Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

discussion libre d'entraide sur le baclofène
Règles du forum
Bienvenue aux nouveaux !

* Ici vous pouvez créer votre propre sujet, c'est à dire le fil de discussions sur lequel vous pouvez vous présenter et serez suivis tout au long de votre parcours.

* Si vous en avez déjà un, le forum libre est à votre disposition pour aborder d'autres thèmes.

Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

Messagede Veronique66 » 13 Mai 2012, 15:57

Bonjour,

Je viens de m'inscrire sur ce forum pour essayer d'avoir des conseils et de l'aide pour ma soeur âgée de 48 ans, qui est lourdement dépendante de l'alcool. Son problème est ancien puisque sa consommation d'alcool est devenue pathologique à l'âge de 20 ans. Elle en est depuis longtemps au stade de la dépendance physique, sans doute depuis 1989. Elle a développé une épilepsie alcoolique (actuellement gravissime selon les médecins) depuis 1999. Ses crises se produisent lors de consommation particulièrement excessives, ou bien en situation de manque, lorsqu'elle se trouve en rupture de stocks avant l'heure d'ouverture des magasins. Depuis trois ans, elle est régulièrement hospitalisée en urgence, suite à des comas épileptiques, nécessitant plusieurs jours de réanimation, ou des comas hypoglycémiques, lorsqu'elle en vient à se nourrir exclusivement d'alcool. Sa vie étant depuis de nombreuses années complètement remplie par l'alcool, elle n'a jamais été en situation de travailler.
Actuellement, et malgré le fait qu'elle ait frôlé la mort de très près plusieurs fois, elle n'a encore jamais pris véritablement conscience de son état et exprimé le souhait d'aller dans un établissement de cure. Nous l'avions un peu poussée à aller à un groupe de parole, il y a deux ans, mais le plus souvent elle n'était plus en état de tenir debout lorsqu'il était l'heure de s'y rendre. Nous l'avons accompagnée à des consultations d'alcoologie, au servie UTAMA de l'hôpital Beaujon (Clichy) et au centre Magellan (Gennevilliers), mais elle terminait toujours à l'hôpital avant de pouvoir se rendre au deuxième rendez-vous.
Comme elle était perpétuellement en danger de mort, on n'a su que nous proposer une hospitalisation à l'hôpital psychiatrique de Moisselles (95), auquel la commune d'Asnières est rattachée. Ce n'est bien sûr pas l'endroit pour la soigner et elle s'y trouve maintenant depuis 9 mois et demi. Elle a depuis décembre des permissions de trois jours, pendant lesquelles elle peut assouvir son envie irrépressible de boire. Heureusement, elle prend un médicament qui permet de prévenir les crises de delirium tremens qui ne manqueraient pas sans cela de se produire à son retour à l'hôpital. Elle vient seulement d'obtenir son premier rendez-vous avec une psychologue au centre médico-psychologique d'Ansières. Auparavant, elle n'avait pas eu la moindre prise en charge.
On me dit que le seul espoir pour elle pour tenter de lui sauver la vie serait la prescription de baclofène. J'ai eu de longues conversations avec ma soeur sur le sujet, et elle serait partante pour tenter l'expérience. C'est pour cela que nous sommes à la recherche d'un médecin connaissant le sujet dans le secteur de domiciliation de ma soeur. Il me semble que les médecins qui exercent dans les endroits où ma soeur est déjà allée en consultation ne sont complètement convaincus de l'utilité du baclofène, sinon j'aurais bien sûr commencé par eux. Alors si quelqu'un a un contact dans notre secteur, cela pourrait nous rendre service. Je précise que je suis moi-même domiciliée çà Antibes. Je ne pourrai donc l'emmener à un rendez-vous qu'au mois de juillet, lors de mes prochaines vacances, ma soeur n'étant pas capable de se rendre seule à un rendez-vous.
Merci de m'avoir lu et merci d'avance pour les conseils que vous pourrez m'apporter.
Veronique66
 
Messages: 8
Inscription: 13 Mai 2012, 14:42
Localisation: Antibes

Re: Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

Messagede hbb » 13 Mai 2012, 17:19

Chère Véronique,
Je viens de vous envoyer un MP (message privé)...
Bonne fin de dimanche.
hbb
hbb
 
Messages: 15580
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

Messagede Veronique66 » 13 Mai 2012, 18:37

Bonjour Smooch,

Merci pour cette réponse rapide. Je vais essayer de répondre aux questions.

