Julien, un an après ...

discussion libre d'entraide sur le baclofène
Règles du forum
Bienvenue aux nouveaux !

* Ici vous pouvez créer votre propre sujet, c'est à dire le fil de discussions sur lequel vous pouvez vous présenter et serez suivis tout au long de votre parcours.

* Si vous en avez déjà un, le forum libre est à votre disposition pour aborder d'autres thèmes.

Messagede julien » 28 Juil 2010, 16:49

[font=comic sans ms]spacer Et voilà 1 an de, et c?est peut-être même certainement le moment d?en dire plus face à mon 1 er témoignage que j?ai fait l?an dernier, et également raconter la vie d?un jeune homme tombé dans l?alcoolisme depuis son adolescence suite aux 1 ere soirées arrosés (bing drinkink, buveries entres potes etc?) qui se passent à cet âge plus particulièrement à l?adolescence. Je tiens d?ailleurs à signaler que mes potes de cuite de cet époque, je n?ai pas connaissance aujourd?hui de cas d?alcoolisme (sauf un ou 2 ou ce sont juste des soupçons) ce qui démontrent bien que chaque personne n?est pas prédisposé à devenir alcoolique.
Durant mon adolescence, j?ai également rencontrés de nombreuses personnes mal dans leur tête, qui suivaient des psychothérapies et ne sont pas devenus pour autant alcooliques.
Pour conclure, je dirais donc avec certitude, que l?alcoolisme n?est pas la maladie psychique comme de nombreux alcoologues continuent à le dire, mais qu?il touche des personnes qui présentent une défaillance neurobiologique.

spacer Bref ce texte est juste mon témoignage, donc je ne vais pas continuer là-dessus, et je vais donc en revenir sur cette adolescence et ses premières alcoolisations qui me permettaient notamment de réaliser tous ce que je n?arrivais pas à faire à jeun, surtout draguer !!! Et oui c?est con à dire, mais sans ma dose d?alcool, je restais timide voir gauche avec les filles, et dès que je prenais le précieux alco-médicament, tout changeait et mes soirées ne se finissait plus seul. Ajouter à ça le côté festif, faire rire les potes, faire 2 3 conneries histoire de se dire plus tard, j?ai fait ça etc etc?
Les années passèrent, mais contrairement à mes amis de l?époque qui buvaient de temps en temps en soirée (bien qu?ils ne le faisaient pas à moitié), et bien j?ai continué de boire seul quand j?étais seul, toujours seul mais accompagné de non buveur (souvent mes petites amies de l?époque) ou entre compagnons de biture. Les années passèrent, l?alcool étant devenu mon quotidien, très souvent prétextant que sans alcool je ne dormirais pas car j?ai toujours eu des difficultés à dormir. Je me souviens de nombre de moment où l?alcool m?était indispensable, car c?était devenu une matière dopante, par exemple je suis joueur de billard, et il me fallait un coup dans le nez pour pouvoir parfaitement bien jouer (et le pire c?est que ça marchait), il y avait aussi quand je travaillais dans la restauration comme serveur, mon coup dans le nez favorisait énormément le contact avec la clientèle (l?alcool soignait ma timidité) et je vous passe d?autres moments.
Il y a maintenant 6 ans que je vis en couple, les premières années je faisais encore l?effort de modérer ma consommation, je ne buvais pas tous les jours, mais l?alcool ne sortait pas de ma pensée, puis je cherchais constamment l?excuse qui me permettrais de m?acheter la boisson, c?était très souvent le craving de récompense (cité dans le livre de OA). Bref tout prétexte, parfois provoqué était bon pour boire, puis un jour, 2 ans après environ, je savais très bien au fond de moi que j?étais alcoolique, donc en en ayant marre de chercher prétexte sur prétexte pour justifier l?achat de bouteilles, j?ai tout simplement bu tous les jours, mais toujours en me disant à moi ainsi que ma copine que de toute façon, un jour viendra où j?arrêterai, car je me suis toujours interdit à l?idée de devenir papa qui serait alcoolo. Ces 4 années se sont passées, j?avais mon somnicuite tous les soirs pour dormir, je ne buvais rarement en journée, et ma copine supportait (je lui tire un sacré chapeau).

