femme de Pierre: Femme d'alcoolique, baclofene à son insue?

discussion libre d'entraide sur le baclofène
Règles du forum
Bienvenue aux nouveaux !

* Ici vous pouvez créer votre propre sujet, c'est à dire le fil de discussions sur lequel vous pouvez vous présenter et serez suivis tout au long de votre parcours.

* Si vous en avez déjà un, le forum libre est à votre disposition pour aborder d'autres thèmes.

femme de Pierre: Femme d'alcoolique, baclofene à son insue?

Messagede femme de Pierre » 21 Aoû 2013, 11:23

Bonjour,
Je m'appelle Solene, j'ai 34 ans et je suis la femme de Pierre depuis 17 ans.
Pierre est un alcoolique chronique "bizarre". Bizarre dans le sens où il est capable de ne pas boire pendant 2 ou 3 jours ou d'attendre le soir pour attaquer des consommations intensives au point de s'endormir sur sa chaise.
Il est intolérant à la moindre frustration. Ce matin, il a attaqué directement après le café car il avait un entretien d'embauche. Evidemment, Pierre ne tiens jamais plus de 3 ou 4 semaines un emploi. Soit il est incapable de se lever le matin, soit il dit clairement qu'il "s'en fou de tout" et laisse tomber, partant plusieurs jours sans donner le moindre signe de vie.Enfin si, il va dans sa famille et se noie dans le rosé et la bière H24, alternant des périodes de sommeil et de veille où sa seule obsession est de trouver de l'alcool.
En bref, je vis et il fait vivre un calvaire au quotidien à nos 3 enfants. Il n'a plus de ressource à force de démissionner, un permis qu'il a repassé 3 fois ces 10 dernières années, une voiture neuve qui a fini dans un fossé...Mais surtout aucune culpabilité ni remise en question.
Pourquoi je ne prends pas la fuite? Par pitié certainement et également parce que les petits moments de répis où il ne boit pas me font espérer en des jours meilleurs.
Se soigner? C'est tellement facile de ne pas faire face à ses responsabilités sous prétexte que "c'est comme ça"!Il sait que sa famille et moi même ne lui refuseront pas le gite et le couvert et pour son alcool, il y a les pseudos amis ou au pire, il se sert dans mon portefeuille.

Ce pourquoi je viens sur ce forum, c'est parce j'en peux plus. J'ai fait de nombreuses recherches sur le net et j'ai envie de lui faire prendre le baclofene à son insue. Pour la prescription, aucun soucis dans la mesure où mon médecin m'en a prescrit régulièrement, en tant que myorelaxant, pour des problèmes de dos. j'en ai et peut en obtenir à volonté.
Éthiquement, je sais que ce n'est pas bien, d'où mon besoin d'en parler. Je me demande aussi si l'abstinence demande la volonté ou si l’inappétence à l'alcool viendra naturellement.
Merci de m'avoir lu.
femme de Pierre
 
Messages: 126
Inscription: 21 Aoû 2013, 10:36

Re: Femme d'alcoolique, baclofene à son insue?

Messagede Cédric » 21 Aoû 2013, 12:16

Bonjour Solène,
:membresbienvenue:
Je viens de lire ton message. Ton mari n'est pas alcoolique chronique bizarre, mais alcoolique tout court.
Il faut qu'il se soigne. Or pour avoir cette motivation, il faut d'abord qu'il accepte de se dire "j'ai un problème d'alcool", c'est à dire SORTIR DU DENI. Ensuite, il faut que lui même se sente suffisamment dérangé par ce problème pour qu'il envisage de se soigner. La route peut être longue...
Lui donner du baclofène à son insu ne fera rien, à mon avis, tant qu'il ne se dira pas "j'ai un problème". Ca doit être sa démarche propre, motivée, pour commencer le traitement.

A bientôt
Cédric
Humilité face à l'alcool : "Sur le plus haut trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul." (Montaigne)
Avatar de l’utilisateur
Cédric
 
Messages: 2923
Inscription: 22 Juil 2011, 21:30
Localisation: Charente Maritime

Re: Femme d'alcoolique, baclofene à son insue?

Messagede Sandrine » 21 Aoû 2013, 12:18

Bonjour Solène, bienvenue.