Smooch a écrit:Bonjour Véronique, pas facile le cas de ta soeur !

Il y a une contradiction entre ces 2 phrases :

elle n'a encore jamais pris véritablement conscience de son état et exprimé le souhait d'aller dans un établissement de cure.
J'ai eu de longues conversations avec ma sœur sur le sujet, et elle serait partante pour tenter l'expérience
Où en est-elle réellement ? Car si elle ne prend pas conscience de son état, ce n'est pas la peine d'essayer car elle ne prendra pas les comprimés ...


Oui, il y a un risque qu'elle ne suive finalement pas correctement le traitement. Mais on est arrivé à un point tel qu'on voudrait tout tenter. Elle se rend quand même compte que c'est à cause de l'alcool qu'elle a atterri dans l'hôpital où elle est actuellement. Ce qu'elle n'arrive pas encore à réaliser c'est à quel point elle met sa vie en danger.

Ce n'est bien sûr pas l'endroit pour la soigner et elle s'y trouve maintenant depuis 9 mois et demi.
Ce n'est pas le lieu mais au moins elle est moins en danger que chez elle. As-tu eu l’occasion de parler avec les médecins pour qu'on lui donne du baclofène ? Il est prévu qu'elle y reste combien de mois ?

Le médecin qui supervise le cas de ma soeur à l'hôpital accepte difficilement le dialogue. Par ailleurs on nous a clairement dit (un médiateur puisque les échanges directs avaient été impossibles) que personne n'y connaissait rien en alcoologie dans cet hôpital et qu'on ne pouvait donc rien faire pour ma soeur. Aucune date de sortie n'a encore été fixée.

On me dit que le seul espoir pour elle pour tenter de lui sauver la vie serait la prescription de baclofène.
C'est qui le on ? ...

C'est un médecin, très éclairé sur le sujet, mais à la retraite.

C'est pour cela que nous sommes à la recherche d'un médecin connaissant le sujet dans le secteur de domiciliation de ma soeur.
Pourquoi ne pas en parler avec son médecin généraliste ?
Il me semble que les médecins qui exercent dans les endroits où ma soeur est déjà allée en consultation ne sont complètement convaincus de l'utilité du baclofène, sinon j'aurais bien sûr commencé par eux.
Peux-tu développer ? Parfois ils attendent qu'on leur demande. Vu les derniers évènements et l'autorisation de l' AFSSAPS ils ont peut-être changé d'avis.

Je me base sur des interviews publiés dans la presse. Ils le prescrivaient, mais à très faibles doses. Ils pourraient effectivement avoir évolué.

Je précise que je suis moi-même domiciliée çà Antibes.
Il n'y a personne près d'elle ? Qui va s'assurer qu'elle va prendre le traitement ? La soutenir ?

Ma soeur vit avec notre père qui aura bientôt 85 ans et qui n'est plus très en forme. J'ai déposé pour elle il y a dix mois un dossier à la MDPH pour qu'elle obtienne un accompagnement de la part du SAMSAH-Espérance qui s'occupe du handicap psychique. Cela ne résoudra tous les problèmes de prise en charge, mais ce sera déjà une première aide.

Au plaisir de te lire !: Smooch[/font]
Veronique66
 
Messages: 8
Inscription: 13 Mai 2012, 14:42
Localisation: Antibes

Re: Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

Messagede Veronique66 » 13 Mai 2012, 18:45

hbb a écrit:Chère Véronique,
Je viens de vous envoyer un MP (message privé)...
Bonne fin de dimanche.
hbb


Bonjour hbb,

Merci de votre réponse rapide. Je découvre que je dois avoir posté trois messages pour pouvoir accéder aux messages privés. Donc avec ce post, ce devrait être bon.
Bonne fin de journée.
Veronique66
 
Messages: 8
Inscription: 13 Mai 2012, 14:42
Localisation: Antibes

Re: Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

Messagede Veronique66 » 11 Juil 2012, 18:55

Merci à toutes et à tous pour vos conseils. J'ai pris des contacts au mois de mai, mais pour l''instant, rien n'a encore abouti. Je vais passer deux semaines dans la région parisienne avec ma soeur. Je verrai, si je peux faire avancer les choses en étant sur place avec elle. Je donnerai des nouvelles à mon retour.

