maux d'enfant et héritage

discussion libre d'entraide sur le baclofène
Règles du forum
Bienvenue aux nouveaux !

* Ici vous pouvez créer votre propre sujet, c'est à dire le fil de discussions sur lequel vous pouvez vous présenter et serez suivis tout au long de votre parcours.

* Si vous en avez déjà un, le forum libre est à votre disposition pour aborder d'autres thèmes.

Messagede JFAlgiers » 14 Juil 2010, 19:45

Bonsoir

C'est pour Philippe, Alexis et Nil que je reviens sur ce fil qui peut être pourrait être fusionné avec "Maux d'enfants".

J'ai pris la décision d'écrire (comme ça je ne pourrai pas me défiler) à mes trois enfants pour leur dire ce que je suis; simplement ce que je suis; le pourquoi n'est peut être pas si important.

Je veux leur dire qu'on peut être alcoolique simplement à cause d'un atavisme, d'une malédiction biologique mais surtout que je veux entamer un traitement.

Là je suis en pleine alcoolisation mais je pense le moment venu pour leur transmettre ce témoignage.

Je prends conscience de ce que cela risque de provoquer comme conséquence mais ils me sont précieux et ils passent avant moi.
Jean-François
Avatar de l’utilisateur
JFAlgiers
 
Messages: 299
Inscription: 02 Juil 2010, 16:36

Messagede Mouche toi » 14 Juil 2010, 19:54

Alors bon courage JF.
N'oublie pas de leur dire "je suis malade mais je me soigne" même si tu n'as pas commencé le traitement, tu as déjà entamé la démarche.
Avatar de l’utilisateur
Mouche toi
 
Messages: 164
Inscription: 18 Avr 2010, 08:31

Messagede croquelavie » 14 Juil 2010, 22:30

Hop hop hop,

Alors là je me mèle de ce qui ne me regarde pas, mais je ne suis pas d'accord avec toi Jean-François.

Ecrire à tes enfants est une très bonne idée mais pas en état d'alcoolisation. C'est pas à toi que je vais apprendre que dans cet état là on dit des choses que l'on ne dirait jamais à jeun. Ou alors, écris mais relis la lettre à jeun avant de l'envoyer. Enfants = Fragiles.

Mais bon, ça n'est que mon opinion.
Alcoobique Anonyme
Avatar de l’utilisateur
croquelavie
 
Messages: 1032
Inscription: 07 Mai 2010, 15:28

Messagede JFAlgiers » 14 Juil 2010, 22:53

Tu as raison

sauf que le mail est parfois plus rapide que la réflexion.

Ensuite, je ne suis pas entré dans le détail des choses; il s'est agit d'une mise en garde en évoquant mon héritage génétique qui est quand meme chargé. Je ne me dédouane pas pour autant, je leur dis de faire attention.

Ca a tenu en une dizaine de lignes, pas plus. Il n'a jamais été question pour moi de leur faire porter cet héritage.

Je ne veux pas non plus faire l'apologie de l'alcool auprès de qui que ce soit (et encore moins mes enfants) mais je sais encore écrire tout en étant déchiré (avec l'aide du correcteur d'orthographe, ... quand même)<<<<<<<<<;
Jean-François
Avatar de l’utilisateur
JFAlgiers
 
Messages: 299
Inscription: 02 Juil 2010, 16:36

Messagede croquelavie » 14 Juil 2010, 23:17

Visiblement on a le même problème. Je veux dire au niveau de l'héritage alcoolique de génération en génération. J'ai 4 enfants et bien sûr mon fils aîné de 21 ans est alcoolique. J'ai moi-même 2 frères qui sont morts de cette saloperie et pourtant je bois.
Les scientifiques ont découvert un gêne de l'alcoolisme, et bien sûr quand il y a le gêne y a pas de plaisir sauf dans l'alcool.
J'espère que tu n'as pas pensé que je jugeais ton comportement vis à vis de tes enfants (je suis très mal placée pour ça), et je ne me permettrai jamais une telle chose envers qui que ce soit, mais c'est vrai que je suis assez pessimiste vis à vis de cela dans le sens où je pense qu'un enfant qui a cette prédisposition alcoolique et qui a grandi dans un environnement alcoolisé a 90% de devenir alcoolique à son tour. Sur mes 4 enfants, 2 sont atteints de cette prédisposition.

Je leur en parle même s'ils sont jeunes et insoucients parce que je pense qu'une graine semée finit par germer un jour ou l'autre.