Fichtre, que ta demande est difficile à recevoir... et fichtre, ce que ta souffrance doit être immense pour envisager une telle solution.

Déjà pour des raisons techniques, ça ne va pas le faire, car le traitement se prend parfois en 5-6 prises par jours, il faudrait être aux basques de Pierre et trouver 18 000 prétextes pour lui faire avaler tout ça, au propre et au figuré.
Pardonne-moi, mais ce n'est ni un animal ni un enfant, même si son comportement est puéril.

Mais, surtout, le gros mais, c'est que tu pourrais être poursuivie au pénal pour une telle entreprise, j'imagine, en soi et si Pierre avait un nouvel accident de voiture. Car l'effet secondaire le plus répandu et le plus fort, ce sont les somnolences, et tu pourrais te retrouver au tribunal, voire pire. Et impliquer pénalement et à son insu ton médecin, qui finirait de toute façon par s'étonner de voir que tes besoins doublent, triplent, voire quadruplent.


Je crois que c'est toi qui as besoin de quelque chose, d'abord. Ici, nous avons foule de partenaires d'alcooliques qui se soignent, et qui pourraient t'épauler; et nous savons que le médicament n'est qu'une partie du traitement - souvent, une reconstruction auprès d'un psy est l'autre facette indispensable.


Je ne pense pas trop m'avancer en te disant que nous ne t'aiderons pas dans cette entreprise, puisque nous pourrions également être punissables; mais aussi parce qu'il est essentiel que la personne qui se traite le fasse d'elle-même, pour se surveiller, repérer les effets secondaires, doser les paliers.


Reste à explorer avec toi ce que nous pouvons t'offrir comme soutien, comme idées...

Les premières qui me viennent, c'est de lui en parler, tout simplement. La deuxième, c'est de fréquenter les groupes Al-Anon, pour les conjoints d'alcooliques; ma sœur en a retiré grand profit.

Voilà...
http://une.histoire.d.agrumes.over-blog.com/

Si vous souhaitez me contacter, passez par la voie e-mail
Sandrine
 
Messages: 3228
Inscription: 19 Mar 2012, 18:43

Re: femme de Pierre: Femme d'alcoolique, baclofene à son ins

Messagede changethescript » 21 Aoû 2013, 13:24

Bonjour Solene Image à toi sur ce forum .

Je confirme les dires de Cédric et Sandrine. Il ne va pas être possible d'administrer du baclo à ton conjoint à son insu.
Je te conseille de lire les articles ci-dessous afin de comprendre le fonctionnement du baclofène, le déroulé du traitement . Car il ne s'agit pas d'une pilule miracle. Il ne suffit malheureusement pas de prendre 3 comprimés par jour et terminé ! Je vois mal comment tu vas lui faire prendre 4,5 voire 6 fois par jour des doses pouvant aller jusqu'à 300 mg par jour, voire plus. Sans parler des effets indésirables possibles ... Somnolences, vertiges et j'en passe et des meilleures.

Pour te renseigner, tu as bien sûr le forum qui regorge de témoignages, mais aussi d'autres sources :

Le site arrêter de boire: qui est très complet et documenté.

Mais des articles plus faciles d'accès et indispensables à avoir lu pour comprendre de quoi il s'agit :

Il faut que ton conjoint sorte du déni, décide de se prendre en main et de se soigner par lui même. Parle lui, laisse traîner des articles sur le baclofène afin d'engager une conversation ...

Bon courage à toi ! Nous demeurons à ton écoute.
Bises et à plus tard.
Change
Je ne suis pas médecin.
Les conseils que je vous donne sont de simples indications de répartition des doses prescrites par votre prescripteur.
Privilégiez toujours ses conseils par rapport aux miens.
Incitez le à s'inscrire, à se former et à participer à notre FORUM MÉDECINS
Renseignez vous sur le baclofène en vous rendant sur le site ARRETER DE BOIRE
Pour une aide sur votre traitement : DEMANDES DE RÉPARTITIONS
Avatar de l’utilisateur
changethescript
 
Messages: 12516
Inscription: 13 Aoû 2010, 15:20
Localisation: Marseille

Re: femme de Pierre: Femme d'alcoolique, baclofene à son ins

Messagede femme de Pierre » 21 Aoû 2013, 14:51

Merci infiniment pour vos réponses si rapides et objectives.J'avais vraiment peur d'être jugé.

il faut d'abord qu'il accepte de se dire "j'ai un problème d'alcool", c'est à dire SORTIR DU DENI.

