NoMore : stop ou encore ?

discussion libre d'entraide sur le baclofène
Règles du forum
Bienvenue aux nouveaux !

* Ici vous pouvez créer votre propre sujet, c'est à dire le fil de discussions sur lequel vous pouvez vous présenter et serez suivis tout au long de votre parcours.

* Si vous en avez déjà un, le forum libre est à votre disposition pour aborder d'autres thèmes.

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede hbb » 12 Mar 2017, 15:09

Comment allez-vous, NoMore ?
hbb
hbb
 
Messages: 15641
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede NoMore » 26 Juil 2017, 07:55

Bonjour hbb et bonjour à tous,

Le descente n'est pas des plus facile. De 360 à 80mg, tout s'est très bien passé. Il faut dire que descendre de 10mg à 200mg n'est pas la même chose que de descendre de 10mg à 80mg... question de %!

J'ai donc réduis beaucoup plus doucement à 80mg, jusqu'a 50mg puis 40mg sans problème majeur.
Et à 30mg... patatras... je rebois le midi (jamais seul et je m'en passe, mais le désir se fait plus pressant), et le soir dès que j'ai une occasion festive.

Je ne sors ni n'organise de déj/diner pour boire et ne bois pas seul donc ce n'est pas la cata, mais je ne me sens plus aussi libre qu'avant. J'ai remonté à 40mg et ca va un peu mieux mais ce n'est pas la folie non plus.

Je pensais remonter à 50 ou 60mg puis descendre de 5 en 5 toutes les 6 semaines. Je veux vraiment arriver a être bien sans dose de confort. Pas évident tout cela...
NoMore
 
Messages: 344
Inscription: 30 Déc 2013, 14:28

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede hbb » 26 Juil 2017, 09:48

Mieux vaut prendre une petite dose journalière, même de 50mg ou 60g, durant un laps de temps variable (1 an, 2 ans) pour que vous soyez totalement déconnecté de l'envie de boire, NoMore. Ensuite, vous pourrez descendre encore un peu, peut-être.

Nous sommes tous sous le choc des décisions arbitraires de l'ANSM. Avec la politique actuelle, vous n'auriez pas pu atteindre cette période d'indifférence, sauf à financer votre traitement et à trouver un médecin courageux et "hors-la-loi". N'est-ce pas aberrant ? Seriez-vous prêt à témoigner par un courrier auprès des autorités de santé pour essayer de leur faire comprendre ce que l'alcool vous volait, en quoi il vous nuisait et ce que le baclofène vous a apporté ?
hbb
hbb
 
Messages: 15641
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede NoMore » 26 Juil 2017, 20:56

Je suis d'accord pour la dose, au moins un temps....

Et pour le témoignage, d'accord aussi (il m'a fallu 360mg pour être indifférent). Quand j'aurai quelques minutes j'enverrai un email à l'adresse créée pour l'occasion.
Je suis moi-même estomaqué par cette décision qui semble sans fondement...
NoMore
 
Messages: 344
Inscription: 30 Déc 2013, 14:28

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede hbb » 26 Juil 2017, 23:51

Merci, NoMore.
hbb
hbb
 
Messages: 15641
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: NoMore : stop ou encore ?

Messagede NoMore » 09 Juin 2018, 21:54

Coucou les amis,

Long time no see... toutes mes excuses !

Pour ceux qui ne me connaissent pas : j'ai démarré le Baclofène en janvier 2014. La montée a été dure, très dure, puisque j'ai du aller jusqu'à 360mg pour me sentir indifférent. Tout se passait bien. Je suis resté longtemps à ce palier (je dirais 8-10 mois) puis j'ai redescendu touuuuut doucement, de 5 à 10mg par mois. Tout se passait bien, j'avais baissé à 50mg, puis 40mg, puis 30mg... et c'était un peu revenu. Du coup, j'ai remonté un peu. Puis encore. Et encore... A 10mg, ca allait pas mal pendant plusieurs mois.

Depuis quelques semaines, j'ai reglissé sur la marche. Avec l'été et les vacances, j'ai bu un peu plus qu'à l'accoutumée (pas tous les jours loin de là, mais de plus en plus souvent quand même, de zéro, à 1, à 3, à 4 fois par semaine...). Jusqu'à l'incident. Un craving, comme je n'en avait pas eu depuis quelques temps. Et j'ai bu une bouteille seul à la maison, puis une la moitié d'une autre. Cela n'était pas arrivé depuis 4 ans.

