Jellybean :1er jour aujourd'hui

discussion libre d'entraide sur le baclofène
Règles du forum
Bienvenue aux nouveaux !

* Ici vous pouvez créer votre propre sujet, c'est à dire le fil de discussions sur lequel vous pouvez vous présenter et serez suivis tout au long de votre parcours.

* Si vous en avez déjà un, le forum libre est à votre disposition pour aborder d'autres thèmes.

Jellybean :1er jour aujourd'hui

Messagede Jellybean » 26 Nov 2014, 23:30

C'est compliqué l'alcoolisme, ça peut arriver assez sournoisement, on se réveille un jour en se disant qu'il y a un truc qui cloche. Et ce truc là, il est de l'ordre de l'addiction.
Moi l'addiction c'est mon pire ennemi, mais avec le chocolat et la nourriture en général, j'ai plus ou moins réussi. Il faut dire que j'ai commencé à lutter dès l'âge de 3/4 ans, une grande habitude de résistance s'est donc développée. Et puis il y a tout de même eu la cigarettes, la clope, par paquets grillés dès l'âge de 14 ans.
Pour en sortir, j'ai réfléchi 5 ans, lu tous les bouquins, regardé toutes les émissions, jusqu'au déclic : un soir, j'ai vidé une cartouche entière dans les toilettes, j'ai tiré la chasse d'eau et j'ai dit adieu au tabac.
Ah non !! ça n'a pas été si simple, mon corps s'est révolté contre ma détermination. Quelques jours après avoir arrêté j'ai eu des crises d'angoisses terribles, des tremblements. Avec l'aide d'un médecin et de quelques cachets c'est rentré dans l'ordre, le temps a fait le reste.
Affaire classée depuis 10 ans maintenant.

J'ai bu très peu d'alcool jusqu'à l'âge de 41 ans (un verre d'apéro par mois maxi, pas de vin à la maison)
Et puis il y a eu, il y a 7 ans, une maladie auto-immune rhumatismale, avec des douleurs terribles. Traitement de choc pour enrayer, puis au long cours pour ne pas rechuter, ça a bien fonctionné.
Sauf que parfois, rien ne soulageait la douleur, donc impossible de trouver le sommeil. Alors, un verre de vin et la magie opérait, je pouvait enfin m'endormir, je m'assommais.
Puis le vin n'a plus suffi, alors je suis passée au verre de whisky. De temps à autre seulement, quand la douleur était insupportable même avec antalgiques et AINS conjugués.
La vie a continué, séparation, enfants à assumer, deux jobs à enchaîner pour assurer et, dans cette nouvelle vie, le verre de vin du soir a été suivi de plusieurs autres rapidement.
Le week-end, on se détend en général, mais moi je travaillais encore en continu, alors c'est devenu : vendredi/samedi/dimanche, c'est permis, un whisky en plus du vin...
L'escalade a commencé. C'était il y a 18 mois.
Depuis 6 mois, je suis vraiment dépendante de l'alcool comme je l'ai été du tabac. L'idée de manque m'est insupportable.
Je n'ai pas cette volonté là et je ne sais pas pourquoi.
J'en ai d'autres des volontés, des forces, de la détermination aussi, mais pas là.
Une joie : un verre, un chagrin : un verre, une émotion : un verre, etc. Chaque verre suivi d'autres verres, jusqu'à TROP.

Alors depuis six mois, même si je dors peu et mal, chaque plage de sommeil est remplie de honte, de culpabilité, de dégoût de moi-même. Depuis presque un an, j'ai conscience que ça ne tourne pas rond, que ce n'est pas normal, alors je lis les forum, celui-ci et d'autres, mais surtout celui-ci pour son objectivité.
Depuis tout ce temps, les lettres du mot baclofène peuplent mes rêves, autant que les verres vidés hantent mes cauchemars.