J'aimerai tellement qu'il soit dans le déni!
Malheureusement, il a bien conscience qu'il a un gros problème avec l'alcool et l'assume. Il dit que ça fait partie de lui, que c'est comme ça, que ça lui permet de dire la vérité ou encore d'oublier. Lorsqu'il fait ce que j'appelle "des crises" et qu'il boit non stop plusieurs jours sans manger, ni se laver, il a le secret espoir de ne plus se réveiller. Ça s'apparente beaucoup à de la dépression. je l'ai d'ailleurs fait hospitalisé sous contrainte en psychiatrie durant 3 semaines l'an dernier. Il consacrait chaque espace de liberté à boire et quant il n'en avait pas, il fumait du shit. Une fois de plus, il n'a pas adhéré et n'est jamais allé revoir le psy. Ces entretiens consistaient simplement à demander quant il allait sortir.

Pardonne-moi, mais ce n'est ni un animal (...)

J’espère que les personnes qui ont le même soucis ne m'en tiendront pas rigueur mais parfois, il est comparable à un animal et encore. un animal va protéger ses petits, maintenir une hygiène. Lui n'en n'est parfois plus là.

Je crois que c'est toi qui as besoin de quelque chose, d'abord. Ici, nous avons foule de partenaires d'alcooliques qui se soignent, et qui pourraient t'épauler; et nous savons que le médicament n'est qu'une partie du traitement - souvent, une reconstruction auprès d'un psy est l'autre facette indispensable.

J'ai entamé une thérapie qu il a mis en échec. Il devait aller chercher les enfants à l'école et les garder durant les 3/4 d'heure que dure la consultation. Il ne s'y est tenu qu'une fois ou 2...Les fois suivantes, il avait trop bu pour que je lui laisse les enfants. Accepter cette thérapie, ce serait accepter qu'il nous fait souffrir et pour lui c'est inenvisageable.

Parle lui, laisse traîner des articles sur le baclofène afin d'engager une conversation ...

Parler, pleurer, le quitter, poser des ultimatums...Une de nos 3 enfants la carrément renié en se faisant à présent appeler par mon nom de jeune fille et plus par le nom de son père.
Je hais toutes ces bouteilles d'alcool qui ont détruit mon couple, mon mari et mes enfants.
femme de Pierre
 
Messages: 126
Inscription: 21 Aoû 2013, 10:36

Re: femme de Pierre: Femme d'alcoolique, baclofene à son ins

Messagede yvlis » 21 Aoû 2013, 15:17

Bonjour Solène,
P'tain, c'est très dur ce que tu écris, surtout vu du côté d'une alcoolo désormais abstinente. Surtout vu par quelqu'un, en l'occurrence moi, qui s'est plus ou moins conduit comme ton mari. Fait mal ça.
Je ne peux que compatir et espérer que tu trouves rapidement de l'aide. C'est une situation infernale.
Je t'embrasse ; Sylvie
Je plie et ne romps pas.
"Le chêne et le roseau"
Avatar de l’utilisateur
yvlis
 
Messages: 1288
Inscription: 22 Mai 2013, 21:57

Re: femme de Pierre: Femme d'alcoolique, baclofene à son ins

Messagede Thierrynath » 21 Aoû 2013, 15:27

Bonjour Solène,

Ma femme ayant déjà vécu avec moi le même genre de drame que les tiens, j'ai une petite idée de ce que tu peux ressentir, même si on ne peut pas vraiment se mettre à la place des accompagnants, des "subissants", devrais-je plutôt dire. Il n'est pas évident non plus pour vous de vous mettre dans la tête des alcooliques, bien trop souvent préoccupés par leurs dérives pour exprimer réellement et clairement ce qu'ils ressentent au fond d'eux-mêmes.

Je ne sais pas vraiment ce que je pourrais te conseiller, je suis bien mal placé, mais nous sommes là pour te soutenir, comme nous serons là pour le soutenir si d'aventure il consentait à se soigner.