Je t'embrasse.
Alcoobique Anonyme
Avatar de l’utilisateur
croquelavie
 
Messages: 1032
Inscription: 07 Mai 2010, 15:28

Messagede Anne-Françoise » 15 Juil 2010, 08:49

Bonjour Croque la Vie et Jean-François,

Tout d'abord, courage à tous les 2.

Je comprends vos inquiétudes par rapport à l'"héritage"...cela ne me rassure pas trop non plus...je pense cependant que même si il y a ce gêne, il y a surtout une prédisposition au niveau de la confiance en soi, de la maitrise des émotions, de la résistance au stress et des blessures qui surviennent souvent dans l'enfance.

En résumé, on court tous un peu le "risque"...ce qui me paraît, selon mon point de vue , important, c'est d'y remédier vite...ce que Jiday et moi-même proposons à nos enfants quand ils ne vont pas bien, c'est une aide psy.

Personnellement, et même si je ne suis pas dépendante, l'alcool, et oui, m'a changé...j'ai davantage confiance en moi, je m'affirme surtout plus, je me respecte plus, je suis plus à l'écoute, je suis moins stressée, j'ai moins peur, je suis plus calme , plus sereine, je contrôle mieux ma sensibilité...

bon, à vrai dire, c'est l'alcool qui m'a fait consulter car j'étais au bord du précipice...l'alcool, je ne l'ai pas consommé car je ne l'aimais pas, mais j'ai vécu en sa compagnie...
J'avais sans doute aussi besoin d'aide pour changer ma façon de réagir, de penser, de vivre...j'aurais surtout pu être une meilleure épouse et une meilleure maman et peut-être que Jiday n'aurait pas sombré et peut-être que nos enfants auraient eu plus confiance en eux, etc...

Mais comme JF Kennedy, je pense aussi que "Change is the law of life and those who look only to the past or the present are certain to miss the future..."
C'est la raison pour laquelle je maintiens que les pires difficultés que nous rencontrons dans la vie peuvent être bénéfiques, nous renforcer.

Ce qui est étrange, c'est que l'alcool (un pti verre de vin) que je me forçais à boire juste pour "faire bien" dans les diners..je le bois plus volontiers et j'avoue me laisser séduire par une bonne petit kriek, voire 2.
Il y a 30 ans quand j'accompagnais mes parents au restaurant, surtout en période de gibier, je buvais en accompagnement du Coca...au grand"malheur " de mes parents, amateur de bons vins.

Pour la petite anecdote, le premier resto avec Jiday, j'ai gardé mon apéritif jusqu'au dessert, et le verre n'était toujours pas vide.


Toujours par rapport à l"héritage" et nos enfants...je trouve, Jean-François, ta proposition excellente ...je peux changer le nom du fil...Maux d'enfant et héritage?

Belle journée à tous les 2 et si, Jean-François, ce satané breuvage, t'embue la soirée...essaye de tenir bon, de l'envoyer "dinguer", nargue-le si c'est possible, et sinon t'inquiètes pas trop, tu as entrouvert la bonne porte!

Anne-Françoise
Anne-Françoise
 
Messages: 79
Inscription: 28 Nov 2009, 10:28

Messagede JFAlgiers » 15 Juil 2010, 09:27

Anne-Françoise

je suis tout à fait d'accord pour la fusion des deux fils "alcoolisation des ados et post-ados" et "Maux d'enfants" en "Maux d'enfants et héritage".

Bonne journée à toi
Jean-François
Avatar de l’utilisateur
JFAlgiers
 
Messages: 299
Inscription: 02 Juil 2010, 16:36

Messagede croquelavie » 15 Juil 2010, 15:18

Anne-Françoise,

Ce que tu dis est très intéressant.
Il est vrai que l'héritage génétique ne fait pas tout, l'environnement est tout aussi primordial.
Il est évident qu'un enfant élevé dans un foyer stable et rassurant a beaucoup plus de chances de s'en sortir.

Je vais également retourner ma veste concernant les psys car je vais consulter et proposer à mon fils de consulter également. Tu as raison, j'ai besoin de retrouver confiance en moi et mon fils a besoin de trouver confiance en lui.

Je te remercie d'être intervenue sur le sujet.

Bien à toi.

PS : je recommence doucement à regarder vers l'avenir.
Alcoobique Anonyme
Avatar de l’utilisateur
croquelavie
 
Messages: 1032
Inscription: 07 Mai 2010, 15:28

Messagede JFAlgiers » 20 Juil 2010, 11:40

Bonjour

j'ai eu un retour de deux (le deuxième et le dernier) de mes trois fils quant à ma mise en garde relative à l'alcool et à leur "héritage".