Véronique
Veronique66
 
Messages: 8
Inscription: 13 Mai 2012, 14:42
Localisation: Antibes

Re: Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

Messagede hbb » 12 Juil 2012, 23:48

Essayez de contacter les CMP, en vous assurant que les médecins y prescrivent bien du baclofène...
hbb
hbb
 
Messages: 15580
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

Messagede bocly » 13 Juil 2012, 01:54

Bonjour Véronique!

Pour l'instant tu n'as pas abouti dans tes recherches.
Ta soeur habite dans le 95, c'est ça?

Bien que l'on ne sache rien de sa motivation et de la régularité pour commencer son traitement, je fais remonter l'info.
J'espère qu'une réponse suivra.

Bon courage!
: clindoeil :
Bocly
C'est en nous que l'on trouve ... la liberté, la sobriété et la "paix de l'esprit"!
Avatar de l’utilisateur
bocly
 
Messages: 3932
Inscription: 27 Oct 2011, 09:47
Localisation: Hautes Alpes

Re: Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

Messagede changethescript » 13 Juil 2012, 12:22

Bonjour Véro

Je t'ai envoyé un MP
Merci de le lire et surtout d'y répondre ;-)
Bises
Change
Je ne suis pas médecin.
Les conseils que je vous donne sont de simples indications de répartition des doses prescrites par votre prescripteur.
Privilégiez toujours ses conseils par rapport aux miens.
Incitez le à s'inscrire, à se former et à participer à notre FORUM MÉDECINS
Renseignez vous sur le baclofène en vous rendant sur le site ARRETER DE BOIRE
Pour une aide sur votre traitement : DEMANDES DE RÉPARTITIONS
Avatar de l’utilisateur
changethescript
 
Messages: 12506
Inscription: 13 Aoû 2010, 15:20
Localisation: Marseille

Re: Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

Messagede Veronique66 » 31 Juil 2012, 12:00

hbb a écrit:Essayez de contacter les CMP, en vous assurant que les médecins y prescrivent bien du baclofène...
hbb

Bonjour,

Merci pour votre message. Malheureusement le CMP d'Asnières n'a aucune compétence en alcoologie. Nous sommes allées en consultation à Clichy au centre Victor Segallen, où nous avons rencontré une infirmière, très gentille et très compétente, mais qui en l'absence du médecin n'a pas pu nous dire s'il serait ou non possible de prescrire du baclofène à ma soeur. Ma soeur a un nouveau rendez-vous chez eux le 14 août, avec un médecin, mais j'ai repris le travail à Nice et je ne suis pas encore sûre d'avoir quelqu'un pour l'accompagner ce jour.
Veronique66
 
Messages: 8
Inscription: 13 Mai 2012, 14:42
Localisation: Antibes

Re: Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

Messagede bocly » 31 Juil 2012, 16:11

Bonjour Véronique!

As-tu ouvert ta boite de messages privés?
Change t'avais envoyé un message le 13 juillet.
Si toujours rien, je renverrais l'info pour un prescripteur dans le 95.

En attente de ta réponse!
: clindoeil :
Bocly
C'est en nous que l'on trouve ... la liberté, la sobriété et la "paix de l'esprit"!
Avatar de l’utilisateur
bocly
 
Messages: 3932
Inscription: 27 Oct 2011, 09:47
Localisation: Hautes Alpes

Re: Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

Messagede Veronique66 » 31 Juil 2012, 18:35

bocly a écrit:Bonjour Véronique!

As-tu ouvert ta boite de messages privés?
Change t'avais envoyé un message le 13 juillet.
Si toujours rien, je renverrais l'info pour un prescripteur dans le 95.