Bon courage et prends soin de toi.
Bises
Thierry
Thierrynath
 
Messages: 1444
Inscription: 17 Juil 2013, 13:13
Localisation: Ardennes

Re: femme de Pierre: Femme d'alcoolique, baclofene à son ins

Messagede Sandrine » 21 Aoû 2013, 15:36

Solène, si tu as besoin de temps pour participer à des groupes, pour entamer une thérapie, alors la seule solution c'est de ne pas compter sur ton mari pour s'occuper des enfants pendant ce temps; et comme c'est limpide pour toi qu'il la met en échec à travers ce moyen, la recherche d'un point d'accueil différent, ou d'un créneau temporel différent me semble la prochaine étape logique pour toi.

Sinon, c'est que c'est pas encore mûr pour commencer le processus de fission, si toi-même tu te laisses dépendre de lui à ce point.
http://une.histoire.d.agrumes.over-blog.com/

Si vous souhaitez me contacter, passez par la voie e-mail
Sandrine
 
Messages: 3228
Inscription: 19 Mar 2012, 18:43

Re: femme de Pierre: Femme d'alcoolique, baclofene à son ins

Messagede maryphi » 21 Aoû 2013, 17:13

Bonjour Solène.

Je viens de lire ton sujet et suis désappointé, car aucune aide ne peut t’être donner au niveau du baclofène pour l'instant.
Pour ce qui est de ta thérapie, tu as du l'abandonner suite à l’incapacité de ton mari pour garder tes enfants.

Tu ne dis pas l'age de tes enfants.
Une garderie, un parent, personne qui pourrait éventuellement te les garder ?

Pardonne-moi, mais ce n'est ni un animal (...)

Bien sur que ce n'est pas un animal, mais avant tout un malade, un malade qui ne veut pas reconnaître sa maladie.

Ta souffrance nous est parvenue et j’espère vraiment que quelque chose, un mot, un article ou quoi que ce soit, lui fera changer d'avis sur son état. Qu'il entamera un processus pour sa guérison, quel qui soit.

Enorme courage à toi, surtout en connaissant ta détresse.

Maryphi.
Avatar de l’utilisateur
maryphi
 
Messages: 2556
Inscription: 07 Sep 2011, 11:47

Re: femme de Pierre: Femme d'alcoolique, baclofene à son ins

Messagede femme de Pierre » 21 Aoû 2013, 19:45

C'est une situation infernale.

Oui, une situation infernale que personne ne comprend. Il est tellement facile, pour les personnes qui ne connaissent pas cette addiction de dire que je me complets là dedans. Je vie avec une culpabilité quotidienne, me demandant chaque jour pourquoi je ne suis pas partie et même pire, à me dire que si il mourrait, ma vie serait tellement plus simple!
En tout cas Yvlis, la sincérité qui se dégage des quelques mots que tu as marqué m'a beaucoup émue. J'aimerai tellement comprendre pourquoi on peut en arriver là, au détriment de tout ce qui est essentiel.

Il n'est pas évident non plus pour vous de vous mettre dans la tête des alcooliques, bien trop souvent préoccupés par leurs dérives pour exprimer réellement et clairement ce qu'ils ressentent au fond d'eux-mêmes.

Loin d'être évident, ça devient impossible pour moi. Je ne lui demande plus de l'amour mais de la pitié ou de l'empathie; même juste un peu d'humanité pour me considérer en tant qu'autre, être humain à part entière. Qu'est ce qu'il se passe dans la tête d'un alcoolique? Je suis certaine qu'il souffre énormément mais je n'arrive pas à comprendre qu'à un moment donné il n'y a plus que ça. Qu'est ce qui est si difficile dans le fait de ne pas prendre ce foutu verre qui en amène un autre, d'être dans un état second constamment?

Sinon, c'est que c'est pas encore mûr pour commencer le processus de fission, si toi-même tu te laisses dépendre de lui à ce point.