spacer Puis vint cette fameuse fin d?année 2008 où l?alcool commençait à être plus fort que moi sur le point de vue physique, je n?arrivais plus à manger, chaque repas était une source d?angoisse importante, mon corps ne supportait plus la nourriture. Pas grave quand j?étais chez moi, je faisais un repas tous les 3 jours, mais quand il y avait une invitation à l?extérieur, c?était infernale, j?ai d?ailleurs eu peur qu?on me croit anorexique. Seul l?apéro plus le vin à table me consolait ?
C?est aussi à cet époque (un peu plus tard) que j?ai commencé à avoir de sérieuses crises d?angoisses, qui tellement m?ont marqués par leurs intensités, qu?à partir de là, j?en ai cherché la cause sans me douté que ça venait de l?alcool. Après quelques recherches sur le net, la piste de l?alcool a été évoqué, et la stupeur pour moi, non seulement j?étais alcoolique (mais je le savais), mais arrêter de boire n?était pas du tout comme je le pensais, on se fou un coup de pied dans le cul, et on dit stop. Quand je dis que je savais au fond de moi que j?étais alcoolique, je me disais, bon, ça va, tant que tu te torche pas du matin au soir, ton cas n?est pas désespéré, et il te sera facile d?arrêter. Mais en consultant internet, et bien là je suis resté scotché sur ma chaise, car j?ai découvert qu?on alcoolo, ça ne picole pas que du matin au soir et que beaucoup picolaient comme moi, une consommation en soirée. Donc j?ai compris que je n?étais pas le petit alcoolo qui boit dans sa jeunesse et ensuite ça passe, mais un alcoolo tout court, le même que celui qui boit du matin au soir. Et c?est à partir de ça que je suis sorti vraiment du déni, pas le petit déni qui fait qu?on sait qu?on a un problème d?alcool, mais le déni où l?on apprends que nous sommes MALADE et qu?il faut se soigner.

spacer J?ai donc commencé à consulter un alcoologue (2 ou 3 RDV), manque de bol, c?était une tête de con, et le contact ne passait pas. J?en ai parlé à mon généraliste, qui m?a prescrit les traitements classiques que je nommerais pas, et me voilà commencer à tenter l?abstinence. 5 jours mon record, et 5 jours où je me sentais vraiment mal, ma tête ne pensait qu?à une chose : l?alcool. Ceci a duré un mois environ, donc c?est très court, puis j?ai entendu parler du livre de Olivier Ameisen qui parle de ce traitement : le baclofene. J?ai donc couru pour l?acheter, je l?ai dévoré, et je me suis dit qu?il fallait que j?essai, mais sans trop y croire non plus, de toute façon, dans ma tête c?était très clair, si le baclofene ne marchait, direction la cure. 1 ère tentative pour l?obtenir, l?alcoologue qui a refusé très clairement ce qui m?a vraiment confirmé que c?était une grosse tête de con, car son refus n?a pas été dit avec diplomatie. Quelques jours plus tard, j?ai fait la demande à mon généraliste, et là BINGO, il me l?a prescrit en plus d?un benzodiazépine + un somnifere (simple renouvellement d?ordonnance). J?ai donc commencé le traitement doucement mais surement comme je le lisais sur le net, et le résultat fut fantastique, mais pas miraculeux non plus. Ne pas consommer 2 3 jours était très simple, et c?était sans douleur, je ne pensais plus à l?alcool comme c?était le cas avant. Ce qui en revanche m?a surpris énormément, c?est que j?étais vraiment un amoureux des alcools fort (whisky, rhum), faute d?argent je ne pouvais pas en boire tous les jours mais une ou 2 fois par semaine. Et là, au bout de 15 jours de traitement, plus aucune envie de ces alcools que je remplaçais par du vin ou de la bière. L?indifférence aux alcools forts (ma bête noire) était là. Bref je consommais toujours mais je n?avais plus du tout le même rapport avec l?alcool et surtout au bout d?un bon mois, je n?avais plus de craving, ce fameux moment ou arrivé 6h du soir, il fallait coute que coute sortir acheter de l?alcool. Bien que n?étant pas guéris, j?ai trouvé ça tellement extraordinaire, que je me suis dit qu?il fallait consacrer un site web sur ce produit et c?est de là que le destin m?a permis de rencontrer PO et de lancer A&B. L?été 2009 a été consacré en grande partie à la réalisation de ses 2 sites (le forum étant venu le 29/07) et je constatais que petit à petit mes jours sans alcool augmentaient, il n?y a pas eu que moi d?ailleurs qui ai pu s?en apercevoir, mon médecin également, car mes prises de sang étaient de mieux en mieux. Malheureusement l?augmentation tel que le prévoit le protocole n?a pas pu se faire telle qu?il aurait dû, car arrivé vers les 100 mg, j?ai commencé à avoir des effets secondaire qui m?ont fortement ralentis et qui ont été très long à passer, du mois de Septembre à Avril j?essayais d?augmenter puis je diminuais car c?était trop dur. Ils se manifestaient surtout par un très gros mal de tête ainsi qu?à la nuque. Malgré ceci, ma consommation baissait quand même, doucement mais aussi surement ; Ajouter à cela une addiction que je n?avais pas anticipée mais qui était bien réelle : les somnifères et un benzodiazépine. Durant le mois de Janvier à Avril, ma consommation était de 2 jours par semaine, les week end, soit l?équivalent d?une moyenne quotidienne de 4 verres standards de vin plus une bière par jour. Au mois d?Avril, j?ai fait une crise pancréatite qui m?a valu 5 jours d?hospitalisation, un bon bilan médical. Résultat la pancréatite n?a pas été provoquée par une prise d?alcool, mais j?ai juste de gros caillots dans la vésicule biliaire qui va m?être enlevé au mois d?Octobre, mais reste une petite pancréatite chronique. Chose plus positif, c?est que mon bilan sanguin s?est révélé très bon, et le foie en très bon état, je n?ose imaginer si un an avant j?avais eu les même examens, qu?elles en auraient été les conséquences. Depuis Avril, j?ai stoppé les somnifères puis par la suite le benzodiazépine, ce qui fait une addiction de moins, quant à la consommation d?alcool, je ne bois plus qu?une fois par semaine voir tous les 10 jours à hauteurs de 2 bouteilles de vin + quelques bières, c?est certes encore trop, mais maintenant et mon prochain combat va être de casser cette dépendance psychologique. Le plus triste dans cette affaire (si on peut vraiment dire triste) et c?est certainement aussi pour ça que c?est dur, c?est que si je n?avais jamais été dépendant de l?alcool, ça paraitrait inaperçu, sauf peut être pour un alcoologue qui m?espionnerait et m?enverrais de suite en cure, d?ailleurs ils en feraient autant pour les gens qui boivent quotidiennement leur « canon de rouge » le midi ?