Aujourd'hui, ma vie est plus stable car je suis en couple, avec quelqu'un qui m'épaule et m'empêche. C'est pénible car je déteste qu'on me dise ce que j'ai à faire, mais en même temps, cela évite de très nombreuses occasions de boire ! Aujourd'hui j'étais seul, j'ai eu un peu envie, mais j'ai su me résonner et tout va bien, c'est passé. Je ne suis donc pas encore complètement retombé mais je suis tout de même moins à l'aise qu'avant.

J'ai aussi des effets un peu bizarres en ce moment, comme des petits vertiges et/ou des ondes électriques, que je n'avais jamais eu en 4 ans. C'est depuis que j'ai oublié, il y a une semaine, de prendre une prise, et que j'ai failli tomber dans les pommes. Dur dur, j'ai du mal à m'en remettre. J'ai de plus toujours pas d'orgasmes satisfaisants et mon désir est très affecté.

Du coup, après tout de même 4 et demi de baclofène, entre 10mg et 360 mg par jour, je me pose des questions sur la suite :
- Tout arrêter (progressivement), cela ne fonctionne pas sur moi. Voir ce qu'il se passe et aviser ?
- Tout arrêter (progressivement) et repartir du début (progressivement), dans ce cas, dois-je recibler ou puis-je faire une prise comme aujourd'hui ?
- Remonter progressivement de là où j'en suis (mais j'ai l'impression que je n'y arriverai pas).

Dans tous les cas, 4 ans et demi c'est long, et j'ai envie de retrouver une sexualité digne de ce nom car je n'en peux plus et que cela met mon couple à très rude épreuve. Je risque de perdre celui que j'aime donc tout ensemble, c'est compliqué ! Donc j'aimerais arriver à zero à un moment donné.

Votre avis et notamment celui de changethescript (qui je crois à recommencé) seraient précieux.

A bientôt,
NoMore
NoMore
 
Messages: 344
Inscription: 30 Déc 2013, 14:28

Re: NoMore : stop ou encore ?

Messagede hbb » 09 Juin 2018, 22:46

Je ne sais que vous écrire, NoMore, si ce n'est que l'alcool est une vaste saloperie, qui engendre tellement de méfaits sur tellement de plans...
Essayez d'envoyer un message à Change sur "demandes de répartitions".
hbb
hbb
 
Messages: 15641
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: NoMore : stop ou encore ?

Messagede jocelyne1955 » 09 Juin 2018, 22:51

Bonjour Nomore,
Aïe, une rechute !
Je ne comprends pas trop ton passage
Tout se passait bien, j'avais baissé à 50mg, puis 40mg, puis 30mg... et c'était un peu revenu. Du coup, j'ai remonté un peu. Puis encore. Et encore... A 10mg, ca allait pas mal pendant plusieurs mois.
Ce n'était pas plutôt à 100mg que "ça allait pas mal" ?
A quel dosage es-tu à ce moment ? Tu prends ton baclo comment ?
De tes 3 options, la 1ère est à éviter. Ça a marché une fois pour toi, pas de raison que ça ne me marche pas à nouveau !
Pourquoi vouloir tout arrêter et reprendre progressivement ? Tu espères avoir une dose-seuil plus faible ?
Pour moi, et c'est ce que je ferais à ta place, ce qu'il faut faire, c'est continuer à augmenter avec l'aide de Change
Change n'a plus trop le temps d'aller sur les fils en ce moment (elle a des soucis familiaux). Fais un copier/coller de ton message et mets-le sur "Demandes de répartitions"
Courage : rien ne dit que tu seras obligée de monter à 360mg cette fois-ci
Bises
Jocelyne
Avatar de l’utilisateur
jocelyne1955
 
Messages: 6181
Inscription: 22 Juin 2014, 09:27
Localisation: 91

Re: NoMore : stop ou encore ?

Messagede hbb » 09 Juin 2018, 22:56

Peut-être aussi serait-il bon de penser à éviter la consommation d'alcool, même de façon épisodique, pendant longtemps, pour perdre ces réflexes dangereux qui vous ont conduit à la rechute.
hbb
hbb
 
Messages: 15641
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: NoMore : stop ou encore ?

