Hello baclo ;-)

Hello baclo ;-)

Messagede Pr Gloub » 01 Fév 2016, 01:02

Etude de pharmacovigilance des effets indésirables
http://www.o-ameisen.org/wp-content/upl ... -16_VF.pdf
Avatar de l’utilisateur
Pr Gloub
 
Messages: 16
Inscription: 01 Fév 2016, 00:55

Re: Hello baclo ;-)

Messagede Cédric » 01 Fév 2016, 09:04

bonjour professeur :bienvnue: :membresbienvenue: :ciao:
Humilité face à l'alcool : "Sur le plus haut trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul." (Montaigne)
Avatar de l’utilisateur
Cédric
 
Messages: 2923
Inscription: 22 Juil 2011, 21:30
Localisation: Charente Maritime

Re: Hello baclo ;-)

Messagede Pr Gloub » 01 Fév 2016, 17:32

Schéma Thérapeutique Baclofène - jan-16

la version actualisée de celui élaboré il y a un an grâce à :
- Retours d’expériences des médecins primo-prescripteurs et des associations : Aubes, Baclofène, Resab, Olivier Ameisen
- Guide de prescription du baclofène dans le traitement des problèmes d’alcool – 2012 - Gache P, de Beaurepaire R, Jaury P, Joussaume B, Rapp A, de la Selle P - en cours de réactualisation
- Références posologiques & statistiques : association Baclofène – études web 2.0 août 2013 & septembre 2015

En téléchargement ici : http://www.o-ameisen.org/wp-content/upl ... lofene.pdf

Il est traduit en 7 langues et diffusé en Europe, US, Amérique du sud, Australie et Israël.
A chacun de se l'approprier, de le diffuser, c'est de l'open data.
Avatar de l’utilisateur
Pr Gloub
 
Messages: 16
Inscription: 01 Fév 2016, 00:55

Re: Hello baclo ;-)

Messagede natsofemi » 01 Fév 2016, 19:18

Super intéressent :pack26:
Merci
Natacha
Avatar de l’utilisateur
natsofemi
 
Messages: 736
Inscription: 10 Aoû 2015, 16:22

Re: Hello baclo ;-)

Messagede hbb » 01 Fév 2016, 20:00

Ce qui m'étonne dans cette étude, ce sont les 63 jours pour atteindre l'indifférence. Ceux que j'ai suivis depuis plus de 4 ans sont rares à l'avoir découverte dans un temps si réduit.
Avez-vous une idée ?
hbb
hbb
 
Messages: 14412
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: Hello baclo ;-)

Messagede Pr Gloub » 02 Fév 2016, 20:17

Hello hbb,
Peut-être que leur ascension posologique était trop faible ? Elle est bien sur à ajuster / ES de chacun. Mais cette moyenne de 63 jours provient de deux enquêtes de l'asso Baclofène avec chacune + de 1000 réponses / questions. C'est donc statistiquement fiable ; même si les écarts sont très importants : minimum 2-3 jours (cas unique) à maximum plusieurs mois. Maintenant, seuls ceux qui ont voulu réponde ont répondu. Peut-être qu'il y a ici un petit biais si l'on considère que les échecs ou ceux qui patinent n'ont pas répondu. Quoi qu'il en soit, les données de ce schéma sont validées par les principaux primo-prescripteurs dans les observations qu'ils font de leurs cohortes actives.
Bises
Avatar de l’utilisateur
Pr Gloub
 
Messages: 16
Inscription: 01 Fév 2016, 00:55

Re: Hello baclo ;-)

Messagede Pr Gloub » 02 Fév 2016, 21:29

Baclophone dans "Le Courrier Picard"

Avec le mot de l'"expert", membre du Comité de Suivi Indépendant de Baclophone, Mickaël Naassila, professeur UPJV-INSERM en alcoologie et pharmaco-dépendance et Président de la SFA (Société Française d'Alcoologie)....

