Le rôle de l'entourage, on en discute...

Messagede biboune1 » 11 Fév 2011, 22:04

Bonsoir, mon ami est alcoolique depuis environs 14 ans ( il a 31 ans ) et nous vivons ensemble depuis 3 ans.

Les rares personnes au courant de la situation ( un médecin, des flics, un ou deux "potes" à lui ) m'ont conseillé de le quitter: " Parce qu'un alcoolique n'arrête jamais l'alcool ".Il faut dire que lors de ses "cuites", ce n'est plus le même. Il m'insulte, casse mes affaires, me frappe même quelques fois... Heureusement, cela n'arrive pas toutes les mois.

Au quotidien, c'est son manque de dynamisme, son rythme de vie opposé au mien, son intérêt qui ne va que vers les jeux vidéos ou les débilités à la télé, qui m'exaspèrent! Dépression ?
Lorsqu'il trouve un emploi, çà s'arrange, mais alors tous les prétextes sont bons pour "faire des soirées" ( = prendre une cuite). Cette cuite peut durer plusieurs jours.

Il m'est arrivé souvent de faire le tour des bars pour le retrouver et le ramener à la maison.
Bien sur, je passe pour une hystérique, et tant qu'a faire, moi qui suis si timide, j'engueule le patron du bar parce qu'il ne devrait pas reservir quelqu'un qui est déjà ivre mort.

Dès le début de notre histoire, j'ai compris qu'il avait un problème avec l'alcool, mais vu son passé diffiçile ( ancien SDF, en rupture aves ses parents), je pensais naivement qu'avec tout l'amour que je lui offrirais il reprendrait confiance en lui et diminuerait.
Quand je les connus, il buvait 5 à 6 bières de 500 ml à 8°/jour, mais il a rapidement diminuer pour arriver aujourd'hui à une consommation de 3 à 4 bières de 500 ml à 8° . Sauf lors des cuites évidemment.
Il a commencé le baclofene mercredi. Pas d'effets indésirables. Hier il n'a bu que 2 bières. Motivation? Volonté? Effet du baclofène?
En tout cas , j'espère que grâce à ce médicament, il dira prochainement au revoir à l'alcool et sera capable de garder un emploi plus d'un mois, voir de passer son permis...
Car si cette situation ne se débloque pas rapidement, malgré tout l'amour que j'ai pour lui, il faudra que je sois réaliste, que je pense à moi et le quitte...
biboune1
 
Messages: 1
Inscription: 07 Fév 2011, 22:37

Messagede 40Lau » 11 Fév 2011, 22:30

Bonsoir
Ta situation est difficile et je la comprends je suis moi même alcoolique et je vois bien que mon conjoint souffre aussi
le baclofene peut être une solution seulement il faut absolument respecter les dosages et cela peut durer longtemps
C'est fort l'amour que tu lui donnes sans toi je penses qu'il doit se dire qu'il est perdu
Mais bon il ne s'agit pas d'y laisser ta peau non plus et c'est l'alcoolique qui parles mais avec du theralithe du dexorat et du baclo a 130mg et toujours mon verre de vin quand même j'y arrives mais cela a demandé un long suivi avec mon psy qui est formidable et une psychothérapie également car je suis en train de perdre mon fils de 15 ans avec cette connerie d'alcool
je t'embrasses fort
lau
Lau
Avatar de l’utilisateur
40Lau
 
Messages: 11
Inscription: 15 Jan 2011, 18:36

Messagede francine » 26 Fév 2011, 19:53

Bonjour,

Je sais que je suis responsable de mon alcoolisme et que personne ne peut arrêter de boire à ma place, j'ai suffisament assister à des réunions AA pour avoir assimiler cela. Quand à mon conjoint il n'accepte pas du tout ma maladie, il ne désire pas se renseigner et cela fait mal, je me sens terriblement seule devant cela, d'autant plus que je viens de perdre tous mès repères puisque je viens de m'installer en France, j'essaye de me reconstruire mais seule je n'y arriverai pas, je me renseigne sur Périgueux pour un bon thérapeute qui puisse comprendre ce qu'est le baclofène et de trouver un généraliste, mais quand on vient d'un autre pays c'est tellement difficile, j'ai déjà accepter cette maladie ce qui eszt la première étape, au fond je bois derrière le dos de mon mari comme un enfant à qui on défend quelque chose il n'a qu'une seule envie c'est de lefaire, mon mari me rappelle tellement ma mère qui m'espionnait tout le temps et je sens qu'aujourd'hui je réagis de la même façon. MLerci de m'avoir lue
Francine alias Jean
francine
 
