on s'en rend généralement compte au bout de quelques jours quand on voit une bouteille d'alcool et que ça ne fait plus rien. C'est formidablement décrit page 220 de "le dernier verre". Moi même, ça s'est passé un peu comme ça aussi.

Se poser la question "est ce l'habitude ou le craving" ... Oui, c'est indispensable, on finit par faire la part des choses en restant vigilant.

Tu vois, tout ce que tu ressens a été ressenti par certains d'entre nous ...

amicalement.

PO
pierre olivier
 

Messagede Marion » 01 Mar 2010, 13:39

Bonjour Sofiani,
Tu as exprimé exactement ce que je ressens aujourd'hui:
Je n'ai plus besoin de boire, j'en ai parfois encore envie pour le plaisir.
Pour certains les effets secondaires sont plus forts et le traitement plus long avant l'indifférence.
C'est mon cas, chez moi cela agit tout doucement,je pense de moins en moins à l'alcool, je bois de moins en moins.
Ma consommation d'alcool est devenue "normale",c'est déjà un pas énorme.
Pas de panique,contrairement à ce que tu dis, peu de gens atteignent l'indifférence au dessous de 100 mg.
Ton doute est normal, on espère tous ne pas avoir besoin de doses fortes pour y arriver.
Mais ça c'est un doux rêve.Alors prend patience et garde confiance.Et augmente tranquillement.
Amicalement
Marion
La fin de la dépendance grâce au baclofène,http://arreter-de-boire.fr/?cat=83
Avatar de l’utilisateur
Marion
 
Messages: 171
Inscription: 29 Juil 2009, 16:58

Messagede Anne-Françoise » 19 Avr 2010, 21:02

Bravo à tous et grand merci pour l'aide apportée face à l'injustice du traitement<br />Bien à vous
Anne-Françoise
 
Messages: 79
Inscription: 28 Nov 2009, 10:28

Messagede POUSSETTE2008 » 20 Avr 2010, 08:59

Chaque cas est différent. Mon ami, suite à sa rencontre avec un futur employeur, a été très stressé et a reconsommer un peu...et ce je crois qu'il aura du mal, tant qu'il n'aura pas la réponse à retourner un peu aux bars.
Par là, il est à 200 mmgs et tout allait bien, mais malheureusement, un ennui et le craving est légèrement réapparu.
Il reconsulte le médecin cet après midi. Il va lui demander de passer à 210 ou 220 mmgs.
Mais je suis rassurée, il est parfaitement conscient et n'a nullement rechuté.
Simplement, il a de nouveau besoin de sortir...
Il est difficile de tuer totalement le craving, dans tous les aléas de la vie, mais je continues à dire qu'il est sur la bonne voie...
Un tel stress aurait entrainé avant une consommation terrible, il aurait été à 3 grs tous les jours...
Là, non pas du tout....en plus, ce qui me parait être une nouvelle réussite, est qu'il ne veut plus replonger, il a eu tout de suite la réaction médecin, aide......
Avatar de l’utilisateur
POUSSETTE2008
 
Messages: 115
Inscription: 21 Nov 2009, 19:15

Messagede mye68 » 25 Avr 2010, 14:20

Je suis d'accord avec Maya, avec le verre à la terrasse, et pouvoir s'arrêter. Ma Mère le fait, mon frère aussi, ma petite soeur et moi, non. C'est pas juste et ce n'est donc pas une histoire de gênes. Quand aux prescripteurs, le message de mon médecin traitant est très clair, "c'est moi qui commande"! Sa 2e casquette de spécialiste en alcoologie lui permet de passer la consultation de 22 à 37? et d'après le texte "médicaments prescrits hors AMM", la sécurité sociale pourrait ne pas rembourser le baclofène s'il est prescrit par un addictologue à 37 ?, il faudrait donc qu'il passe à 22, et tant qu'il peut...et que je me casse, il essaie. Il m'a donc prescrit le naltrexone, sur la fiche produit: traitement de soutien dans le maintien de l'abstinence chez l'alcoolodépendant, en complément d'un suivi psy. Or je ne suis pas suivie par un Psy et je ne suis pas allée chez ce toubib pour qu'il me "soutienne" dans l'abstinence, mais qu'il m'aide à m'abstenir. Plus loin je lis: "patients âgés : il n'existe pas suffisemment de données cliniques sur la sécurité et l'efficacité de la naltrexone chez le patient âgé. Dans le Vidal, la contre indication est : 60 ans. J'en ai 61, et ai bien cru y passer au 2e 1/2 cachet de ce produit, que j'ai arrêté de suite. Là j'ai l'impression que le serment d'hypocrate vaut 100 balles!
mye68
 