Je suis effectivement complètement dépendante de lui mais de fait.Au fur et à mesure du temps, il m'a isolé socialement. Les amis ne nous invitent plus et même quand ils nous proposent, j'ai tellement honte de savoir comment il va finir que je n'y vais pas. Avec mes proches, c'est la grande illusion. Ils ne savent pas 1/10eme de ce que je vis.J'ai pas envie de m'entendre dire que c'est un bon à rien qui se repose sur mes épaules. Des fois je me dis qu'il aurait le cancer ou serait en fauteuil roulant, je serai aidé et comprise. L'alcool est tabou et mal perçu. Quant au temps à me dégager, et ce n'est pas une fausse excuse, mais j exerce 2 emplois soit environ 52 heures par semaine afin d'assumer financièrement et de sauver les meubles (et surtout ma maison) pour mes enfants. Je pense donc que j'ai bien entamé ce processus mais que la réalité du quotidien me rattrape et que je suis dans un cercle vicieux dont je ne vois pas d'issue.

Tu ne dis pas l'age de tes enfants.
Une garderie, un parent, personne qui pourrait éventuellement te les garder ?

Mes enfants ont 16, 11 et 2 ans 1/2. Ma petite est accueillie en crèche toute la journée. J'ai dit que mon mari était gravement malade pour qu'ils acceptent de la prendre alors qu'il est à la maison. Quant à ma plus grande, elle assure et assume déjà beaucoup de chose dans sa tête d'ado. Pas facile pour elle d'entendre les copines raconter qu'elles détestent leurs parents parce qu'ils les ont obliger à ranger leur chambre pendant qu'elle a stressé toute la journée de savoir dans quel état elle allait le retrouver le soir. Quant à mon fils de 11 ans, il s'est réfugié dans les apprentissages pour compenser. Il passe son temps à étudier tellement il ne veut pas qu'on puisse l'identifier à son père.
Et non effectivement je n'ai personne, plus personne! Ni collègue de travail à qui je pourrais confier mon quotidien sans m'entendre dire de divorcer, pas de famille qui vient chez moi car ils pourraient constater et ce serait trop violent.

Me relire m'horrifie et me fais prendre conscience de ce qu'est ma vie et celles de mes enfants. Des fois je le haie!
Malgré tout, je ne me suis inscrite sur ce forum pour me faire plaindre. J'ai besoin de cheminer dans ma tête afin d’essayer de comprendre ce qui se passe dans la sienne. Je ne veux pas sauver mon couple à toux prix mais pas en mesure psychologiquement de le quitter pour l'instant.Pour moi, Il est gravement malade et on ne quitte pas quelqu'un de malade.
femme de Pierre
 
Messages: 126
Inscription: 21 Aoû 2013, 10:36

Re: femme de Pierre: Femme d'alcoolique, baclofene à son ins

Messagede Sandrine » 21 Aoû 2013, 19:52

http://une.histoire.d.agrumes.over-blog.com/

Si vous souhaitez me contacter, passez par la voie e-mail
Sandrine
 
Messages: 3228
Inscription: 19 Mar 2012, 18:43

Re: femme de Pierre: Femme d'alcoolique, baclofene à son ins

Messagede hbb » 21 Aoû 2013, 23:08

Avez-vous lu le Dernier Verre, Solène ? http://www.amazon.fr/Le-Dernier-Verre-O ... 220725996X
Notre fils était dans le même état que votre mari. Il voulait sans doute en finir avec la vie ou se comportait comme tel. Il était si mal 24h sur 24, souffrant atrocement physiquement et moralement, qu'il buvait pour espérer un soulagement, même si cela ne durait que quelques minutes, tout en sachant pertinemment que la boisson le ferait souffrir plus encore, le bref moment passé.
Il n'était pas dans le déni.
Je l'ai soigné, en restant près de lui, en lui ouvrant les lèvres, en lui faisant avaler ses cachets. Mais il avait accepté, au fond de lui, de tenter l'aventure, mu par un pâle instinct de survie. Il a accepté parce que je lui ai lu une bonne partie du Dernier Verre, profitant des piètres accalmies. Il s'y est reconnu, a compris que "quelqu'un de bien" avait pu souffrir comme il souffrait, et que l'on pouvait guérir grâce au baclofène.
Peut-être pourriez-vous commencer par cette lecture pour vous-même.
hbb
hbb
 
Messages: 15651
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: femme de Pierre: Femme d'alcoolique, baclofene à son ins

Messagede changethescript » 22 Aoû 2013, 11:06

Salut Solene

Qu'est ce qui est si difficile dans le fait de ne pas prendre ce foutu verre qui en amène un autre, d'être dans un état second constamment?