Et cette semaine, après avoir longtemps cherché, j'ai trouvé LE médecin qui me semblait assez proche, tant géographiquement qu'humainement. Les deux sont très importants je crois.
J'ai patienté presque 4 heures dans une salle d'attente pour le voir, j'ai failli partir de nombreuses fois. Je ne savais pas trop ce que j'allais lui dire au juste. J'avais peur d'être jugée, dépréciée, j'avais tort.

Il était débordé mais bienveillant, rapide pour cause de salle d'attente surchargée, mais il a mis en place une prise en charge immédiate avec un second rendez-vous dans deux semaines pour "se parler" et faire le point.
J'en suis là aujourd'hui, j'étais déjà motivée, désormais je suis sous traitement.
Le dosage prescrit est de 10 mg/3J (1 prise à 18h) - 20mg/3J (2 prises 18h et 20h)/ 30mg/6J (3 prises 12h-18h-20h pendant 3J et 2 prises 18h(20mg) et 20h(10mg) les 3 jours suivants - 40mg/3J (2 prises 18h et 20h).
Je ne sais pas ce que ça va donner, mais à lire le forum et le livre d'Olivier Ameisen, j'ai de bonnes chances d'arriver à un moment à la dose seuil, celle qui est synonyme d'indifférence à l'alcool en étant rigoureuse sur le traitement.

C'est une bien longue présentation, mais si nous luttons tous ici contre une/des dépendances, nos chemins d'avant ne sont pas les mêmes et j'ai pensé que si je devais passer quelques temps avec vous, il était important d'expliquer d'où je venais :)


Louise
Avatar de l’utilisateur
Jellybean
 
Messages: 238
Inscription: 26 Nov 2014, 22:46

Re: 1er jour aujourd'hui

Messagede yvlis » 26 Nov 2014, 23:51

Louise,
Bienvenue sur LE forum ! Celui qui va t'aider, où tout le monde va t'aider, et tu y arriveras aussi parce que tu le veux et le vaut, comme nous tous ici !
Je te souhaite dès à présent beaucoup de succès avec le baclo et plein de bonheur à venir.
Sincèrement ; Yvlis
Je plie et ne romps pas.
"Le chêne et le roseau"
Avatar de l’utilisateur
yvlis
 
Messages: 1288
Inscription: 22 Mai 2013, 21:57

Re: 1er jour aujourd'hui

Messagede Jellybean » 26 Nov 2014, 23:59

Merci beaucoup Yvlis :)

Louise
Avatar de l’utilisateur
Jellybean
 
Messages: 238
Inscription: 26 Nov 2014, 22:46

Re: 1er jour aujourd'hui

Messagede yvlis » 27 Nov 2014, 00:07

Ya pas de quoi, Louise, vraiment pas. L'alcool c'est l'horreur, le baclo, le sauveur ! Bonne nuit. Et plein de bises, si personne ne t'en fait ce soir, prends les miennes en attendant.
Je plie et ne romps pas.
"Le chêne et le roseau"
Avatar de l’utilisateur
yvlis
 
Messages: 1288
Inscription: 22 Mai 2013, 21:57

Re: Jellybean :1er jour aujourd'hui

Messagede hbb » 27 Nov 2014, 01:10

Merci pour cette présentation pleine de sensibilité et d'espoir, Louise.
Il est bien plus facile de stopper le tabac que l'alcool, vous n'avez pas à en rougir. Cessez aussi, autant que vous le pouvez, de vous culpabiliser lorsque vous buvez. Vous avez dû le lire sur d'autres sujets : seriez-vous en rage contre vous-même si vous étiez diabétique ? Vous allez vous soigner avec le baclofène et vous guérirez, ayez bien ça dans le coeur à chaque prise de cachets, même si certains jours ne sont pas faciles.
Je vous conseille vivement d'aller sur le sujet demandes de répartitions (baclofene/demandes-repartitions-t3862.html#p65439),de répondre à toutes les questions que Change y pose et de lui expliquer ce que le médecin vous a conseillé. Elle vous aidera à chaque étape et nous vous suivrons avec grand intérêt.
hbb
hbb
 