En attente de ta réponse!
: clindoeil :
Bocly

Bonjour,

Je n'ai vu le message privé qu'hier car je m'étais absentée une quinzaine de jours et ne pouvait que difficilement accéder à internet. Un grand merci à changethescript pour l'adresse qu'elle m'a fournie aujoud'hui. Je donnerai des nouvelles dès que nous aurons avancé. A bientôt.
Véronique
Veronique66
 
Messages: 8
Inscription: 13 Mai 2012, 14:42
Localisation: Antibes

Re: Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

Messagede Veronique66 » 01 Aoû 2012, 15:51

Bonjour,

L'état physique de ma soeur s'étant considérablement dégradé, elle va être de nouveau hospitalisée d'un jour à l'autre. Elle était sortie de l'hopital de Moisselles début juin, mais était encore sous contrainte avec eux. C'est donc eux qui ont pris cette décision La seule chose que nous avons pu obtenir, c'est qu'elle aille à la clinique d'Epinay sur Seine, habilitée à recevoir des personnes hospitalisées sous contrainte, plutôt qu'à l'hôpital de Moisselles qui n'a aucune compétence pour soigner les problèmes de dépendance à l'alcool. Il y a des formalités administratives à régler car les deux établissements se trouvant dans deux départements différents, la DDASS doit donner son accord. Je crains quand même que le fait que le séjour à Epinay ne se fasse pas en hospitalisation libre limite les possibilités de soins. J'espère quand même qu'ils seront meilleurs que Moisselles pour le suivi post-hospitalisation. Je reste en relation avec le centre d'alcoologie de Clichy qui connait le dossier de ma soeur et qui pourra être un bon interlocuteur avec la clinique d'Epinay. Je reviendrai donner des nouvelles sur le forum.

Véronique
Veronique66
 
Messages: 8
Inscription: 13 Mai 2012, 14:42
Localisation: Antibes

Re: Recherche d'un médecin dans les environs d'Antibes (06)

Messagede Veronique66 » 17 Déc 2014, 01:04

Bonsoir,

Je reviens sur ce forum après une très longue absence. Malheureusement, les problèmes de ma soeur sont loin d'être réglés et j'ai été prise dans une telle situation inextricable que je n'avais plus le temps, mais peut-être surtout plus l'énergie pour venir poster. Pour reprendre là où j'en étais restée et essayer de résumer un peu la situation, ma soeur a fait un séjour dans une clinique où a été initié un traitement de baclofène, à doses relativement faibles.Au bout de deux mois et demi, elle est sortie avec une dose d'une dizaine de comprimés, très insuffisante pour elle. Elle sortait en permission tous les week-ends et buvait pas mal, ce qui permettait de voir que la dose n'était pas suffisante, mais au bout d'un moment le médecin a trouvé que le séjour avait assez duré, il nous a annoncé une heure avant qu'elle sortait, un vendredi après-midi, avec une ordonnance de 15 jours, sans rien d'organisé derrière et sans médecin pour continuer la prescription. Par ailleurs, durant le séjour à la clinique, la prescription de baclofène n'avait été accompagnée d'aucune prise en charge psychologique, ce qui était très dommage. Je remercie les personnes qui m'ont aidée à trouver rapidement un médecin prescripteur pour continuer le suivi.

Le médecin, un généraliste, qui s'est montré très à l'écoute et avait une très bonne compréhension du problème, a continué à augmenter les doses. Ma soeur avait déjà réussi à réduire sa consommation de moitié, ce qui supprimait les chutes et les admissions aux urgences et autres traumatismes crâniens. Malheureusement, un médecin de CMP, n'ayant aucune connaissance en alcoologie s'est mêlé de cette affaire, et a interdit à ce médecin de continuer la prescription de baclofène, en prétextant qu'il fallait d'abord supprimer tous les motifs qui l'avaient conduite à la boisson avant de s'occuper du problème d'alcool. Pour lui, le problème d'alcool, qu'il minimisait considérablement, tandis qu'il maximisait les problèmes psychiatriques, disparaîtrait de toute façon de lui-même. Il n'avait de pas intégré l'existence d'une très forte dépendance physique. Malheureusement, le médecin qui lui prescrivait le baclofène et qui venait de s'installer, s'est laissée influencer. Il faut dire que le médecin du CMP avait une très forte emprise sur les gens, et qu'il fallait être doté d'une très forte personnalité pour lui tenir tête.