L’alcoolisme, comme la toxicomanie, est une maladie, et non un vice. Reprocherais tu à un diabétique de ne pas arriver par sa volonté à réguler son taux de sucre ?
De récentes découvertes sur la chimie des neurones ont permis de montrer que la volonté n’est pas mise en cause dans les phénomènes d’addictions.

Environ 10 personnes sur 100 sont prédisposées à devenir dépendantes d’une substance comme l’alcool, l’héroïne, les médicaments, etc.

C’est la rencontre avec le produit qui déclenche la maladie.
Impossible de s’arrêter de consommer, la volonté n’a aucune prise sur la consommation.
Le malade devient l’esclave du produit.
Nous ne pouvons résister à l'appel du verre, et celui ci entraîne les suivants dans une compulsion à boire contre laquelle nous ne pouvons rien. Cela s'appelle le craving.

Tous les produits qui peuvent déclencher une dépendance chez l’homme ont en commun une propriété : ils augmentent la quantité de dopamine disponible dans une zone du cerveau, le circuit de récompense.

Une substance psychoactive dont la structure moléculaire ressemble à celle d’une substance produite naturellement par l’organisme, peut se fixer à la place de celle-ci sur des récepteurs spécifiques et ainsi mimer son action déstressante.

« Chez tout individu, le gaba est un neurotransmetteur essentiel au métabolisme cérébral. Abondamment présent dans le cerveau, il se fixe principalement sur deux types de sites, gaba A et gaba B, et permet le passage de l’information nerveuse entre deux neurones connectés par une synapse.
On sait qu’un dysfonctionnement du système du gaba est à l’origine de troubles du système nerveux.

Lorsqu’un individu boit de l’alcool , cette substance prend la place du gaba sur les sites gaba A, mimant son action déstressante.
Il en résulte une perturbation de la sensibilité de la membrane du neurone par une modification du flux d’ions chlore qui la traverse.
Lorsque la prise d’alcool est chronique, la désensibilisation des récepteurs a des effets excitateurs et délétères pour le comportement (tremblements, désorganisation du sommeil, delirium tremens…) Lorsqu’un individu prend du baclofène, cette molécule a une action unique, que l’on ne retrouve dans aucun autre médicament: elle est la seule capable de mimer l’action du neurotransmetteur gaba sur les sites gaba B, à la fois en amont et en aval de la synapse.
Ce faisant, le baclofène modifie la circulation des ions calcium et potassium entre neurones. Pour l’instant, on ignore toujours en quoi cette modification peut rétablir la perturbation synaptique induite par la consommation d’alcool ou des stupéfiants. »
Hervé Ratel


Ainsi, le baclofène est la seule molécule connue à ce jour, qui supprime totalement le craving, et rend indifférent à l’alcool.
C'est à dire que la vision d'une bouteille ne déclenche plus d'envie irrésistible, les pensées ne sont plus obnubilées par l'approvisionnement et la consommation, et si d'aventure on boit si on n'a pas choisi l'abstinence : il n'y a plus de compulsion. Si j'avais une définition à donner de l'indifférence ce serait celle là.

Je ne résiste pas, surtout pour les nouveaux à la mise en ligne une fois de plus, de la vidéo étonnante d'imagerie cérébrale montrant l'action du baclofène sur le craving .
Vidéo présentée lors du colloque organisé par l’association AUBES le 26/06/2010, cette vidéo montre l’action du baclofène sur la dépendance à la cocaïne, et fut commentée en ces termes par Renaud de Beaurepaire :

« Elle provient d’une équipe d’américains menée par Anna Rose Childress, qui est addictologue.
Cette image provient de cerveau de cocaïnomanes sevrés et à qui on montre un indice de prise de cocaïne, par exemple une ligne blanche, ou quelque chose qui rappelle la drogue et qui déclenche chez eux l’envie d’en reprendre.
C’est une chose très connue, c’est un modèle utilisé universellement par l’imagerie cérébrale, c’est très intéressant d’ailleurs.
Quand on montre à quelqu’un qui a été sevré en cocaïne un indice qui lui donne envie d’en prendre, on voit s’allumer son cerveau : toutes sortes de structures impliquées dans la dépendance aux drogues et qui s’appellent l’amygdale, l’insula, le striatum, deviennent hyperactives quand la personne a envie, quand elle a du craving.