Messages: 16
Inscription: 14 Avr 2010, 10:45

Messagede mye68 » 25 Avr 2010, 14:51

Et ça prouve bien ce qu'OA déplore, ce sont les "spécialistes" qui sont les plus récitants. Une amie m'a raconté une "blague" c'est un médecin qui a pris sa retraite et a transmis son cabinet à son fils, qui lui dit lors d'un repas de famille : tu sais papa, la vieille dame que tu soignes depuis des années, et bien moi, je l'ai guérie. Son père lui réponds " mon fils, c'est elle qui a payé tes études. J'ai la rage envers mon toubib, pour une fois que j'en ai un, parce que je voudrais bien lui faire confiance.
Mais je n'ai pas perdu confiance en la proffession et remercie le "toubib" du site, qui a sans doute une approche plus proche, plus humanitaire.
mye68
 
Messages: 16
Inscription: 14 Avr 2010, 10:45

Messagede katou » 25 Avr 2010, 15:49

Comme je te comprends mye68 ! c'est effectivement très décevant de la part d'un médecin qui nous suit, qui nous connait, en qui nous avons accordé toute notre confiance et qui nous semble-t-il nous trahit tout à coup.
Car c'est bien ce sentiment que nous éprouvons sur le moment. Comme une impression de ne pas valoir véritablement la peine d'être écouté, pris au sérieux, comme un manque d'empathie au goût amer qui nous blesse et nous affaiblit davantage.
Mais voilà, comme tu le dis, il y a aussi des docs courageux, volontaires, et profondément humains comme celui du forum et d'autres qui ont accepté de tenter l'expérience et de répondre aux demandes de leurs patients, lesquels en témoignent sur ce forum.

Et pour reprendre le titre de ce fil, il y a une véritable injustice sur ce traitement. Et elle commence, au moment de la prescription.
Et là, contrairement à ce que j'ai pu lire ci et là, la motivation malheureusement ne suffit pas !
Ne rajoutons pas SVP, à la grande fragilité de certains d'entre nous, la culpabilité d'avoir en plus râté sa consultation (comme on aurait échoué à un examen ou à un entretien d'embauche) par manque de motivation. Le facteur chance joue aussi ici ! Et là on n'y peut rien.

Car motivée, documentée, positive, je le fus. Mais face à des gens butés, têtus, soucieux de leur image et de leur carrière, conventionnels, et peu courageux, c'est Don Quichotte qui se bat contre des moulins à vent !

N'abandonnons pas pour autant la partie.

Courage Mye68 et bon dimanche à tous et à toute.

Katou
Avatar de l’utilisateur
katou
 
Messages: 23
Inscription: 03 Mar 2010, 12:17

Messagede mye68 » 25 Avr 2010, 16:25

merci Katou, motivée je le suis. Mon toubib aura beau être borné, je le serais davantage. Ses " il y a d'autres traitements avant le baclofène", je suis assez documentée pour savoir qu'ils ne marchent pas, j'en ai expérimenté 2 et ça suffit. Je n'ai jamais été aussi malade qu'en prenant ce naltrexone, avant c'était oxazépam, qui me faisait dormir jour et nuit, là on décroche, parce qu'on ne vit plus. Et on me conseille de voir des gens, de m'inscrire à un club etc! Faudrait d'abord que je me réveille! Le problème c'est que mon toubib s'est inscrit dans cette spécialité parce qu'il connait les médicaments censés aider. Mais le craving, il sait pas ce que c'est. Moi même, Je l'ai réalisé après 40 ans, et il m'a fallu le livre d'OA. Mais bon, on ne demande pas à un cancérologue de vivre la maladie pour la connaître, mais juste à un médecin d'écouter et d'entendre son patient. Pourquoi dit-on " patient"? d'ailleurs?
mye68
 
Messages: 16
Inscription: 14 Avr 2010, 10:45

Messagede katou » 25 Avr 2010, 16:35

Mais parce qu'il faut vraiment être "patient" pour avoir son baclofène !

Oh oui ma chère Mye, pour certains d'entre nous, il faut s'armer de patience et comme dirait Akimito, nous sommes des patients impatients.
Avatar de l’utilisateur
katou
 
Messages: 23
Inscription: 03 Mar 2010, 12:17

Messagede Marion » 25 Avr 2010, 18:24

Mye et Katou,
je suis entièrement d'accord avec vous deux: il ne s'agit pas de culpabiliser en plus parce que vous auriez "raté" votre
consultation.
Nous essayons de développer notre liste de médecin prescripteurs, l'entraide entre vous, les membres, peut également jouer:
C'est pour ça qu'il est important que vous mettiez votre localisation sur vos profils , afin de créer des réseaux locaux de recherches
de médecins, et afin aussi qu'on sache nous, d'où vous êtes et si nous n' avons pas une nouvelle adresse à vous indiquer.
Bon courage à vous deux et solidarité! Vous allez, on va y arriver.
Marion
La fin de la dépendance grâce au baclofène,http://arreter-de-boire.fr/?cat=83
Avatar de l’utilisateur
Marion
 
Messages: 171
Inscription: 29 Juil 2009, 16:58

PrécédenteSuivante

Retourner vers Baclofene:Discussion sur l'injustice devant le traitement

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron

x