http://www.courrier-picard.fr/region/ba ... 0b0n715966

Voyez aussi ici : http://www.scienceaction.asso.fr/ressou ... -de-vue-du
Surtout à partir de 51:05

A nous de jouer !
Avatar de l’utilisateur
Pr Gloub
 
Messages: 16
Inscription: 01 Fév 2016, 00:55

Re: Hello baclo ;-)

Messagede hbb » 03 Fév 2016, 00:17

Y aurait-il un intérêt à organiser des post-cures dans des établissements pro-baclofène, où le traitement serait administré jusqu'à l'indifférence de façon progressive et plus rapide que ce qui est possible dans "la vraie vie" lorsqu'on a une vie familiale, sociale et professionnelle à cause des ES ? De plus, les malades y trouveraient un soutien psychologique souvent indispensable.
hbb
hbb
 
Messages: 14412
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: Hello baclo ;-)

Messagede Sam70 » 04 Fév 2016, 22:08

100% d’accord.
Avatar de l’utilisateur
Sam70
 
Messages: 68
Inscription: 16 Jan 2012, 14:45
Localisation: Paris

Re: Hello baclo ;-)

Messagede hbb » 05 Fév 2016, 00:36

J'en rêvais pour notre fils, il y a maintenant plus de 4 ans.
Je suis sûre que cela aiderait nombre de ceux qui galèrent durant des mois.
Comment convaincre les soignants et les malades de monter de telles structures ?
hbb
hbb
 
Messages: 14412
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: Hello baclo ;-)

Messagede Pr Gloub » 24 Fév 2016, 13:16

Plusieurs lillois remontent des "difficultés" à prendre rdv au CHRU de Lille pour une consult baclo, alors que c'est hôpital qui pilote Baclophone.... :diablo:

1 - Il y a en fait deux centres au chu et manifestement l'info est pas passée -> corrections en cours

2 - Le numéro de tel de la secrétaire de Benjamin Rolland est 03 20 44 58 48. Il ne refuse le baclofène a personne (avant le 1er RV en tt cas)

3 - N'hésitez pas à me contacter par MP ou mail baclophone@o-ameisen.org pour faciliter

4 - A ceux qui débutent le traitement dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie avec un MG
=> Contactez-moi pour que je vous explique les avantages de faire partie de l'étude Baclophone
=> Pour votre médecin, il n'y a aucune surcharge de travail : un ch'ti coup de fil à Benjamin Rolland pour comprendre le bignou puis l'envoi des consentements des volontaires, c'est tout.

A votre dispo,
Avatar de l’utilisateur
Pr Gloub
 
Messages: 16
Inscription: 01 Fév 2016, 00:55

Re: Hello baclo ;-)

Messagede Pr Gloub » 24 Fév 2016, 22:35

Open data, la précison de Benjamin Rolland cet apm au CSI :

Bonjour à tous,

Samuel m'informe que des patients sur le forum signalent qu'ils ont contacté le CSAPA du CHRU de Lille pour une consult baclofène et ont été redirigées vers une consultation sans rendez-vous.

Ce n'est pas aux patients de le savoir mais le CSAPA et le service où je travaille sont administrativement et géographiquement séparés. J'ai prévenu les secrétaires du CSAPA de bien vouloir rediriger les demandes de baclo sur ma consultation (tel:0320445838). N'hésitez pas à préciser cela sur les forums aux patients qui resteraient mal informés et mal orientés.

J'en profite pour rediscuter des MG. Seuls 4 ou 5 ont pour l'instant envoyé leur accord pour recruter dans le cadre de l'étude mais il ne sont pas affiliés aux assos. Je crois que c'est dans l'intérêt de tous que le plus de MG possibles participent au recrutement.