Messages: 31
Inscription: 01 Fév 2011, 17:10

Messagede Florieanne » 26 Fév 2011, 19:57

Bonjour,

je peux me tromper mais il me semble que nous avions déjà parlé de ta solitude...Tu ne devais pas rejoindre un groupe AA dans ta région...??? ça aide...moi ça m'a aidée côté solitude et re-intégration dans une forme de vie sociale...Maintenant j'ai les relations boulot et je ne vais plus aux AA...Mais c'est bien qu'ils aient été là, à un moment..
Amitiés,
Florie
"D'abord continuer, et ensuite commencer" William James
Avatar de l’utilisateur
Florieanne
 
Messages: 353
Inscription: 21 Jan 2011, 20:37

Messagede Awen » 03 Mar 2011, 10:49

bonjour,

je ne parviens pas à poster un nouveau message alors je me permet de m'incruster au milieu de ce fil....

mon compagnon est alcoolique depuis une dizaine d'années, nous nous sommes rencontrés il y a 8 mois et vivons ensemble depuis 2 mois ( à sa demande), je l'aime... en ce qui le concerne, je m'interroge..
en effet, dès qu'il est alcoolisé ou en phase dépressive, il se montre proche de moi, s'accroche à moi, à besoin de moi, il est plus tendre, se montre un amant passionné !!!
mais dès qu'il va mieux, il s'éloigne et se montre plus distant, gentil mais distant, je ne parle pas du fait qu'il n'ai plus besoin de moi, cela est très bien !! mais c'est plutot au niveau affectif, à tel point qu'il cherche à faire des rencontres sur le net par exemple....
il me dit que c'est uniquement du virtuel, juste pour discuter, pour passer le temps mais tout de même....
je suis très heureuse qu'il aille mieux évidemment mais compte tenu de cet aspect des choses, parfois je le regrette presque...

je suis un peu déconcertée et triste....
Catherine
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort
Avatar de l’utilisateur
Awen
 
Messages: 4
Inscription: 07 Sep 2010, 13:05

Messagede Florieanne » 03 Mar 2011, 10:57

Bonjour Awen,

je crois que malheureusement la réponse est dans ton post...
Ton compagnon est-il gueri sous baclofène et sans travail psy sur lui?
Désolé mais je ne donne pas cher d'une relation quand au bout de 8 mois et 2 mois de vie commune on va sur le net faire des rencontres, même virtuelles...
A lire "L'art d'aimer" de Fromm, par exemple...
Courage..
Florie
"D'abord continuer, et ensuite commencer" William James
Avatar de l’utilisateur
Florieanne
 
Messages: 353
Inscription: 21 Jan 2011, 20:37

Messagede Awen » 03 Mar 2011, 11:02

merci pour ta réponse...

oui il est sous baclo depuis octobre et a entrepris un suivi psychologique depuis notre rencontre, cela lui réussit plutot bien malgrè quelques rechutes..

je ne sais pas quoi penser de notre relation mais le pire c'est que je ne suis pas sûre que lui le sache non plus... moi qui aime bien les situations claires, je ne suis pas à mon aise...

je lui ai proposé de partir, de nous séparer, que je l'aiderai pour cela ... mais il me dit qu'il ne veut pas partir !!????
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort
Avatar de l’utilisateur
Awen
 
Messages: 4
Inscription: 07 Sep 2010, 13:05

Messagede Florieanne » 03 Mar 2011, 11:14

Coucs,

Le seul vrai soucis avec le baclofène, c'est que cela gueri de la compulsion à boire mais pas des problèmes psys afférents et il y en a. Le baclofène ne va pas balayer des décennies de psychopathologie de la personnalité alcoolique qui ont leurs raisons d'être.
C'est à toi de voir ce que toi tu veux vivre ou ne pas vivre...