Messages: 15638
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: Jellybean :1er jour aujourd'hui

Messagede changethescript » 27 Nov 2014, 01:19



Bonsoir Louise.
:membresbienvenue: sur ce forum d'entraide
C'est compliqué l'alcoolisme, ça peut arriver assez sournoisement, on se réveille un jour en se disant qu'il y a un truc qui cloche. Et ce truc là, il est de l'ordre de l'addiction.
Ce n'est pas que de l'ordre de l'addiction... Ça en est... Et c'est une maladie.
Moi l'addiction c'est mon pire ennemi, mais avec le chocolat et la nourriture en général, j'ai plus ou moins réussi. Il faut dire que j'ai commencé à lutter dès l'âge de 3/4 ans, une grande habitude de résistance s'est donc développée. Et puis il y a tout de même eu la cigarettes, la clope, par paquets grillés dès l'âge de 14 ans.
Pour en sortir, j'ai réfléchi 5 ans, lu tous les bouquins, regardé toutes les émissions, jusqu'au déclic : un soir, j'ai vidé une cartouche entière dans les toilettes, j'ai tiré la chasse d'eau et j'ai dit adieu au tabac.
Ah non !! ça n'a pas été si simple, mon corps s'est révolté contre ma détermination. Quelques jours après avoir arrêté j'ai eu des crises d'angoisses terribles, des tremblements. Avec l'aide d'un médecin et de quelques cachets c'est rentré dans l'ordre, le temps a fait le reste.
Affaire classée depuis 10 ans maintenant.

J'ai bu très peu d'alcool jusqu'à l'âge de 41 ans (un verre d'apéro par mois maxi, pas de vin à la maison)
Et puis il y a eu, il y a 7 ans, une maladie auto-immune rhumatismale, avec des douleurs terribles. Traitement de choc pour enrayer, puis au long cours pour ne pas rechuter, ça a bien fonctionné.
Sauf que parfois, rien ne soulageait la douleur, donc impossible de trouver le sommeil. Alors, un verre de vin et la magie opérait, je pouvait enfin m'endormir, je m'assommais.
Puis le vin n'a plus suffi, alors je suis passée au verre de whisky. De temps à autre seulement, quand la douleur était insupportable même avec antalgiques et AINS conjugués.
La vie a continué, séparation, enfants à assumer, deux jobs à enchaîner pour assurer et, dans cette nouvelle vie, le verre de vin du soir a été suivi de plusieurs autres rapidement.
Le week-end, on se détend en général, mais moi je travaillais encore en continu, alors c'est devenu : vendredi/samedi/dimanche, c'est permis, un whisky en plus du vin...
L'escalade a commencé. C'était il y a 18 mois. L'alcool est le meilleur des anxiolytiques...
Depuis 6 mois, je suis vraiment dépendante de l'alcool comme je l'ai été du tabac. L'idée de manque m'est insupportable.
Je n'ai pas cette volonté là et je ne sais pas pourquoi.
Parce qu'encore une fois : l'alcoolisme est une maladie.
J'en ai d'autres des volontés, des forces, de la détermination aussi, mais pas là.
La volonté n'a pas de prise sur une maladie. C'est comme demander à un diabétique de contrôler son taux de sucre... Même si l'alcoolisme est une maladie complexe et multi factorielle.
Une joie : un verre, un chagrin : un verre, une émotion : un verre, etc. Chaque verre suivi d'autres verres, jusqu'à TROP.

Alors depuis six mois, même si je dors peu et mal, chaque plage de sommeil est remplie de honte, de culpabilité, de dégoût de moi-même. Aurais-tu honte d'être diabétique, asthmatique ou d'avoir un cancer ?
Depuis presque un an, j'ai conscience que ça ne tourne pas rond, que ce n'est pas normal, alors je lis les forum, celui-ci et d'autres, mais surtout celui-ci pour son objectivité.
Depuis tout ce temps, les lettres du mot baclofène peuplent mes rêves, autant que les verres vidés hantent mes cauchemars.