Messagede NoMore » 09 Juin 2018, 23:08

Non ça allait bien à 50mg... à 40 et à 30. Après je me sentais un tout petit peu moins à l’aise mais j’ai remonté tout doux jusqu’a 100mg, sans amélioration, au contraire donc...

Tout arrêter et reprendre : l’interet c’est de partir sur un nouveau cycle et d’avoir une dose seuil plus basse. C’est ce que change à fait en tout cas.

Je ne remonterai jamais à 360mg. Les effets étaient trop fort et je ne vivais plus.

Aujourd’hui je prends tout avant de me coucher, ce que j’ai toujours fait depuis la dose seuil et qui fonctionnait bien. Si je le prends à une autre heure c’est très dur de tenir en plus.

Éviter l’alcool ? Je n’y arrive pas. Je trouve cela injuste de devoir contrôler ce que tant de gens n’ont pas à faire et de me priver du côté convivial et qui me permet aussi de me détendre de façon occasionnelle, au lieu de prendre des anxiolytiques pour réussir à ne pas me laisser bouffer par les responsabilités quotidiennes.
NoMore
 
Messages: 344
Inscription: 30 Déc 2013, 14:28

Re: NoMore : stop ou encore ?

Messagede jocelyne1955 » 09 Juin 2018, 23:21

Comme toi, NoMore, j'ai dû monter à 360mg pour trouver ma dose-seuil. Mais monter en continuant à boire était impossible au niveau des EI que cela provoquait. J'ai donc décidé une abstinence choisie pour pouvoir monter jusqu'à 360mg, sans aucun effet indésirable. A l'heure actuelle, je suis complètement indifférente à l'alcool. l'alcool ne m’intéresse plus. Je n'envisage même plus une consommation occasionnelle
Jocelyne
Avatar de l’utilisateur
jocelyne1955
 
Messages: 6181
Inscription: 22 Juin 2014, 09:27
Localisation: 91

Re: NoMore : stop ou encore ?

Messagede jocelyne1955 » 10 Juin 2018, 11:26

J'ai relu tout ton fil, NoMore. C'est à chaque fois que tu entames une descente de baclo que tu rechutes. Mais aussi parce que tu gardes une petite dose d'alcool convivial. Ne serais-tu pas prêt à noncer provisoirement à cet alcool convivial ?
Bises
Jocelyne
Avatar de l’utilisateur
jocelyne1955
 
Messages: 6181
Inscription: 22 Juin 2014, 09:27
Localisation: 91

Re: NoMore : stop ou encore ?

Messagede changethescript » 10 Juin 2018, 14:03

NoMore a écrit:Non ça allait bien à 50mg... à 40 et à 30. Après je me sentais un tout petit peu moins à l’aise mais j’ai remonté tout doux jusqu’a 100mg, sans amélioration, au contraire donc...
J'ai aussi des effets un peu bizarres en ce moment, comme des petits vertiges et/ou des ondes électriques, que je n'avais jamais eu en 4 ans. C'est depuis que j'ai oublié, il y a une semaine, de prendre une prise, et que j'ai failli tomber dans les pommes. Dur dur, j'ai du mal à m'en remettre. J'ai de plus toujours pas d'orgasmes satisfaisants et mon désir est très affecté.

Niveau anorgasmie est ce que ça allait mieux à petit dosage ? Concernant les nouveaux EI, ça m'est arrivé aussi. alors que j'étais montée sans problème la1ère fois à 300mg, aujourd'hui à partir de 240 je fais de l'hypomanie, des oedemes, choses que je n'avais jamais eu avant.
Tout arrêter et reprendre : l’interet c’est de partir sur un nouveau cycle et d’avoir une dose seuil plus basse. C’est ce que change à fait en tout cas.
Pour la dose seuil plus basse en cas de rechute, ce n'est pas obligatoire. Pour certains c'est le cas, pour d'autres non...

Je te propose de baisser doucement ( 10mg tous les 3 jours) jusqu'à atteindre 30mg et repartir très lentement à la hausse avec une répartition adaptée.
Et d'ores et déjà de changer ta répartition. Pour cela j'ai besoin de savoir à quelle heure déboule ton ou tes craving(s).

Je ne remonterai jamais à 360mg. Les effets étaient trop fort et je ne vivais plus.

