NoMore : stop ou encore ?

discussion libre d'entraide sur le baclofène
Règles du forum
Bienvenue aux nouveaux !

* Ici vous pouvez créer votre propre sujet, c'est à dire le fil de discussions sur lequel vous pouvez vous présenter et serez suivis tout au long de votre parcours.

* Si vous en avez déjà un, le forum libre est à votre disposition pour aborder d'autres thèmes.

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede NoMore » 26 Aoû 2016, 00:44

Bientôt 2h.
NoMore
 
Messages: 344
Inscription: 30 Déc 2013, 14:28

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede changethescript » 26 Aoû 2016, 00:52

Ok!
Tu as atteint le pic sérique ...
Tu peux avoir des effets en descente mais je pense que ça devrait aller.

Tiens moi au courant en tout cas !
Je ne suis pas médecin.
Les conseils que je vous donne sont de simples indications de répartition des doses prescrites par votre prescripteur.
Privilégiez toujours ses conseils par rapport aux miens.
Incitez le à s'inscrire, à se former et à participer à notre FORUM MÉDECINS
Renseignez vous sur le baclofène en vous rendant sur le site ARRETER DE BOIRE
Pour une aide sur votre traitement : DEMANDES DE RÉPARTITIONS
Avatar de l’utilisateur
changethescript
 
Messages: 12512
Inscription: 13 Aoû 2010, 15:20
Localisation: Marseille

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede NoMore » 26 Aoû 2016, 01:17

Yep... merci pour tout.

Sinon je descend tranquille de 1 tous les 15 jours et ca se passe super bien. J'ai envie d'accélerer car l'anorgasmie (et dans mon cas, le manque de désir...) me pèsent... Olivier avait descendu en une semaine lui... :-( pas raisonnable ?
NoMore
 
Messages: 344
Inscription: 30 Déc 2013, 14:28

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede hbb » 26 Aoû 2016, 11:45

Eh bien, vous avez dû avoir peur, NoMore !
Est-ce que ça va, ce matin ?
hbb
hbb
 
Messages: 15641
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede NoMore » 26 Aoû 2016, 12:03

Tout va bien et même très bien.

Je pense que la théorie de Change est bonne : se tromper en descente est mieux qu'en montée car le corps garde en mémoire.

:-)
NoMore
 
Messages: 344
Inscription: 30 Déc 2013, 14:28

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede changethescript » 26 Aoû 2016, 13:43

Super !

Oui . Le fait que tu aies été en descente et pas en montée a beaucoup joué je pense.

J'ai envie d'accélerer car l'anorgasmie (et dans mon cas, le manque de désir...) me pèsent... Olivier avait descendu en une semaine lui... :-( pas raisonnable ?

Non, ce n'est pas raisonnable ... Pas raisonnable du tout !
Je ne suis pas médecin.
Les conseils que je vous donne sont de simples indications de répartition des doses prescrites par votre prescripteur.
Privilégiez toujours ses conseils par rapport aux miens.
Incitez le à s'inscrire, à se former et à participer à notre FORUM MÉDECINS
Renseignez vous sur le baclofène en vous rendant sur le site ARRETER DE BOIRE
Pour une aide sur votre traitement : DEMANDES DE RÉPARTITIONS
Avatar de l’utilisateur
changethescript
 
Messages: 12512
Inscription: 13 Aoû 2010, 15:20
Localisation: Marseille

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede NoMore » 05 Mar 2017, 11:22

Coucou les amis,

Désolé de ne pas être très présent sur le forum, ma vie est folle... :-(

Pour mémoire, j'ai démarré le 1er janvier 2014 soit il y a plus de 3 ans, et je descends depuis plus d'un an. Tout se pass(ait) bien : consommation régulière mais controlée (un verre n'en appelle pas un autre, plaisir et pas besoin) bref, ca roul(ait) jusqu'à 100 mg/jour, voire même 80mg.

Depuis ma dernière baisse à 60mg, je me rends compte que je reperds cette liberté, que je recommence à boire vite (plus que mes amis) et j'ai mëme eu quelques lendemains difficiles... Alors, je suis très loin de boire en cachette, mais cette perte de contrôle est pour moi le retour de la dépendance que j'avais oubliée.

Il est vrai que j'ai fêté pas mal de choses et bu trop régulièrement aussi.

Me conseillez-vous de limiter ma conso, de remonter, et de réduire/espacer la descente ? J'ai lu quelque part que plutôt que de descendre d'un comprimé, il fallait faire en %, c'est à dire, en dessous de 10, le faire plutôt par demi comprimé ? Ou mieux vaut-il rester sur un cp mais toutes les 3 semaines (je le fais ts les 15 jours) ? Je remonte de 10mg ou de 20 mg ?