L’image allumée de gauche est l’image du craving d’un cerveau qui a envie de drogue.
A droite, les patients ont été traités par baclofène : rien ne s’allume.

Voilà donc une démonstration par l’imagerie cérébrale de l’efficacité du baclofène. »


[/quote]


Bises et bonne journée.
Change
Je ne suis pas médecin.
Les conseils que je vous donne sont de simples indications de répartition des doses prescrites par votre prescripteur.
Privilégiez toujours ses conseils par rapport aux miens.
Incitez le à s'inscrire, à se former et à participer à notre FORUM MÉDECINS
Renseignez vous sur le baclofène en vous rendant sur le site ARRETER DE BOIRE
Pour une aide sur votre traitement : DEMANDES DE RÉPARTITIONS
Avatar de l’utilisateur
changethescript
 
Messages: 12516
Inscription: 13 Aoû 2010, 15:20
Localisation: Marseille

Re: femme de Pierre: Femme d'alcoolique, baclofene à son ins

Messagede Sandrine » 22 Aoû 2013, 13:19

C'est ça, Solène, le plus important à comprendre: c'est une maladie. Pour les proches aidants, se le rappeler et se le redire comme un mantra en cas de perte de patience, c'est très important. Ca ne soulage pas forcément, mais ça aide à prendre un peu de champ, à différer des remarques, des attitudes qui ne vont rien arranger, et même attiser les disputes.
http://une.histoire.d.agrumes.over-blog.com/

Si vous souhaitez me contacter, passez par la voie e-mail
Sandrine
 
Messages: 3228
Inscription: 19 Mar 2012, 18:43

Re: femme de Pierre: Femme d'alcoolique, baclofene à son ins

Messagede femme de Pierre » 22 Aoû 2013, 19:36

Merci beaucoup pour toutes ces infos. J'ai l’impression en 24 heures d'inscription d'avoir avancer dans mon cheminement.
Aujourd'hui, la journée a été calme. Pierre a été réveillé ce midi, après 15 heures de sommeil par l'employeur qu'il a rencontré hier pour l'informer qu'il ne correspondait pas au profil. Il a eu 2 appels de boite d'intérim mais n'a pas répondu ni rappeler.
Il a végété toute la journée sur le canapé, malade, tremblant.
Ce désinvestissement vis à vis du travail et surtout vis à vis de l'argent que ça pourrait ramener me dépasse et me met en colère. Il ne va pas vivre à mes crochets tout le temps.Il n'a plus aucune ressource depuis 2 mois maintenant mais ça n'a pas l'air de le perturber.
J'épluche chaque jour les offres d'emploi, je lui en parle et envoie sa candidature à sa place. Peut être que je devrai arrêter? Pour moi, le travail serait salvateur car occupationnel et lui redonnerait une place dans la société.
Et si je laissais tout tomber? Si je ne cède plus à ses litres de rosé et ses canettes de bière, ses colères qui me font si peur lorsque je ne lui donne pas ce qu'il veut? Qu'est ce qui pourrait se passer? Est seulement la bonne solution?
Est ce que je dois être compatissante et accepter?
Je ne sais plus...

Sandrine, j'ai lu le lien sur la co-dépendance. je me retrouve dans la définition. C'est complètement ce que je suis devenue avec le temps. Malgré tout, je ne l'ai pas choisi. C'est complètement inconscient comme réaction. J'ai le sentiment d'avoir l’instinct de survie qu'il n'a plus. Le savoir se mettre en danger m'est insupportable.
Mais maintenant que je sais tout ça, qu'est ce que j'en fais?

hbb, ça y est, le livre est commandé. merci
femme de Pierre
 
Messages: 126
Inscription: 21 Aoû 2013, 10:36

Suivante

Retourner vers Fil solidaire. Bienvenue aux nouveaux ICI

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 18 invités

cron

x