Et cette semaine, après avoir longtemps cherché, j'ai trouvé LE médecin qui me semblait assez proche, tant géographiquement qu'humainement. Les deux sont très importants je crois.
J'ai patienté presque 4 heures dans une salle d'attente pour le voir, j'ai failli partir de nombreuses fois. Je ne savais pas trop ce que j'allais lui dire au juste. J'avais peur d'être jugée, dépréciée, j'avais tort.

Il était débordé mais bienveillant, rapide pour cause de salle d'attente surchargée, mais il a mis en place une prise en charge immédiate avec un second rendez-vous dans deux semaines pour "se parler" et faire le point.
J'en suis là aujourd'hui, j'étais déjà motivée, désormais je suis sous traitement.
Le dosage prescrit est de 10 mg/3J (1 prise à 18h) - 20mg/3J (2 prises 18h et 20h)/ 30mg/6J (3 prises 12h-18h-20h pendant 3J et 2 prises 18h(20mg) et 20h(10mg) les 3 jours suivants - 40mg/3J (2 prises 18h et 20h).Ton craving est à quelle heure ?
Je ne sais pas ce que ça va donner, mais à lire le forum et le livre d'Olivier Ameisen, j'ai de bonnes chances d'arriver à un moment à la dose seuil, celle qui est synonyme d'indifférence à l'alcool en étant rigoureuse sur le traitement.

C'est une bien longue présentation, mais si nous luttons tous ici contre une/des dépendances, nos chemins d'avant ne sont pas les mêmes et j'ai pensé que si je devais passer quelques temps avec vous, il était important d'expliquer d'où je venais :)
Merci au contraire pour cette longue présentation sincère

Louise
Douce nuit et à bientôt.
Change
Je ne suis pas médecin.
Les conseils que je vous donne sont de simples indications de répartition des doses prescrites par votre prescripteur.
Privilégiez toujours ses conseils par rapport aux miens.
Incitez le à s'inscrire, à se former et à participer à notre FORUM MÉDECINS
Renseignez vous sur le baclofène en vous rendant sur le site ARRETER DE BOIRE
Pour une aide sur votre traitement : DEMANDES DE RÉPARTITIONS
Avatar de l’utilisateur
changethescript
 
Messages: 12509
Inscription: 13 Aoû 2010, 15:20
Localisation: Marseille

Re: Jellybean :1er jour aujourd'hui

Messagede Thierrynath » 27 Nov 2014, 09:13

Bonjour Louise et bienvenue parmi nous.

Ta présentation très précise et sensible nous permet dès à présent de mieux te connaître, ainsi que ton parcours avec l'alcool. Ici, chacun te soutiendra, te lira, en fonction de ses disponibilités, et sans jamais te juger. Alors passe chaque fois que tu en auras besoin / envie pour nous tenir au courant de ton parcours avec le baclo que nous suivrons attentivement.
Bonne journée
Thierry
Thierrynath
 
Messages: 1444
Inscription: 17 Juil 2013, 13:13
Localisation: Ardennes

Re: Jellybean :1er jour aujourd'hui

Messagede Cédric » 27 Nov 2014, 19:32

Bonsoir Louise,
:membresbienvenue:
Merci pour t'être longuement présenté. Comme le dis bien Thierry tu trouveras ici de l'aide et sans jugement.
A bientôt,
Cédric
Humilité face à l'alcool : "Sur le plus haut trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul." (Montaigne)
Avatar de l’utilisateur
Cédric
 