Si tu lui a proposé une séparation, c'est que cette situation est douloureuse pour toi. Et tu n'as pas à dépendre de son avis. Ce qui compte c'est que toi tu ailles bien et soit respectée dans tes désirs et tes valeurs.
Question très importante : est-ce qu'il travaille sur ce problème de couple et son attitude avec son psy?
Amitiés
Florie
"D'abord continuer, et ensuite commencer" William James
Avatar de l’utilisateur
Florieanne
 
Messages: 353
Inscription: 21 Jan 2011, 20:37

Messagede Awen » 03 Mar 2011, 11:28

Euh........ travailler sur le problème de couple, cela dépend, je sais qu'il a abordé le sujet avec sa psy et nous en parlons régulièrement, pas très très souvent mais régulièrement

sa réponse est assez floue, il dit ne pas trop savoir comment se positionner par rapport à moi, ne pas trop savoir identifier les sentiments qu'il éprouve pour moi, il a été trompé par la mère de ses enfants et dit ne plus être capable d'aimer depuis cela mais il dit aussi tenir à moi...

par contre je suis entièrement d'accord avec toi concernant les troubles et les antécédents psychologiques et parfaitement consciente du problème, personne, ni lui, ni moi, ni sa psy, ni le baclo ne pourront effacer son passé et son vécu

quant à moi, je l'aime ! je me sens bien avec lui la plupart du temps, surtout après 10 ans de solitude... il a plein de qualités humaines, intellectuelles, des valeurs... alors j'avoue être trop lache pour le "jeter" dehors d'autant plus qu'il n'y a pas de faits concrets, de positions claires, de rejet clair de sa part, juste un certain flou, certaines ambiguités, des incertitudes...
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort
Avatar de l’utilisateur
Awen
 
Messages: 4
Inscription: 07 Sep 2010, 13:05

Messagede Florieanne » 03 Mar 2011, 11:35

L'essentiel dans ce cas, il me semble, c'est que vous puissiez en parler et qu'il travaille la question avec sa psy...
Là in finé c'est comme s'il te faisait revivre en virtuel ce qu'il a vécu lui dans le réel...alors que tu n'y es strictement pour rien...
Peut-être essayer de faire la même chose que lui...te mettre aux rencontres virtuelles en laissant quelques traces...histoire de le faire réagir...
Bon allez zou, fô que je file...
Amitiés,
Florie
"D'abord continuer, et ensuite commencer" William James
Avatar de l’utilisateur
Florieanne
 
Messages: 353
Inscription: 21 Jan 2011, 20:37

Messagede Awen » 03 Mar 2011, 11:42

merci pour cet échange.. le truc de la jalousie ? non ça ne me correspond pas trop ;)

à bientot peut être
amicalement
Catherine
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort
Avatar de l’utilisateur
Awen
 
Messages: 4
Inscription: 07 Sep 2010, 13:05

Messagede papou » 03 Mar 2011, 22:01

eh ben voilà awen je ne viens pas souvent sur ce forum,mais si je peux aider quelqu'un alors pourquoi pas?

je suis sur baclofene depuis la mi-septembre(problème d'alcool et également problème virtuel du même genre que ton copain)

je puis te confirmer aujourd'hui que mon problème virtuel est complètement réglé,je suis totalement indifférent à ces rencontres

et bavardages virtuels.par contre je ne suis pas encore indifférent à l'alcool.lors d'un séminaire a metz oa avait mentionné que nous

les alcooliques nous buvons par pulsions et je dis que ces mêmes pulsions se retrouvent dans d'autres addictions dont celle des

rencontres virtuelles que j'avais et celles que ton copain a maintenant à mon sens c'est une transfert d'une addiction à eu autre mais

l'origine est la même.donc je crois que florie a bien raison de dire qu'après 8 mois de fréquentations et 2 mois d'habitation comme disent

les québécois "çà va faire un méchant problème à réglé mais il faut y voir dès maintenant et ne pas garder la tête dans le sable.

amicalement,papou
papou
 
Messages: 90
Inscription: 24 Déc 2009, 05:10

Messagede Florieanne » 03 Mar 2011, 22:31

Merci Papou pour ton post

Transferts d'addictions, besoin de fusion et de séparation en même temps...
j'aimerais un transfert d'addiction sur ma vie professionnelle...ce que j'ai fait par le passé ... je vois d'autres y arriver aujourd'hui...
Ameisen là dessus a pu/su faire coup double...
dieu que j'aimerais retrouver cet état d'être...de l'expérience optimale..the flow...