Le deuxième, qui est aussi celui qui a le plus la tête sur les épaules, m'a remercié de mon avertissement et répondu qu'il faisait très attention à ce qui se passait, et se buvait, dans les soirées étudiantes auxquelles il participait.

Je le crois volontiers et je crois aussi qu'il fera encore plus attention.

Le cas du dernier est beaucoup plus inquiétant car c'est déjà du déni. Il m'a d'abord répondu qu'il ne buvait pratiquement jamais puis deux paragraphes plus loin a précisé que lorsque cela arrivait il consommait autant "qu'un alcoolique en une petite semaine".

Visiblement il n'a rien compris et dans ce cas, que Dieu le préserve de vivre un jour ce qu'un alcoolique consomme en une petite semaine ...ou alors il a voulu faire le malin ou autre chose mais ça m'a mis en pétard parce que c'était méchant et stupide et très décevant de sa part.

Je crois que j'ai vraiment des raisons de m'inquiéter à son sujet et que j'aurais peut être du le faire plus tôt. Déjà plus jeune il avait une tendance à prendre ses désirs pour des réalités et la rêverie pour l'action.
Jean-François
Avatar de l’utilisateur
JFAlgiers
 
Messages: 299
Inscription: 02 Juil 2010, 16:36

Messagede viv » 26 Juil 2010, 19:53

tout d'abord, merci à mouche toi de m'avoir quidée jusque là. j'ai lu avec attention, et je vois, enfin je comprends que l'inquiètude première en ce qui concerne nos enfants serait une sorte d'héritage qui risquerait de les mener vers la même maladie.

Hors, mes filles ont 7 et 5 ans, et je me demande encore comment elles peuvent vivre l'alcoolisme de leur père, qu'elle impacte ça peut avoir sur elles, les mauvaises intentions qui ont toujours la langue facile me disent de vite quitter mon mari pour protéger mes filles. Sauf que moi, je ne sais pas du tout de quoi je dois les protégées. C'est ça, de quoi dois je les protégées? c'est vrai que lorsqu'il a bu, il peut dire ou faire des choses étranges... elles ont compris qu'on ne peut pas toujours lui faire confiance... qu'il tient pas toujours ses promesses... qu'il peut taper très fort dans un mur ou une porte... mais jamais il n'a lever la main sur l'une de nous!! jamais!! je ne crois pas qu'on craigne quoi que ce soit de violent!! alors dites moi, les enfants si petits, ils peuvent avoir quel ressenti? chez nous il y a des difficultés, mais il y a aussi beaucoup d'amour.

J'aimerai avoir encore d'autres témoignages si possible, bien que celui de Clara m'ai déjà pas mal éclairée.

merci

viv
[bgcolor=#c000c0]Je l'aime[/bgcolor][bgcolor=#c000c0], je vous jure, [/bgcolor][bgcolor=#c000c0]je l'aime[/bgcolor][bgcolor=#c000c0], mais j'aime pas la bière!!![/bgcolor]
viv
 
Messages: 52
Inscription: 25 Juil 2010, 21:09

Messagede croquelavie » 26 Juil 2010, 22:37

C'est compliqué. Chez moi, il n'y avait jamais d'alcool, je suis alcoolique. Chez mon mari idem, il est alcoolique.
Dans notre couple, il y a toujours eu de l'alcool. Nous avons 4 enfants, 1 est alcoolique. Mais je me demande des fois si ce n'est pas parce que je l'ai trop étouffé par mes peurs, mes angoisses face à ce fléau. J'ai été beaucoup plus cool avec les 3 autres, je leur ai fait confiance et tout va bien (sauf 1 qui fume des cigarettes).
Au final, ce qui compte, ce qui construit les enfants, ce sont des parents heureux (je sais c'est bateau, mais tellement vrai).
Alcoobique Anonyme
Avatar de l’utilisateur
croquelavie
 
Messages: 1032
Inscription: 07 Mai 2010, 15:28

Messagede croquelavie » 27 Juil 2010, 10:21

Bonjour Viv,

J'ai oublié hier soir, tes enfants sont petits et ils ont de l'amour, c'est le principal. Regarde Clara. Malgré ce qu'elle a vécu, elle est formidable cette gamine. Elle a du recevoir beaucoup d'amour et d'humour malgré tous les problèmes. Ne t'inquiète pas, quand tes enfants te poseront des questions, il suffira de leur répondre simplement.