Dernière chose, j'ai lu àbeaucoup d'endroits que baclofène = anorgasmie mais par contre le baclofène ne pouvait pas être responsable de la perte de désir or c'est chez moi très fort le cas. Est-ce possible que le baclo me joue des tours ou dois-je regarder ailleurs ? C'est aussi pour cela que ralentir la baisse est compliquée, +/-3 ans sans relations avec ma moitié sachant qu'on est ensemble depuis la même période, c'est dur !

Merci pour votre aide comme d'habitude.
Bises
NoMore
 
Messages: 344
Inscription: 30 Déc 2013, 14:28

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede hbb » 05 Mar 2017, 11:37

Cela fait plaisir de vous lire à nouveau, NoMore.
Voilà mon avis, qui n'est sans doute pas le même que celui de Change, qui passera peut-être par votre fil (dans le cas contraire, envoyez-lui un message sur "demandes de répartitions").
À vous lire, vous avez continué à boire de façon certes raisonnable et sans craving, mais régulière, sous baclofène à haute dose, puis doses moins fortes. À 60, vous voilà reparti dans la spirale. L'alcool est décidément toujours le plus fort, je le vois autour de nous, régulièrement.

Vous avez donc le choix de remonter en dosage avec tout ce que cela comporte, que vous nous décrivez plus loin.
Vous pouvez aussi essayer de renoncer, au moins durant quelques mois, à toute consommation d'alcool même "conviviale", en l'acceptant au fond de vous bien sûr, pour vous déshabituer de ce réflexe alcool-plaisir et voir ce que cela donne au niveau du sentiment de frustration. Sous baclofène, cela ne devrait pas poser beaucoup de problème.
Vous pourrez ainsi baisser les doses de baclofène et retrouver un équilibre satisfaisant avec notre chérie.
Qu'en pensez-vous ?
hbb
hbb
 
Messages: 15641
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede NoMore » 07 Mar 2017, 00:58

Pas faux. Je me souviens, lorsque j'augmentais et augmentais encore. 1 mois d'arrêt d'alcool = indifférence totale.
Mais les vieilles habitudes ont repris le dessus. Je vais probablement faire très attention et "wait and see". Si cela ne passe pas, je remontrais.

Je remarque aussi, qu'avec la baisse, je recommande à manger de façon compulsive n'importe quoi... ralala.

Merci pour votre aide,
NoMore
NoMore
 
Messages: 344
Inscription: 30 Déc 2013, 14:28

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede changethescript » 07 Mar 2017, 16:44


Ca fait plaisir de te revoir pas là Nomore ! Même si les nouvelles de sont pas très bonnes :pack15:
Je suis deg :pack15: :pack15:

Je venais de passer au moins 3/4 d’heure à te pondre un super message très documenté... J'ai voulu faire un aperçu mais j'ai oublié de copier mon message au préalable
Et barbatruc ... J'avais été déconnectée et tout à disparu ...Alors je recommence !


Tout se pass(ait) bien : consommation régulière mais controlée (un verre n'en appelle pas un autre, plaisir et pas besoin) bref, ca roul(ait) jusqu'à 100 mg/jour, voire même 80mg.
epuis ma dernière baisse à 60mg, je me rends compte que je reperds cette liberté, que je recommence à boire vite (plus que mes amis) et j'ai mëme eu quelques lendemains difficiles... Alors, je suis très loin de boire en cachette, mais cette perte de contrôle est pour moi le retour de la dépendance que j'avais oubliée.

Cela ne m’étonne pas. Car continuer à boire régulièrement a une incidence sur la dose de confort.
Une fois la dose efficace atteinte, continuer à boire régulièrement
  • Conduit à une dose de confort plus élevée que chez celui qui est abstinent sous baclofène.
  • favorise le retour du craving et la perte de l'indifférence .

    De plus, boire sous baclofène ou diminuer sa consommation est un plus, car cela influe sur le dosage et sur les effets indésirables.
    Ça fait un moment que je dis cela ici et sur le site arreter de boire.
    Nous le pressentions depuis un moment, mais c'était de façon empirique.

    Désormais c'est prouvé.
    Une étude sur les EI que je n'ai pas encore eu le temps de synthétiser totalement a été effectuée sur 730 patients sous baclofène .
    Concernant la consommation d'alcool et le baclofène, il en résulte que la prise d'alcool concomitante a bien un ,impact direct sur le dosage pour parvenir à la dose efficace, ou dose seuil, et sur les effets indésirables.