RDV dans 1 an ...[/font]

julien
 

Messagede croquelavie » 28 Juil 2010, 23:24

Oui, c'est vraiment très beau. Merci.
Alcoobique Anonyme
Avatar de l’utilisateur
croquelavie
 
Messages: 1032
Inscription: 07 Mai 2010, 15:28

Messagede clairette » 29 Juil 2010, 00:12

Bonsoir Julien!

Je te remercie pour ton récit et grâce auquel tu as pu concrétiser ce site et ce forum avec PO (une grande pensée pour lui!).

Je suis heureuse de te lire car il est vrai qu'en tant qu'intervenante sur ce forum, je me suis déjà souvent demandé où vous en étiez, vous, les créateurs de ce site.

Ce n'était pas de la curiosité mal placée, rassures-toi!

A présent que le voile du virtuel est tombé lors du 26 juin, c'est chouette de mieux te découvrir, toi qui sait tout sur nous!

Je vous souhaite à ta copine et toi tout plein de bonheur! Bises, Clairette
[font=comic sans ms][font=comic sans ms][/font][/font]
Avatar de l’utilisateur
clairette
 
Messages: 237
Inscription: 03 Oct 2009, 12:10

Messagede maryse » 29 Juil 2010, 00:33

Moi aussi, je te remercie Julien pour ton témoignage, tu m'as "touchée"
Je t'embrasse bien fort.
Maryse.
Avatar de l’utilisateur
maryse
 
Messages: 485
Inscription: 20 Avr 2010, 18:33

Messagede la hulotte » 29 Juil 2010, 01:21

Merci mon Grand pour ce très beau témoignage, merci aussi pour tout ce que tu nous apportes.

Je t'embrasse avec beaucoup de tendresse.

A tout bientôt.