Bien à toi.
Alcoobique Anonyme
Avatar de l’utilisateur
croquelavie
 
Messages: 1032
Inscription: 07 Mai 2010, 15:28

Messagede JFAlgiers » 27 Juil 2010, 11:01

Bonjour Viv

à mon avis, il y a au moins deux facteurs qui peuvent intervenir dans la transmission de "l'héritage alcoolique" :
. l'habitude, une espèce de banalisation au fil des années de la consommation régulière et massive d'alcool qui fait de l'alcool un membre à part entière de la vie familiale. il peut y avoir un phénomène de rejet vis à vis de l'alcool mais à l'inverse il peut apparaître aussi comme quelque chose de normal.
. un héritage familial; sans être généticien je crois qu'une succession de générations de buveurs (pour ma propre part, de la mémoire familiale, je peux remonter aux arrières grands-parents des deux côtés, paternel et maternel) n'est pas sans influence sur des prédispositions.

Ceci étant, être issu d'une famille où l'on ne consomme pas ou bien modérément de l'alcool, ne protège pas non plus; le témoignage du Pr Ameisen illustre parfaitement cette situation. L'anxiété et ma mauvaise estime de soi peuvent conduire à chercher un soutien dans les psychotropes.

S'il y a un vaccin contre les conduites addictives, il doit être chercher dans l'amour la confiance envers les enfants et le développement de leur confiance en eux-mêmes que les parents peuvent apporter à leurs enfants.

Dans ce domaine, malheureusement il n'y a pas de règles, on est dans l'improvisation permanente; aussi je ne m'aviserai à vouloir donner des conseils.

Il y a cependant une chose qui me semble importante, c'est vis à vis de tes enfants, de placer l'alcool à sa vrai place et le moment venu leur expliquer qu'il s'agit d'une maladie; que la comprendre n'est pas simple mais qu'une fois comprise il est désormais possible de la soigner.

Bien cordialement
Jean-François
Avatar de l’utilisateur
JFAlgiers
 
Messages: 299
Inscription: 02 Juil 2010, 16:36

Messagede Anne-Françoise » 28 Juil 2010, 21:14

Bonsoir à tous,

Je ne desespère pas que nos enfants viennent partager et enrichir ce fil de leur vécu.
Je les laisse décider de l'instant qui leur conviendra.

Pour continuer sur la voie de Clara et répondre si possible à la ? de Viv, je pense que chaque enfant a sa propre réaction, même au sein d'une même famille; l'essentiel est d'espérer en tant que parent que chacun d'entre eux puisse en retirer du positif , fut=ce paradoxal....leur expliquer clairement mais simplement que c'est une maladie qui peut se soigner, leur permettra de relativiser les comportements "agressifs" et "iresponsables" de leur Maman ou de leur Papa.

Pour ce qui concerne leur avenir, c'est un peu comme un QCM ...tout est possible, je crois.
Qu'à cela ne tienne, nous sommes tous "pilote" de notre vie et comme dit Jean=François, les "séquelles" sont possibles, l'héritage l'est aussi mais bon nombre de dépendants à l'alcool ou à d'autres drogues ont grandi sans alcool..;

Belle soirée

Anne=Françoise
Anne-Françoise
 
Messages: 79
Inscription: 28 Nov 2009, 10:28

Messagede viv » 28 Juil 2010, 21:55

merci à vous tous. Quand je repense quand j'étais petite mon père me disais fièrement : "tu es issue d'une lignée de vigneron tu dois connaitre et aimer le vin!!

en même temps mon père et les siens sont vosgiens, alors du vin vosgien, c'est du gros rouge qui tache et qui rappe! J'aime le bon vin, plutôt le bordeaux ou bien un petit chablis sympa... (tiens, mais maman est bourguignonne!!) mais je ne fais que profiter de ce bon goût!! juste un verre de temps à autre. Tout ça pour dire que l'héritage n'est pas obligé!! c'est vrai. faut dire que mon caractère est féroce, je déteste quand je ne maitrise pas les choses, et encore plus si je ne me maitrise plus, donc pas d'alcoolisme excessif pour moi!!


en tout cas merci à vous, je vois bien plus clair de ce côté là, et même si j'ai très envie d'avoir d'autres témoignages, je me revigore de ce côté là!!

merci

viv
[bgcolor=#c000c0]Je l'aime[/bgcolor][bgcolor=#c000c0], je vous jure, [/bgcolor][bgcolor=#c000c0]je l'aime[/bgcolor][bgcolor=#c000c0], mais j'aime pas la bière!!![/bgcolor]
viv
 
Messages: 52
Inscription: 25 Juil 2010, 21:09

PrécédenteSuivante

Retourner vers Fil solidaire. Bienvenue aux nouveaux ICI

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 18 invités

cron

x