Merci de votre aide

Benjamin
Avatar de l’utilisateur
Pr Gloub
 
Messages: 16
Inscription: 01 Fév 2016, 00:55

Re: Hello baclo ;-)

Messagede Pr Gloub » 05 Juil 2016, 23:46

Nalmefène: dépêche de presse APM international

Des chercheurs pointent la faiblesse des études sur le nalméfène dans le traitement de l'alcoolodépendance

WASHINGTON, 4 juillet 2016 (APM) - La faiblesse des études évaluant le nalméfène (Selincro*, Lundbeck) dans le traitement de la dépendance à l'alcool crée un dilemme pour les médecins et pose des questions au sujet de l'efficacité du système de réglementation du médicament, estiment des chercheurs dans une revue des données disponibles.

De manière générale, la qualité et la valeur des essais cliniques financés par l'industrie pharmaceutique sont source de préoccupation. En matière de traitement de l'alcoolodépendance, les études sont particulièrement complexes, à la fois dans leur conception et dans leur mise en oeuvre, en raison de la nature des problèmes à traiter, des populations cibles, des interventions elles-mêmes et de leur application dans des structures de santé différentes, indiquent Niamh Fitzgerald de l'université de Stirling en Ecosse et ses collègues dans Addiction.

Le nalméfène est un antagoniste des récepteurs opioïdes qui a obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM) en Europe en février 2013 pour réduire la consommation d'alcool chez les adultes dépendants, avec une consommation d'alcool à risque élevé, ne présentant pas de symptômes physiques de sevrage et ne nécessitant pas un sevrage immédiat (cf APM SOQBS002).

Depuis, le médicament a été largement promu en médecine générale. Mais en 2015, une méta-analyse des données publiées et non publiées évaluant le nalméfène concluait à une valeur "non établie" dans le traitement de l'alcoolodépendance, rappellent les auteurs. Dans cette étude, ils ont voulu explorer les incertitudes dans les données disponibles, leur traitement réglementaire et les intérêts particuliers en jeu afin de mieux comprendre les questions et les dilemmes émergents.

Le nalméfène a fait l'objet de six essais publiés, principalement chez des personnes alcooliques, mais avec des différences dans les objectifs, les doses et la posologie et le type de soutien psychosocial associé au traitement. L'évaluation de l'Agence européenne du médicament (EMA) portait principalement sur les essais ESENSE 1 et 2 et SENSE (cf APM LDPC5001).

De manière générale, les auteurs notent que "les données d'efficacité qui ont soutenu l'homologation du nalméfène souffrent d'un risque de biais en raison d'un manque de spécification a priori des mesures d'évaluation et des analyses de sensibilité, d'un recours à l'affinage de la population d'étude post-hoc et de comparateurs inappropriés".
L'efficacité du nalméfène sur la consommation d'alcool chez les patients dépendants est, "au mieux, modeste et d'une importance incertaine" au niveau individuel, ajoutent-ils.

La "pertinence" de ces données transposées à la pratique clinique quotidienne est en conséquence "incertaine". Les sous-groupes de patients pour lesquels le nalméfène semble efficace ne sont pas nécessairement faciles à identifier pour le médecin et la manière dont le soutien psychosocial est apporté n'est pas claire.

Les partisans du nalméfène font valoir un usage large et proactif en raison des bénéfices en santé publique. Mais le doute sur les données d'efficacité, d'efficience et sur le rapport coût/efficacité empêche d'apprécier cette possibilité, commentent les auteurs.

Cette analyse montre que les problèmes liés à la conception des essais cliniques sur le nalméfène, leur enregistrement, leur analyse et leur publication n'ont pas empêché ce médicament d'être homologué et largement promu dans le traitement de la dépendance à l'alcool et posent plus largement la question de l'efficience du système réglementaire, s'il est "suffisamment fort pour manier des données de faible niveau de preuves", concluent-ils.