Messages: 2923
Inscription: 22 Juil 2011, 21:30
Localisation: Charente Maritime

Re: Jellybean :1er jour aujourd'hui

Messagede Jellybean » 28 Nov 2014, 00:14

hbb a écrit:Merci pour cette présentation pleine de sensibilité et d'espoir, Louise.
Il est bien plus facile de stopper le tabac que l'alcool, vous n'avez pas à en rougir. Cessez aussi, autant que vous le pouvez, de vous culpabiliser lorsque vous buvez. Vous avez dû le lire sur d'autres sujets : seriez-vous en rage contre vous-même si vous étiez diabétique ? Vous allez vous soigner avec le baclofène et vous guérirez, ayez bien ça dans le coeur à chaque prise de cachets, même si certains jours ne sont pas faciles.
Je vous conseille vivement d'aller sur le sujet demandes de répartitions (baclofene/demandes-repartitions-t3862.html#p65439),de répondre à toutes les questions que Change y pose et de lui expliquer ce que le médecin vous a conseillé. Elle vous aidera à chaque étape et nous vous suivrons avec grand intérêt.
hbb


Merci hbb :)))

Oui, je vais guérir, le pas le plus dur à franchir était celui qui impliquait de parler à un médecin et c'est chose faite.
Deuxième jour aujourd'hui, sans culpabilité, mais sans politique de l'autruche non plus.
Un regard sincère sur moi-même, et un cachet à 18h ;)

Louise
Avatar de l’utilisateur
Jellybean
 
Messages: 238
Inscription: 26 Nov 2014, 22:46

Re: Jellybean :1er jour aujourd'hui

Messagede Jellybean » 28 Nov 2014, 00:23

changethescript a écrit:

Bonsoir Louise.
:membresbienvenue: sur ce forum d'entraide
C'est compliqué l'alcoolisme, ça peut arriver assez sournoisement, on se réveille un jour en se disant qu'il y a un truc qui cloche. Et ce truc là, il est de l'ordre de l'addiction.
Ce n'est pas que de l'ordre de l'addiction... Ça en est... Et c'est une maladie.
Moi l'addiction c'est mon pire ennemi, mais avec le chocolat et la nourriture en général, j'ai plus ou moins réussi. Il faut dire que j'ai commencé à lutter dès l'âge de 3/4 ans, une grande habitude de résistance s'est donc développée. Et puis il y a tout de même eu la cigarettes, la clope, par paquets grillés dès l'âge de 14 ans.
Pour en sortir, j'ai réfléchi 5 ans, lu tous les bouquins, regardé toutes les émissions, jusqu'au déclic : un soir, j'ai vidé une cartouche entière dans les toilettes, j'ai tiré la chasse d'eau et j'ai dit adieu au tabac.
Ah non !! ça n'a pas été si simple, mon corps s'est révolté contre ma détermination. Quelques jours après avoir arrêté j'ai eu des crises d'angoisses terribles, des tremblements. Avec l'aide d'un médecin et de quelques cachets c'est rentré dans l'ordre, le temps a fait le reste.
Affaire classée depuis 10 ans maintenant.

J'ai bu très peu d'alcool jusqu'à l'âge de 41 ans (un verre d'apéro par mois maxi, pas de vin à la maison)
Et puis il y a eu, il y a 7 ans, une maladie auto-immune rhumatismale, avec des douleurs terribles. Traitement de choc pour enrayer, puis au long cours pour ne pas rechuter, ça a bien fonctionné.
Sauf que parfois, rien ne soulageait la douleur, donc impossible de trouver le sommeil. Alors, un verre de vin et la magie opérait, je pouvait enfin m'endormir, je m'assommais.
Puis le vin n'a plus suffi, alors je suis passée au verre de whisky. De temps à autre seulement, quand la douleur était insupportable même avec antalgiques et AINS conjugués.
La vie a continué, séparation, enfants à assumer, deux jobs à enchaîner pour assurer et, dans cette nouvelle vie, le verre de vin du soir a été suivi de plusieurs autres rapidement.
Le week-end, on se détend en général, mais moi je travaillais encore en continu, alors c'est devenu : vendredi/samedi/dimanche, c'est permis, un whisky en plus du vin...
L'escalade a commencé. C'était il y a 18 mois. L'alcool est le meilleur des anxiolytiques...
Depuis 6 mois, je suis vraiment dépendante de l'alcool comme je l'ai été du tabac. L'idée de manque m'est insupportable.
Je n'ai pas cette volonté là et je ne sais pas pourquoi.
Parce qu'encore une fois : l'alcoolisme est une maladie.
J'en ai d'autres des volontés, des forces, de la détermination aussi, mais pas là.
La volonté n'a pas de prise sur une maladie. C'est comme demander à un diabétique de contrôler son taux de sucre... Même si l'alcoolisme est une maladie complexe et multi factorielle.
Une joie : un verre, un chagrin : un verre, une émotion : un verre, etc. Chaque verre suivi d'autres verres, jusqu'à TROP.