@ Awen
je te conseille vivement de lire "Vaincre la codépendance" de Melody Beattie
(qu'il serait sans doute bon que je relise moi aussi...car les alcoolos sont aussi des co-dépendants :pack73: )


bien à vous deux,
Florie
"D'abord continuer, et ensuite commencer" William James
Avatar de l’utilisateur
Florieanne
 
Messages: 353
Inscription: 21 Jan 2011, 20:37

Messagede papou » 03 Mar 2011, 23:42

woww florie si je peux me permettre de commenter oui moi aussi j'aimerais un transfert de vie professionnelle.

et marcelle de la faille dis dans son livre intitulé "l'odyssée de la prospérité" de demander à l'univers la situation

juste que nous voulons et si nous y croyions vraiment elle nous sera accorder.florie je suis comme toi porter à vivre dans le passé qui

m'a tellement procuré bonheur et sommets et gloire si j'ose dire j'aimerais ne serait-ce qu'un instant pouvoir me réapproprier

cette force,cette lucidité et cet état d'être et tu as parfaitement raison olivier a eu une remontée quand même fulgurante après

une vraie descente en enfer si ont peut dire. mais je crois qu'il faut apprendre à vivre le moment présent et l'apprécier et je sais que

c'est pas facile non plus.je me souviens un dimanche soir à la maison avoir reçu un appel téléphonique de olivier aimesen qui faisait

suite à un courriel que je lui avais envoyé,mais j'étais loin de penser qu'il m'appellerait et il m'a alors dis monsieur papou quand vous

aurai atteint votre dose seuil de baclofene vous allez sentir en vous un bien-être et une confiance en vous comme vous n'aurez jamais senti ou

vécu auparavant. a vrai dire j'attend de vivre cet état conscience avec le baclo et je sais que çà arrivera un jour pas très lointain.

ceci étant dis je vais lire le livre vaincre la coodépendance ça me fera un grand bien.merci pour la suggestion florie.

amicalement,papou
papou
 
Messages: 90
Inscription: 24 Déc 2009, 05:10

Messagede Florieanne » 05 Mar 2011, 16:18

Bonjour Papou,

je suis comme toi porter à vivre dans le passé qui

m'a tellement procuré bonheur et sommets et gloire si j'ose dire j'aimerais ne serait-ce qu'un instant pouvoir me réapproprier

cette force,cette lucidité et cet état d'être et tu as parfaitement raison olivier a eu une remontée quand même fulgurante après

une vraie descente en enfer si ont peut dire. mais je crois qu'il faut apprendre à vivre le moment présent et l'apprécier


Le truc, c'est c'est que pour dépasser la descente en enfer, il faut arriver à des plaisirs aussi important en intensité..

Cela fait pas mal de temps que je "travaille" avec psys et à une époque AA à apprécier le moment le moment présent. Mais des "bouts de moments de plaisir" dans l'acceptation du présent ne remplacent en aucune manière le bonheur de l'expérience optimale...

Nous sommes sur le fil du rôle de l'entourage..Je crois que l'entourage joue un rôle important dans cette reconquête de soi, d'une vie nourrissante...
Entourage que je n'ai pas...absence de partages substanciels...
Amitiés
Florie
"D'abord continuer, et ensuite commencer" William James
Avatar de l’utilisateur
Florieanne
 
Messages: 353
Inscription: 21 Jan 2011, 20:37

PrécédenteSuivante

Retourner vers Discussion sur Le rôle de l'entourage dans la guérison de l'alcoolisme

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron

x