Une primoprescription ouverte aux généralistes malgré les réserves de la CT

En France, la prescription du nalméfène avait fait l'objet de vives discussions en 2014 lors de l'examen du dossier par la Commission de la transparence (CT), rappelle-t-on. Celle-ci souhaitait restreindre la primoprescription au moins la première année aux spécialistes alors que les généralistes demandaient une prescription élargie. La ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, avait assuré que le traitement serait remboursé également en cas de primoprescription par un généraliste, ce que laisse finalement entendre l'arrêté publié au Journal officiel en septembre 2014 (cf APM GBRIJ004).

La promotion du nalméfène en France avait aussi suscité une polémique entre chercheurs, comme le montrent plusieurs parutions dans la revue L'Encéphale. Le Dr Alain Braillon du CHU d'Amiens et le Pr Bernard Granger de l'hôpital Tarnier à Paris (AP-HP) avaient taxé un article publié en décembre 2014 sur le nalméfène d'"apologie, sans analyse critique", dans une lettre à la rédaction diffusée en juillet 2015.

Ils avaient estimé que les trois essais cliniques constituant le dossier d'AMM étaient "de très mauvaise qualité", formulant les mêmes critiques que dans l'analyse parue dans Addiction. Ils avaient aussi pointé dans l'avis de la Commission transparence que le suivi psychosocial est "une condition difficile à réaliser en médecine générale" et que la restriction à la prescription n'avait pas été suivie par le ministère de la santé.
Les deux spécialistes faisaient aussi part de leurs doutes sur les bénéfices attendus du nalméfène pour les malades, en raison "à nouveau [de] l'absence de preuves", et pour l'assurance maladie, en raison d'un coût mensuel de 101,34 euros, contre 36,07 euros pour la naltrexone qui est indiquée comme traitement adjuvant dans le maintien de l'abstinence.

Enfin, ils déploraient que les deux auteurs de l'article, les Drs Patrick Bendimérad du CH de La Rochelle et Lisa Blecha de l'hôpital Paul-Brousse à Villejuif (Val-de-Marne, AP-HP) n'aient pas renseigné leur déclaration d'intérêt. Or ils ont pointé, "concernant le Dr Bendimérad, 20 avantages reçus des laboratoires Lundbeck et 18 conventions signées avec ce même laboratoire pour la période allant de janvier 2013 à décembre 2014".

L'éditeur avait publié en mai 2015 un "erratum" pour préciser que ces auteurs avaient "omis de mentionner leurs conflits d'intérêts" alors qu'il avait indiqué dans l'article initial qu'ils n'avaient pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.

Finalement, en septembre 2015, les Drs Bendimérad et Blecha ont répondu, faisant valoir notamment l'approche de réduction des risques et des dommages que permet le nalméfène et un biais dans des études "pas parfaites" considéré comme "modéré" dans une méta-analyse. L'analyse des données dans la population de l'AMM s'est faite selon les recommandations de l'EMA sur le développement de molécules dans le traitement de l'alcoolodépendance, ont-ils aussi fait observer.


(Addiction, édition en ligne du 5 juin)
ld/ab/APM
redaction@apmnews.com
Avatar de l’utilisateur
Pr Gloub
 
Messages: 16
Inscription: 01 Fév 2016, 00:55

Re: Hello baclo ;-)

Messagede hbb » 06 Juil 2016, 11:52

Un grand merci pour la diffusion de cet article, qui confirme tout ce que je pensais du Sélincro !
VIvement le 3 septembre pour le résultat des études sur le baclofène.
hbb
hbb
 
Messages: 14412
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: Hello baclo ;-)

Messagede Pr Gloub » 09 Juil 2016, 18:50

Ce fil Hello baclo ;-) est issu de l'association Olivier Ameisen.
Tant qu'elle sera censurée sans motif, ce fil restera muet.
Avatar de l’utilisateur
Pr Gloub
 
Messages: 16
Inscription: 01 Fév 2016, 00:55

Suivante

Retourner vers Les effets secondaires

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

x