Le traitement de baclofène a donc été arrêté très progressivement à partir du début de l'année 2013. Arrivé en dessous d'une certaine dose, les chutes ont recommencé et les passages aux urgences sont devenus fréquents. Ma soeur est restée avec une dose de baclofène de deux comprimés par jour jusqu'à l'été 2013. J'aurais bien cherché un autre médecin, mais le même scénario pouvait recommencer. Il fallait donc en premier lieu écarter le CMP de la vie de ma soeur avant de pouvoir reprendre les choses par le bon bout. Mon père avec lequel ma soeur habitait toujours est malheureusement mort fin juillet. Il était impossible de laisser ma soeur, qui était dans un état épouvantable, toute seule. J'ai prolongé mes vacances pour essayer de trouver une solution d'urgence adaptée, mais en été rien n'est simple. Au bout d'un moment il a bien fallu que je songe à rentrer chez moi et à reprendre le travail. Après un ultime passage aux urgences, ma soeur s'est retrouvée une nouvelle fois à l'hôpital psychiatrique, sans aucune prise en charge de son problème d'alcool. Il s'est de plus passé des choses assez graves, qui ont fait qu'il est devenu impossible de l'y laisser un jour de plus. Et j'ai débarqué un jour à l'improviste pour la faire sortir et l'emmener chez moi. Nous avions depuis quelques temps décidé avec elle que le mieux était qu'elle vienne s'installer près de chez moi, mais nous ne pensions initialement pas devoir agir dans une telle urgence.

Ma soeur a commencé par aller 4 semaines dans un centre cure. On savait qu'elle ne tiendrait pas à la sortie, mais au moins elle a pu avoir une très bonne psychothérapie pendant un mois, ceci pour la première fois de sa vie. Notre idée était ensuite qu'elle puisse reprendre un traitement de baclofène. Nous sommes allées en consultation au centre d'alcoologie local, ne sachant pas à l'avance quelle serait leur position sur le baclofène, mais avec l'idée que si on le lui prescrivait ce serait parfait, et que sinon , nous chercherions en plus un autre médecin. Nous avons eu une bonne surprise puisque le médecin a estimé que le baclofène était parfaitement adapté à son cas et lui a proposé de lui en prescrire au bout de quelques rendez-vous. J'hébergeais alors ma soeur en attendant qu'elle ait un toit. Elle ne pouvait pas sortir faire des courses seule et n'avait pas la possibilité de boire, mais l'envie était présente et nous espérions qu'elle serait suffisamment avancée dans le traitement lorsqu'elle s'installerait seule.

Les choses sont allées assez lentement. Elle s'est installée seule deux mois après avoir commencé le traitement, elle n'en était alors qu'à 8 comprimés. Nous ne savions toujours pas quelle était la position du médecin et s'il accepterait d'aller suffisamment loin dans le traitement. Dès que ma soeur a été chez elle, elle a recommencé à s'acheter des bouteilles. Cela se passait fin mai, après 9 mois et demi sans avoir eu la possibilité de boire. Le traitement a été augmenté encore de deux comprimés, mais elle buvait toujours trop et dans le courant du mois d'août, elle a fait une mauvaise chute et s'est retrouvée à l'hôpital, en psychiatrie. Le cauchemar a recommencé. Le traitement de baclofène lui a été immédiatement supprimé. J'ai tenté d'obtenir un transfert dans une clinique, où la prise en charge aurait été meilleure, mais l'hôpital s'y est opposé et aucun médecin extérieur n'a pu nous aider, parce que justement elle était à l'hôpital. Le séjour s'est éternisé, aucun contact n'était possible avec l'équipe médicale. J'étais réduite à envoyer des courriers puisque personne n'acceptait de me parler ou de me rencontrer. Il aura fallu attendre 8 semaines pour cela, et nous avons alors obtenu que le traitement de baclofène lui soit de nouveau prescrit, mais avec une très forte réticence. Trois semaines, plus tard elle partait en soins de suite dans un autre département, avec une prescription de baclofène plus faible qu'à son arrivée à l'hôpital, sans que l'hôpital sache ou non, si le traitement de baclofène allait pouvoir être poursuivi. Ce fut heureusement le cas. Cette fois-ci, nous sommes tombées sur un médecin ouvert d'esprit. En 5 semaines, elle a pu progresser de 8 comprimés. Il a fallu quand même négocier un peu les horaires, car aucune distribution de médicaments n'avait lieu l'après-midi, du coup elle avait un trou de 7h entre deux prises entre 12h et 19h, au moment où elle avait le plus envie de boire. Ma soeur avait finalement obtenu, au bout de 15 jours, d'aller chercher elle-même la dose de l'après-midi auprès d'une infirmière. En dehors du baclofène, la prise en charge était quasiment inexistante. On s'est donc un peu demandé pourquoi on l'avait envoyée si loin, alors que les cliniques locales auraient pu faire la même chose.