Aline
[b]De nos cris de douleur naîtront des mots d'amour. Michel Jonasz[/b]
Avatar de l’utilisateur
la hulotte
 
Messages: 108
Inscription: 01 Oct 2009, 16:37

Messagede croquelavie » 29 Juil 2010, 14:00

C'est curieux ce rituel que tu as gardé toutes les semaines.
Alcoobique Anonyme
Avatar de l’utilisateur
croquelavie
 
Messages: 1032
Inscription: 07 Mai 2010, 15:28

Messagede murphy » 29 Juil 2010, 14:11

bonjour je suis un jeune de 43 ans tombé aussi tres jeune dans l'alcool et je n'ai pas honte de le dire je vois mon medecin cet apres midi je suis venu le voir dernierement avec mon fils mais il avais voulu me dire quelque chose mais sans la precense de mon fils j'ai eu tres peur et toujours tres peur car je le vois à 17h30 j'ai des selles qui coule sans arret et la derniere fois que j'ai fai un examen ils ont trouvé que j'avais un probleme de colon je ne sais pas si c'est lié à mon problème de selle incontrolable je te prie répond moi
Avatar de l’utilisateur
murphy
 
Messages: 1
Inscription: 05 Fév 2010, 13:45

Messagede julien » 29 Juil 2010, 14:18

Bonjour Murphy,

Je ne suis pas du tout médecin donc loin d'avoir l'aptitude de te répondre. Je peux juste t'encourager à en parler à ton médecin.

Julien
julien
 

Messagede Seb » 29 Juil 2010, 19:44

[font=comic sans ms]Salut Julien,[/font]
[font=comic sans ms]Un grand Merci pour ton témoignage,quel parcours..[/font]
[font=comic sans ms]Je te souhaite le meilleur pour la suite,courage.....[/font]
[font=comic sans ms]Bien à toi.[/font]
[font=comic sans ms]SEB[/font]
On a longtemps cru,à tort que l'alcool "donnait des forces" ou qu'il réchauffait.
Aujourd'hui,il refroidit 120 personnes par jour !!!

http://arreter-de-boire.fr/
Avatar de l’utilisateur
Seb
 
Messages: 425
Inscription: 04 Mai 2010, 09:29

Messagede myrmide » 29 Juil 2010, 20:59

Bonsoir julien et tous les autres,
les mots me manquent, mais vraiment, je pense que tu ne sais pas à quel point tu contribue à faire avancer les choses.
Vraiment, si le forum et le site A B existaient pas, je crois que j'en serait pas là...c'est à dire à apercevoir une lueur...
sincèrement un grand merci
Nadine
Les devises Shadok : en essayant continuellement on finit par réussir. Donc plus ça rate, plus on a de chances que ça marche.
Avatar de l’utilisateur
myrmide
 
Messages: 44
Inscription: 08 Mar 2010, 09:43

Messagede ONA » 30 Juil 2010, 00:55

Julien,

je ne peux rien faire d'autre que te citer ( je me suis permis d'enregistrer ton témoignage sous Word et je l'ai gardé pour moi - je le relirai chaque fois où je serai très mal)

Donc je te cite :

"- chaque personne n?est pas prédisposé à devenir alcoolique

- l?alcoolisme n?est pas la maladie psychique comme de nombreux alcoologues continuent à le dire, mais qu?il touche des personnes qui présentent une défaillance neurobiologique.

- l?alcool étant devenu mon quotidien, très souvent prétextant que sans alcool je ne dormirais pas car j?ai toujours eu des difficultés à dormir

- Il y a maintenant 6 ans que je vis en couple -ONA : félicitations ! à ton age...


- l?alcool ne sortait pas de ma pensée

- ma copine supportait (je lui tire un sacré chapeau) -ONA : encore félicitations ! mon époux ne le supporte pas du tout...

- je dis que je savais au fond de moi que j?étais alcoolique, je me disais, bon, ça va, tant que tu te torche pas du matin au soir, ton cas n?est pas désespéré, et il te sera facile d?arrêter
- 5 jours où je me sentais vraiment mal, ma tête ne pensait qu?à une chose : l?alcool
-je n?avais plus du tout le même rapport avec l?alcool
- Bien que n?étant pas guéris, j?ai trouvé ça tellement extraordinaire

-RDV dans 1 an ..
."

Cela mériterait d'être à l'accueil du site.

Quoi ta dire de plus ? Sauf MERCI - que plein de personnes t'ont déjà dit.