    Sur ces 730 personnes,

    • 14% ont arrêté de consommer
    • 38% ont observé une consommation moindre limitée volontairement
    • 32%une consommation moindre sans limitation volontaire
    • 16 % ont continué à consommer soit à l'identique, soit plus qu'avant.

    Durant le traitement, la consommation d'alcool a bien des conséquences sur :

    • le dosage pour atteindre dose efficace.

      Et pas qu'un peu ! La moyenne du dosage pour atteindre la dose efficace semble être liée à la consommation d'alcool.

      Cette moyenne est de :

      • 126mg/jour pour ceux qui n'ont pas consommé durant le traitement,
      • 187mg/jour pour ceux qui ont eu une consommation moindre limitée volontairement
      • 200mg pour ceux qui ont eu une consommation moindre sans limitation volontaire
      • 246mg/jour pour ceux ont continué à consommer soit à l'identique, soit plus qu'avant.

    • et les effets indésirables qui semblent impactés par la consommation d'alcool pendant le traitement tant au niveau de

      • leur survenance :

          les effets indésirables sont
        • beaucoup plus présents chez ceux qui ont continué à consommer pendant le traitement (93% ont ressenti des effets indésirables)
        • que chez ceux qui ont été abstinents pendant le traitement (69% ont ressenti des effets indésirables)
        • Chez ceux qui ont limité leur consommation que ce soit volontairement ou non 88 % ont ressenti des effets indésirables.
        • Et comme on peut supposer que ceux qui se limitent boivent moins que ceux qui ne se limitent pas, on peut en déduire que l'importance de la consommation d'alcool impacte aussi sur la survenance des effets indésirables.

        • que de leur intensité

          • Chez ceux qui ont continué à consommer soit à l'identique, soit plus qu'avant, 64 % ont des effets indésirables d'intensité assez forte à insupportable
          • alors que chez ceux qui ne consomment pas durant le traitement
            • 31 % n'ont pas eu d'effets indésirables
            • et seulement 27 % d'entre eux ont des effets indésirables d'intensité assez forte à insupportable

    En conclusion:

    Sachant que
    • les doses assez fortes favorisent l'apparition d'effets indésirables,
    • que pour ceux qui ont continué à consommer pendant le traitement la dose efficace est bien plus élevée que pour ceux qui ne consomment pas durant le traitement
      • Entre +50 et +80mg/jour en moyenne pour ceux qui ont limité leur consommation que ce soit volontairement ou non
      • +120mg /jour en moyenne pour ceux ont continué à consommer soit à l'identique, soit plus qu'avant
    • Que la prise d'alcool concomitante pendant le traitement favorise l'apparition d'effets indésirables et les intensifient

    La conclusion est évidente : Parvenir à réduire le plus possible, sa consommation d'alcool ne peut être que bénéfique pour que le traitement se déroule dans les meilleures conditions possibles : Dosage plus faible et effets indésirables moins intenses.


    Pour en revenir à ta question :

    Me conseillez-vous de limiter ma conso, de remonter, et de réduire/espacer la descente ? J'ai lu quelque part que plutôt que de descendre d'un comprimé, il fallait faire en %, c'est à dire, en dessous de 10, le faire plutôt par demi comprimé ? Ou mieux vaut-il rester sur un cp mais toutes les 3 semaines (je le fais ts les 15 jours) ? Je remonte de 10mg ou de 20 mg ?


    Déjà tu baissais trop vite : tous les 15 jours, pour moi c'est trop rapide...
    Surtout quand on consomme régulièrement !
    Tous les mois c'est plus sûr.
    Ensuite, je pense que comme tu consommais régulièrement, ta dose de confort est plus élevée que 80mg.
    Et tu ne pourras pas descendre plus bas.

    Surtout ne continue pas à baisser !
    Le craving risque de revenir en force :pack15:

    Au contraire : augmente direct de 20 mg et tu vois.
    Si ça ne suffit pas, augmente encore de 10.


    Dernière chose, j'ai lu àbeaucoup d'endroits que baclofène = anorgasmie mais par contre le baclofène ne pouvait pas être responsable de la perte de désir or c'est chez moi très fort le cas. Est-ce possible que le baclo me joue des tours ou dois-je regarder ailleurs ? C'est aussi pour cela que ralentir la baisse est compliquée, +/-3 ans sans relations avec ma moitié sachant qu'on est ensemble depuis la même période, c'est dur !


    Tu te trompes.