Ma soeur commence maintenant à ressentir une très nette diminution de son envie de boire. Elle était à 17 comprimés à sa sortie de la clinique. On a tout de suite repris rendez-vous avec le centre d'alcoologie pour continuer la progression. Et là, malheureusement on s'est heurté à un mur. Le médecin, après en avoir parlé avec l'hôpital, qui avait pour sa part contacté le fameux médecin du CMP de la région parisienne, qui nous avait causé beaucoup de problèmes, estime maintenant que ce traitement ne lui sera d'aucune utilité et ne veut plus le poursuivre. On nous ressort le même discours. Il faudrait supprimer avant tous les motifs qui l'ont poussée à boire. Autant dire que nous ne sommes pas arrivées. Ce qui est malheureux dans cette affaire, c'est que ma soeur a aussi eu affaire dans la région parisienne à un médecin psychiatre très compétent. Elle voyait aussi un généraliste qui la connaissait depuis 30 ans et qui avait très bien évalué son cas, mais ces médecins personne ne veut les entendre, car ils n'appartiennent pas au système de la psychiatrie publique sectorisée. Notre problème aujourd'hui est de retrouver localement un médecin qui accepte de lui prescrire du baclofène, à Antibes (06), que l'on puisse voir rapidement car l'ordonnance actuelle ne va lui permettre de tenir que jusqu'au 23 décembre. Je vais faire cette demande par message privé, mais je voulais également exposer un peu la situation avant.

Merci d'avance

Véronique
Veronique66
 
Messages: 8
Inscription: 13 Mai 2012, 14:42
Localisation: Antibes

Re: Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

Messagede hbb » 19 Déc 2014, 00:30

Votre combat laissé sans voix et force l'admiration. Vous allez parvenir à vos fins et vous l'aurez bien mérité. Votre sœur a une immense chance de vous avoir.
Quant au corps médical, c'est une honte!
hbb
hbb
 
Messages: 15580
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: Recherche d'un médecin dans les environs d'Asnières (92)

Messagede changethescript » 19 Déc 2014, 11:53

Bonjour Véronique,

Effectivement l'attitude de ces médecins est honteuse !

Notre problème aujourd'hui est de retrouver localement un médecin qui accepte de lui prescrire du baclofène, à Antibes (06),


Je t'envoie un message privé à ce sujet.

Bises et courage !
change
Je ne suis pas médecin.
Les conseils que je vous donne sont de simples indications de répartition des doses prescrites par votre prescripteur.
Privilégiez toujours ses conseils par rapport aux miens.
Incitez le à s'inscrire, à se former et à participer à notre FORUM MÉDECINS
Renseignez vous sur le baclofène en vous rendant sur le site ARRETER DE BOIRE
Pour une aide sur votre traitement : DEMANDES DE RÉPARTITIONS
Avatar de l’utilisateur
changethescript
 
Messages: 12506
Inscription: 13 Aoû 2010, 15:20
Localisation: Marseille


Retourner vers Fil solidaire. Bienvenue aux nouveaux ICI

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 16 invités

cron

x