Article libération du 12 novembre

discussion libre d'entraide sur le baclofène
Règles du forum
Bienvenue aux nouveaux !

* Ici vous pouvez créer votre propre sujet, c'est à dire le fil de discussions sur lequel vous pouvez vous présenter et serez suivis tout au long de votre parcours.

* Si vous en avez déjà un, le forum libre est à votre disposition pour aborder d'autres thèmes.

Article libération du 12 novembre

Messagede CHRISOPHE » 29 Nov 2013, 16:53

BACLOFENE
POUR UNE TAXE : SAVE LIFE FOR FREE

ANSM irresponsable, Libération manque de précaution.


Je lis dans libération du 12 novembre votre article ?, votre compte rendu ?, votre publi reportage ?, sur les conclusions provisoires de l’HPS concernant le baclofène dans le traitement de la maladie alcoolique.
Pourquoi cet article n’est-il pas signé ?
Cette question préalable pourrait paraître anodine mais elle ne l’est pas autant pour ce qui relève de la déontologie journalistique que de la courte histoire du baclofène en France.

Revenons donc au contenu. Le titre donne déjà le ton :
« Alcoolisme : du baclofène oui, mais avec modération »
On ne peut que remarquer l’absence du point d’exclamation !,
Pour peu que l’on s’autorise l’humour avec une maladie qui tue 140 personnes par jour en France, il n’est pas interdit un peu de délicatesse.

Sur le fond, l’ANSM délivre une litanie de « faux bon sens près de chez vous » au mieux, au pire une véritable entreprise de désinformation.

- « Le baclofène est un sujet extrêmement complexe » commence t-il. On appréciera à sa juste valeur l’habile glissement sémantique. En réalité, le baclofène n’est pas un sujet complexe, c’est un sujet sensible, voir explosif.

L’arrivée du traitement baclofène a créé un bouleversement d’ampleur. D’une part dans l’industrie pharmaceutique et d’autre part dans les milieux de l’alcoologie.
L’industrie pharmaceutique s’est immédiatement détournée du baclofène. Sa molécule étant dans le domaine public depuis longtemps, il n’y avait aucune retombée financière a espérer. Elle a donc continué et continue encore des recherches sur d’autres molécules dont à ce jour aucune n’a donnée des résultats aussi encourageants que le baclofène.
Le milieu de l’alcoologie quand à lui est totalement désorienté.
Il faut bien comprendre que le baclofène ne fait pas que soigner, il inverse les paradigmes :
En supprimant le craving là où l’on cherchait à le diminuer
En remplaçant la notion d’abstinence totale par celle d’indifférence au produit.
Cela bouleverse 100 ans d’approches médicales plus ou moins infructueuses.

Par ailleurs, imputer l’augmentation des traitements au baclofène à la seule publicité faite autour du livre du Dr Ameisen, relève d’une lecture largement partielle.
Le livre a paru en 2004. Si les traitements augmentent c’est aussi et surtout parce qu’ils marchent.

Enfin, il est tout a fait scandaleux, voir absolument irresponsable de préconiser un traitement pour une durée de quatre semaines.
Le baclofène pour être efficace dans la maladie alcoolique doit être surdosé et nécessite une augmentation très progressive de la posologie.
Cela a pour conséquence qu’il faut sous contrôle à partir de 30 milligrammes augmenter de 10 milligrammes tous les 4,5 jours jusqu'à l’effet seuil et en surveillant l’apparition éventuelle d’effets secondaires. Cet effet seuil peut aller de 60 milligrammes à 300 milligrammes
Donc c’est 4 semaines sont au mieux une blague au pire une façon, une manière détournée de diminuer les effets positifs du traitement.
L’agence a beau jeu de relever l’intérêt d’une prescription centralisée comme à Lille.
Est il utile de préciser que ce genre d’expérience n’était pas possible avant que l’étude de la RTU (juillet 2013) soit à l’ordre du jour !

Pour conclure
Il devient urgent de sortir le baclofène de querelles morales, marchandes ou initiées par les positions actuellement dominantes de l’alcoologie.
Il mérite mieux que ça. En ouvrant une voie inespérée pour un traitement définitif de l’alcoolisme il constitue une base incontournable pour l’amélioration des traitements futurs, notamment dans la gestions des effets secondaires qui existent bien, mais ne sont que peu de choses comparés au naufrage alcoolique

Aussi, pour le baclofène et de nombreuses autres molécules aujourd’hui dénués d’intérêt financier, je demande à l’état et plus spécifiquement au ministres de la santé d’étudier et de proposer une taxe aux acteurs privés du secteur que l’on pourrait appeler

SAVE LIFE FOR FREE

Qui permettrait de sauver des vies.
L’alcool est responsable de 44 000 morts par an en France

Christophe B.
Traité au baclofène d’aout à juillet 2013 sous le manteau .
Guéri depuis le 27 juillet 2013
CHRISOPHE
 
Messages: 4
Inscription: 28 Nov 2013, 17:52

Re: Article libération du 12 novembre

Messagede Conjoint » 29 Nov 2013, 19:07

Lien vers l'article de Libération.

Lien vers le PDF de l'ANSM.

Cordialement.
Avatar de l’utilisateur
Conjoint
 
Messages: 29
Inscription: 14 Déc 2012, 17:38


Retourner vers Fil solidaire. Bienvenue aux nouveaux ICI

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 13 invités

x