    Dans cette étude sur les EI,
    • sur 55 effets indésirables répertoriés, les troubles sexuels arrivent en

      • 9ème position.
      Et ça peut être :
      • troubles de la libido (à la hausse ou à la baisse)
      • anorgasmie
      • troubles de l'érection

Donc tes problèmes peuvent malheureusement tout à fait être liés au baclo

Bises
change


Je ne suis pas médecin.
Les conseils que je vous donne sont de simples indications de répartition des doses prescrites par votre prescripteur.
Privilégiez toujours ses conseils par rapport aux miens.
Incitez le à s'inscrire, à se former et à participer à notre FORUM MÉDECINS
Renseignez vous sur le baclofène en vous rendant sur le site ARRETER DE BOIRE
Pour une aide sur votre traitement : DEMANDES DE RÉPARTITIONS
Avatar de l’utilisateur
changethescript
 
Messages: 12512
Inscription: 13 Aoû 2010, 15:20
Localisation: Marseille

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede NoMore » 07 Mar 2017, 20:23

Coucou change,

Clairement, je vais limiter fortement ma consommation à partir de maintenant. Par contre j'avais toujours espéré, comme le Dr Ameisen, sortir du baclofène et donc retomber à zéro. Je suis prêt à descendre plus doucement et à réduire très fortement ma consommation. Mais je ne suis pas prêt à vivre toute ma vie avec ainsi qu'avec la perte de tout désir pour celui que j'aime.

Clairement à 60mg/jour :
- Pas d'envie dans la journée ni de pensées
- Le seul "problème" est qu'en soirée je bois vite.

En réalité, si je n'avais pas de baclo, on considérerait que j'ai une conso normale : quelques verres par semaine sans excès. C'est juste que j'ai peur de retomber dedans.

Et si je redescendais par 0,5 chaque mois tout en contrôlant ma conso ?
NoMore
 
Messages: 344
Inscription: 30 Déc 2013, 14:28

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede hbb » 08 Mar 2017, 00:13

Est-ce qu'il vous paraît insurmontable de ne pas boire durant les soirées, NoMore ? Par amour pour votre moitié ? Ce serait sans doute la solution, non ?
hbb
hbb
 
Messages: 15641
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede marc2marseille » 08 Mar 2017, 10:34

Bonjour.

Je crois savoir que chez les hommes, la consommation d'alcool (excessive) entraine fréquemment des troubles de l'érection avec une incapacité à jouir ou de l'impuissance.

Le Baclo n'est peut-être pas le seul fautif.

Marc.
Docteur, soignez mon anxiété, mon angoisse et j'arrêterai de boire.
M. Olivier AMEISEN.

Et non pas le contraire.
M. marc2marseille.
Avatar de l’utilisateur
marc2marseille
 
Messages: 1898
Inscription: 29 Aoû 2013, 17:17
Localisation: MARSEILLE

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede hbb » 08 Mar 2017, 10:39

Le mélange des deux est sans doute une explication...
hbb
hbb
 
Messages: 15641
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: NoMore : la baisse est rude aussi

Messagede changethescript » 08 Mar 2017, 14:42

Par contre j'avais toujours espéré, comme le Dr Ameisen, sortir du baclofène et donc retomber à zéro.

Tu te trompes. Ameisen n'avait jamais arrêté complètement le baclo. Il a continué à en prendre 110mg/jour pour son effet anxiolytique disait il. Et à l'époque il n'était pas question d'arrêter complètement le baclofène.

Je suis prêt à descendre plus doucement et à réduire très fortement ma consommation. Mais je ne suis pas prêt à vivre toute ma vie avec ainsi qu'avec la perte de tout désir pour celui que j'aime.
Ça se comprend !
Clairement à 60mg/jour :
- Pas d'envie dans la journée ni de pensées
- Le seul "problème" est qu'en soirée je bois vite.
Et quelle est ta répartition ?
En réalité, si je n'avais pas de baclo, on considérerait que j'ai une conso normale : quelques verres par semaine sans excès. C'est juste que j'ai peur de retomber dedans.

Et si je redescendais par 0,5 chaque mois tout en contrôlant ma conso ?
C'est envisageable oui et prudent.
Couplé avec une bonne répartition ça devrait le faire.

Bises
change

Je ne suis pas médecin.
Les conseils que je vous donne sont de simples indications de répartition des doses prescrites par votre prescripteur.
Privilégiez toujours ses conseils par rapport aux miens.
Incitez le à s'inscrire, à se former et à participer à notre FORUM MÉDECINS
Renseignez vous sur le baclofène en vous rendant sur le site ARRETER DE BOIRE
Pour une aide sur votre traitement : DEMANDES DE RÉPARTITIONS
Avatar de l’utilisateur
changethescript
 
Messages: 12512
Inscription: 13 Aoû 2010, 15:20
Localisation: Marseille

PrécédenteSuivante

Retourner vers Fil solidaire. Bienvenue aux nouveaux ICI

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 19 invités

cron

x