Aujourd’hui je prends tout avant de me coucher, ce que j’ai toujours fait depuis la dose seuil et qui fonctionnait bien. Certes, mais visiblement tu n'es plus à ta dose seuil puisque le craving est revenu. Une prise n'est du coup plus d'actualité, et 100mg d'un coup peut aussi expliquer tes nouveaux EI (vertiges, secousses électriques)
Si je le prends à une autre heure c’est très dur de tenir en plus.

Éviter l’alcool ? Je n’y arrive pas. Je trouve cela injuste de devoir contrôler ce que tant de gens n’ont pas à faire et de me priver du côté convivial et qui me permet aussi de me détendre de façon occasionnelle, au lieu de prendre des anxiolytiques pour réussir à ne pas me laisser bouffer par les responsabilités quotidiennes.
Je ne suis pas médecin.
Les conseils que je vous donne sont de simples indications de répartition des doses prescrites par votre prescripteur.
Privilégiez toujours ses conseils par rapport aux miens.
Incitez le à s'inscrire, à se former et à participer à notre FORUM MÉDECINS
Renseignez vous sur le baclofène en vous rendant sur le site ARRETER DE BOIRE
Pour une aide sur votre traitement : DEMANDES DE RÉPARTITIONS
Avatar de l’utilisateur
changethescript
 
Messages: 12509
Inscription: 13 Aoû 2010, 15:20
Localisation: Marseille

Re: NoMore : stop ou encore ?

Messagede hbb » 11 Juin 2018, 00:08

"de devoir contrôler ce que tant de gens n’ont pas à faire et de me priver du côté convivial et qui me permet aussi de me détendre de façon occasionnelle, " :
je pense sincèrement que peu de gens qui boivent le font raisonnablement, NoMore. Personne n'a l'honnêteté de dire exactement la quantité d'alcool journalière bue.
Quant au côté covivial, ce n'est pas le produit avalé qui compte mais l'ambiance dans laquelle il est bu. On peut passer des moments fort agréables autour d'une tisane, d'une eau pétillante ou d'un jus de pomme.
Vous êtes sans doute de ceux qui ont besoin d'une coupure avec l'alcool, comme notre fils ou Jocelyne.
C'est votre propre sentiment de frustration qui vous empêche de passer le cap. Lorsque vous serez prêt, comme l'a été Jocelyne, ce sera difficile durant quelques jours, puis de moins en moins et plus du tout.
hbb
hbb
 
Messages: 15641
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: NoMore : stop ou encore ?

Messagede NoMore » 11 Juin 2018, 23:59

Coucou,

Je vais essayer de répondre dans l'ordre avec tout :

Jocelyne : En fait c'était ma première descente, je n'avais jamais descendu avant.
Jocelyne/hbb : J'avais déjà été totalement abstinent, pendant 1 mois. Effectivement, ensuite, l'alcool ne présentait aucun intérêt. Mais c'est vrai que je trouvais cela moins convivial tout de même de boire un jus de pomme :( Je crois que c'est surtout l'injustice que cela créé : moi je dois faire attention, et les autres non ?

Changethescript : Anorgasmie, je pense que ca allait un peu mieux. Mais moi j'ai eu des problèmes dès les premières pilules... et cela me déprime vraiment profondément. Et ca joue aussi sur le désir (alors que lis ca et la que ca ne devrait pas), mais peut être que c'est à cause de la frustation. Niveau ES, je pense que c'était des restes de mon oubli de l'autre jour, après presque 24h de retard. Je n'ai plus rien et tout va bien désormais :)

Concernant les cravings, bah en fait... c'est pas tous les jours du tout du tout. C'est arrivé 2x, uniquement le week-end, quand je suis seul (le reste du temps je sais que ce n'est pas possible) et en fin d'après-midi. Le reste du temps, tout va bien. Donc peut-être que je devrais juste augmenter de 10 à 12 et arrêter de boire qques temps ? Dans ton conseil du coup, quel est l'intérêt de descendre pour remonter, voir si je rechute ?

Bises,
NoMore
NoMore
 
Messages: 344
Inscription: 30 Déc 2013, 14:28

PrécédenteSuivante

Retourner vers Fil solidaire. Bienvenue aux nouveaux ICI

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 22 invités

x