Alors depuis six mois, même si je dors peu et mal, chaque plage de sommeil est remplie de honte, de culpabilité, de dégoût de moi-même. Aurais-tu honte d'être diabétique, asthmatique ou d'avoir un cancer ?
Depuis presque un an, j'ai conscience que ça ne tourne pas rond, que ce n'est pas normal, alors je lis les forum, celui-ci et d'autres, mais surtout celui-ci pour son objectivité.
Depuis tout ce temps, les lettres du mot baclofène peuplent mes rêves, autant que les verres vidés hantent mes cauchemars.

Et cette semaine, après avoir longtemps cherché, j'ai trouvé LE médecin qui me semblait assez proche, tant géographiquement qu'humainement. Les deux sont très importants je crois.
J'ai patienté presque 4 heures dans une salle d'attente pour le voir, j'ai failli partir de nombreuses fois. Je ne savais pas trop ce que j'allais lui dire au juste. J'avais peur d'être jugée, dépréciée, j'avais tort.

Il était débordé mais bienveillant, rapide pour cause de salle d'attente surchargée, mais il a mis en place une prise en charge immédiate avec un second rendez-vous dans deux semaines pour "se parler" et faire le point.
J'en suis là aujourd'hui, j'étais déjà motivée, désormais je suis sous traitement.
Le dosage prescrit est de 10 mg/3J (1 prise à 18h) - 20mg/3J (2 prises 18h et 20h)/ 30mg/6J (3 prises 12h-18h-20h pendant 3J et 2 prises 18h(20mg) et 20h(10mg) les 3 jours suivants - 40mg/3J (2 prises 18h et 20h).Ton craving est à quelle heure ?
Je ne sais pas ce que ça va donner, mais à lire le forum et le livre d'Olivier Ameisen, j'ai de bonnes chances d'arriver à un moment à la dose seuil, celle qui est synonyme d'indifférence à l'alcool en étant rigoureuse sur le traitement.

C'est une bien longue présentation, mais si nous luttons tous ici contre une/des dépendances, nos chemins d'avant ne sont pas les mêmes et j'ai pensé que si je devais passer quelques temps avec vous, il était important d'expliquer d'où je venais :)
Merci au contraire pour cette longue présentation sincère

Louise
Douce nuit et à bientôt.
Change


Bonsoir Change,
oui, tu as raison, je l'ai compris hier : c'est une maladie. C'est ce que le médecin m'a dit très fermement d'ailleurs.
Et donc voilà, une maladie, il faut la soigner.
et oui aussi, l'alcool est le meilleur des anxiolytiques, mais c'est aussi un antalgique formidablement efficace. De plaisir social à usage très espacé dans le temps, je suis passée à une utilisation presque clinique, en tout cas avec un vrai plaisir chimique entre mon corps, mon cerveau et l'alcool.
Une vraie relation toxique ;)

Je suis en route pour la dose seuil depuis hier, on verra le temps que ça prendra, mais en attendant, plus de culpabilité !
:)

Merci encore Change pour ton message
:)

Louise
Avatar de l’utilisateur
Jellybean
 
Messages: 238
Inscription: 26 Nov 2014, 22:46

Re: Jellybean :1er jour aujourd'hui

Messagede Jellybean » 28 Nov 2014, 00:25

Thierrynath a écrit:Bonjour Louise et bienvenue parmi nous.