Sauf peut-être une remarque : que ton alcoolisme acquis lors de ton adolescence et lors des fiestas avec tes potes est ce qu'on appelle "l'alcoolisme primaire" qui ne soigne pas et n'a pas les mêmes causes que l'alcoolisme dit "secondaire"

Alors RV dans un an, au même endroit à la même date et à la même heure.

- Je te dois beaucoup
Avatar de l’utilisateur
ONA
 
Messages: 12
Inscription: 07 Mar 2010, 00:55

Messagede croquelavie » 30 Juil 2010, 01:00

Bonsoir ONA,

"l'alcoolisme primaire" ne se soigne pas? Pourrais-tu développer?

Merci.
Alcoobique Anonyme
Avatar de l’utilisateur
croquelavie
 
Messages: 1032
Inscription: 07 Mai 2010, 15:28

Messagede ONA » 30 Juil 2010, 03:20

Salut et Bonne nuit,

je vais bosser demain (aujourd'hui) donc il faut que je me couche donc je n'ai pas le temps d'approfondir maintenant.


Pour ne pas "polluer" le post de JULIEN,je vais créer demain un nouveau post - si les administrateurs l'acceptent -

en effet il y a 2 types d'alcoolisme

En gros, il y a le "primaire" - tu commences à picoler jeune, dans les soirées avec des copains etc - et il est beaucoup PLUS facile à soigner

Et il y a le 2ème, dit "secondaire" - la personne a eu une vie "difficile"; plein de divers traumas; elle a développé une anxiété généralisée voire une dépression - cette personne a petit à petit "découvert" l'alcool (qui est le plus puissant anxiolithyque connu dans le monde) et ce type d'alcoolisme et le PLUS difficile à soigner

Donc, si j'ai bien compris, tu appartiens au 1er cas - COOL, tu as plus de chances à guérir que les autres

A+ t'as toutes les chances, je poste demain
Avatar de l’utilisateur
ONA
 
Messages: 12
Inscription: 07 Mar 2010, 00:55

Messagede croquelavie » 30 Juil 2010, 09:10

Salut ONA,

J'espère que la journée n'a pas été trop dure vu le nombre d'heures que tu as dormi.
T'as raison, je ne vais pas traîner sur le fil de Julien.
C'était juste pour te dire que ta remarque est intéressante et surprenante à la fois (moi, j'aurais pensé le contraire).
C'est une super idée d'ouvrir un fil si tu en as l'envie et le temps bien sûr. A mon avis, on va être un paquet de parents à venir de lire.

Bisous, A+
Alcoobique Anonyme
Avatar de l’utilisateur
croquelavie
 
Messages: 1032
Inscription: 07 Mai 2010, 15:28

Messagede katou » 30 Juil 2010, 18:49

Je rejoins Myrmide quand elle dit que sans toi Julien, ce site n'existerait pas (merci aussi à PO, modérateurs et membres A & B).

Ton parcours ressemble beaucoup au mien : alcoolisation dès l'adolescence avec les potes pour vaincre ma timidité et un mal être persistant. Et puis ensuite pour calmer mon anxiété face aux difficultés de l'existence. Alors, alcoolisme primaire ou secondaire comme en parle Ona, je ne sais pas vraiment s'il existe une différence. Je crois qu'en ce qui me concerne, il y a un peu des deux.
Mais peu importe, l'important c'est qu'aujourd'hui, on sait qu'il existe un traitement pour venir à bout de ce mal qu'on croyait jusque là incurable.

Si ce forum n'avait pas existé, je ne sais si je m'en serais sortie aussi vite. Je pense que non ! Je me serais sûrement découragée avant d'avoir trouvé le médecin prescripteur. Grâce au forum et tout le soutien moral qui m'a été apporté, j'ai tenu bon. Seule, avec mon combat, j'aurais été bien désemparée.

Alors encore bravo Julien pour ton parcours exemplaire, et un Grand Merci pour tout ce que tu apportes désormais grâce à cette formidable expérience de vie à chaque membre qui vient s'inscrire ici.

Amitiés.

Katou.
Avatar de l’utilisateur
katou
 
Messages: 23
Inscription: 03 Mar 2010, 12:17

Suivante

Retourner vers Fil solidaire. Bienvenue aux nouveaux ICI

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 13 invités

x