de retour

discussion libre d'entraide sur le baclofène
Règles du forum
Bienvenue aux nouveaux !

* Ici vous pouvez créer votre propre sujet, c'est à dire le fil de discussions sur lequel vous pouvez vous présenter et serez suivis tout au long de votre parcours.

* Si vous en avez déjà un, le forum libre est à votre disposition pour aborder d'autres thèmes.

Re: de retour

Messagede Papillon34 » 15 Nov 2012, 00:56

Ok avec hbb...

Comme d'hab j'y vais de ma ritournelle : il faut faire le deuil d'une vie alcoolisée et savoir qu'on peut parfaitement vivre sans alcool.
S'y préparer. Faire le point. Se faire aider par une thérapie si possible. Briser le masque en quelque sorte.
Cela consolide la démarche.
Allons !
Vous pourrez me l'habiller de toutes les couleurs et bulles qui soient, j'ai mis ce maquereau-pourrisseur en taule à vie et au régime limonade. C'est tout ce qu'il mérite.
Avatar de l’utilisateur
Papillon34
 
Messages: 175
Inscription: 17 Aoû 2010, 19:23

Re: de retour

Messagede belame34 » 15 Nov 2012, 10:24

et a 450 g , tu as arreté definitivement de boire ?

continue a prendre le baclofene meme si tu ne bois plus ?


luc :nenni:
belame34
 
Messages: 39
Inscription: 25 Mar 2011, 16:44

trop long est le chemin

Messagede belame34 » 06 Déc 2012, 12:17

je pense que je vais arreter le baclofene, ca fait un an et demi (depuis mai 2011) que je suis sous baclofene. j'en suis a 30 cachets par jour, j'ai changé maintes fois ma repartition afin de m'adapter aux pics de mon envie de boire. le traitement est lourd et il coute cher : resultat je bois toujours au minimum une bouteille de rosé par soir.

je commence serieusement a douter de l'utilité du bacloféne sur moi :pack15:
belame34
 
Messages: 39
Inscription: 25 Mar 2011, 16:44

Re: de retour

Messagede changethescript » 06 Déc 2012, 13:21

Coucou belame,

Je comprends bien ton ras le bol mais il y a des gens qui ont dû monter bien plus haut que 300 mg pour y parvenir ! C'est injuste mais c'est ainsi. Je trouve dommage après plus d'un an, de t'arrêter.
L'argument du prix, je veux bien, mais l'alcool n'est pas gratuit que je sache, et en arrêtant ce n'est pas une bouteille de rosé que tu risques de boire le soir...
Il faut que tu te remotives et que tu augmentes ! Ce serait trop dommage d'en avoir chié plus d'un an et d'abandonner, non ?

Ne lâche rien !
Bises
change
Je ne suis pas médecin.
Les conseils que je vous donne sont de simples indications de répartition des doses prescrites par votre prescripteur.
Privilégiez toujours ses conseils par rapport aux miens.
Incitez le à s'inscrire, à se former et à participer à notre FORUM MÉDECINS
Renseignez vous sur le baclofène en vous rendant sur le site ARRETER DE BOIRE
Pour une aide sur votre traitement : DEMANDES DE RÉPARTITIONS
Avatar de l’utilisateur
changethescript
 
Messages: 12506
Inscription: 13 Aoû 2010, 15:20
Localisation: Marseille

Re: de retour

Messagede hbb » 07 Déc 2012, 16:26

Belame, n'abandonnez pas. Il se peut qu'avec 1 ou 2 cachets supplémentaires, vous soyez enfin sur la bonne voie. Vous parlez d'un litre de rosé chaque soir. J'imagine que c'est déjà moins qu'avant.
Autre suggestion : l'an dernier, jour pour jour, j'étais auprès de notre fils. Il en était à 250mg de baclofène par jour. Il continuait à boire quotidiennement 1 litre de Vodka, voire plus. Je n'en voyais pas la fin. Cela faisait presque 4 semaines que nous avions repris le traitement. Il y avait urgence pour sa santé, son avenir professionnel, familial et social. Il n'était que souffrances physiques et morales, regrets, culpabilité, remords.. Nous lui avons fait un chantage que vous pourrez lire (alcoolisme-baclofene/questions-des-parents-t2189.html?hilit=question%20%C3%A0%20des%20parents). J'ai récupéré sa bouteille. Le sevrage a été douloureux, sans Valium, mais 10 fois moins que d'autres vécus sans baclofène, avec Valium. En une semaine, il avait repris sa forme, son travail et avait le dégoût de l'alcool. Je suis persuadée qu'il avait même dépassé sa dose seuil, puisqu'il a pu redescendre très vite à 200mg, mais que sa volonté consciente d'essayer d'oublier et inconsciente de se détruire par l'alcool à cause de son désespoir était plus forte que l'action du traitement.

Avez-vous fait le deuil de l'alcool ?
Il est peut-être temps que vous fassiez confiance au baclofène et que vous tentiez l'arrêt de ce besoin-habitude de boire le soir. Comment vous dire ? C'est un peu comme si vous étiez traité avec de l'insuline contre un diabète et que vous avaliez tous vos repas en les saupoudrant abondamment de sucre ; comme si vous pansiez une plaie tout au long de la journée, avec une pommade cicatrisante reconnue, et que vous la grattiez le soir.
Bien sûr, il vous restera un gros travail : savoir pourquoi vous saupoudrez votre vie malade de sucre ou pourquoi vous grattez la plaie, jusqu'à la rouvrir tous les soirs.
L'argument financier est un peu (beaucoup?) fallacieux : combien vous coûte(nt) la (ou les) bouteille quotidienne ? Elles ne sont pas remboursées non plus et vous entraînent vers un avenir bien sombre. Le baclofène le sera un jour et il va vous sauver. Et puis cette dose importante est vouée à baisser. La consommation d'alcool, elle, ne peut qu'augmenter;
Nous ferons tout ce qui est dans nos possibilités pour vous aider, si vous n'avez pas un bon professionnel à disposition, bien que ce soit une bonne piste.
Reprenez courage et n'hésitez pas à revenir souvent sur le forum, aussi souvent que vous en aurez besoin. Vous nous trouverez toujours, les uns ou les autres, au rendez-vous.
hbb
hbb
hbb
 
Messages: 15580
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Précédente

Retourner vers Fil solidaire. Bienvenue aux nouveaux ICI

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 13 invités

x