Ta présentation très précise et sensible nous permet dès à présent de mieux te connaître, ainsi que ton parcours avec l'alcool. Ici, chacun te soutiendra, te lira, en fonction de ses disponibilités, et sans jamais te juger. Alors passe chaque fois que tu en auras besoin / envie pour nous tenir au courant de ton parcours avec le baclo que nous suivrons attentivement.
Bonne journée
Thierry



Merci Thierry pour cet accueil :)
J'y suis sensible.
J'ai compris en lisant le forum depuis plusieurs mois que c'était l'endroit où se réchauffer quand on avait froid au coeur et les idées sans couleurs ;)

Bonne soirée

Louise
Avatar de l’utilisateur
Jellybean
 
Messages: 238
Inscription: 26 Nov 2014, 22:46

Re: Jellybean :1er jour aujourd'hui

Messagede Jellybean » 28 Nov 2014, 00:26

cedric a écrit:Bonsoir Louise,
:membresbienvenue:
Merci pour t'être longuement présenté. Comme le dis bien Thierry tu trouveras ici de l'aide et sans jugement.
A bientôt,
Cédric


Bonsoir Cédric

Merci pour ton message :)


Louise
Avatar de l’utilisateur
Jellybean
 
Messages: 238
Inscription: 26 Nov 2014, 22:46

Re: Jellybean :1er jour aujourd'hui

Messagede Jellybean » 28 Nov 2014, 00:37

Le dosage prescrit est de 10 mg/3J (1 prise à 18h) - 20mg/3J (2 prises 18h et 20h)/ 30mg/6J (3 prises 12h-18h-20h pendant 3J et 2 prises 18h(20mg) et 20h(10mg) les 3 jours suivants - 40mg/3J (2 prises 18h et 20h).Ton craving est à quelle heure ?

Mon craving commence généralement à 12/13h mais comme je travaille, je lutte en diable (sauf le w-e) et recommence à 17h.
A vrai dire, je pense qu'il est pratiquement continu à partir de 13h et jusque tard le soir si je réfléchis bien...

Ce soir, deuxième prise et j'ai avancé l'heure à 17h30 et ma foi, je suis plutôt sans envie de boire depuis 19h.
Mais c'est peut-être psychologique, car je doute que cela puisse agir si vite.


Louise
Avatar de l’utilisateur
Jellybean
 
Messages: 238
Inscription: 26 Nov 2014, 22:46

Re: Jellybean :1er jour aujourd'hui

Messagede hbb » 28 Nov 2014, 11:56

Vous devez avoir le coeur plus léger, aujourd'hui, Louise. Vous êtes sur le bon chemin, même s'il peut présenter des nids de poule.
Lorsque vous avez des précisions à demander ou donner à Change, il vaut mieux que vous alliez sur le sujet demandes de répartitions, ce qui lui permet de n'avoir pas tous les sujets à visiter. baclofene/demandes-repartitions-t3862.html#p65439
hbb
hbb
 
Messages: 15638
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: Jellybean :1er jour aujourd'hui

Messagede Jellybean » 28 Nov 2014, 13:29

J'ai effectivement le coeur plus léger aujourd'hui hbb, j'ai pris la route et donc je suis en chemin.
Il faut effectivement que je fasse attention où je mets les pieds, car chaque pas va compter je le sais :)

Merci pour le conseil, je vais effectivement poster directement sur sujet des demandes de répartition pour avoir l'avis et les conseils de Change.

Bonne journée

Béatrice
Avatar de l’utilisateur
Jellybean
 
Messages: 238
Inscription: 26 Nov 2014, 22:46

Suivante

Retourner vers Fil solidaire. Bienvenue aux nouveaux ICI

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 23 invités

x