Le rôle de l'entourage, on en discute...

Messagede plustouteseule » 30 Juin 2010, 19:54

ton message
je pourrais l'écrire aussi
après avoir aidé mon mari pendant 10 ans pour finalement dicorcer
maintenant c'est mon fils que je soutiens
je n'en peux plus
que des égoïstes
car moi je suis heureuse sans leur addiction
et à cause d'eux j'en bave car je veux croire en un monde" on quant on veut on peut
aussi j'essaie de vouloir le plus possible en me culpabilisant de ne pas trouver la réponse

courage à toi
fais comme ton instinct de survie te pousse
je veux bien que tu m'envoie un mail si tu veux nous pouvons nous entraider

courage à tous les accompagnants
un jour après l'autre!! le bonheur ou la résignation!!
Avatar de l’utilisateur
plustouteseule
 
Messages: 3
Inscription: 13 Juin 2010, 10:22

Messagede akimito » 30 Juin 2010, 21:20

[font=book antiqua]Même Philippe qui n'est pas du côté des accompagnants, dira qu'il faut parfois laisser les gens aller toucher eux-mêmes le fond de leur misère morale pour enfin trouver en eux le désir de s'en sortir. Et donc les quitter... momentanément.
Par expérience personnelle (alternativement des deux côtés de la barrière) j'ai appris que lorsqu'on "porte" l'autre à bout de bras, il aura tendance à se laisser porter, à se laisser aller, voire à résister. Cela ne fait que reculer le moment de se trouver en face de soi, de ses responsabilités.
Avec le Baclofène, on pourrait se dire que la personne va enfin sortir de son bourbier, mais hélas, il y a toujours les résistances inconscientes qui empêchent de quitter joyeusement le connu. La notion de bénéfice secondaire qui fait qu'on renâcle à quitter une situation pénible certes, mais qu'on connaît et qui présente certains avantages, pour l'inconnu qui fait peur, peur de lâcher une béquille, peur de quitter le principe d'auto-destruction lente, et peut-être rassurante dans son côté inéluctable, peur de ne plus se reconnaître, ou pire, peur de tout ce qui va se révéler à soi quand l'anesthésiant ne fera plus effet.
C'est sûr, une personne lucide est plus agréable à côtoyer. Il est plus facile de communiquer...
Je pense qu'il est judicieux de demander l'aide d'un médiateur, aussi bien pour les couples que pour les familles, car le regard extérieur d'une personne qui n'est pas dans l'émotion et qui a un recul par rapport à une situation embrouillée permet de poser les bonnes questions, celles auxquelles on ne penserait pas, car obsédé par une situation qui paraît sans issue.
Encore faut-il que la personne qui souffre d'addiction veuille bien essayer cette méthode, et que s'il essaye, ne laisse pas tomber de suite. J'ai entendu souvent des gens dire "nous avons essayé une fois, ça n'a pas marché". Est-ce qu'un enfant qui tombe la première fois qu'il essaye de marcher, se dit "Oh! j'ai essayé, je suis tombé, mauvais plan, je renonce et préfère me faire porter!" ???
Voilà ma réflexion, elle n'engage que moi.
Meilleures pensées

[/font]
[font=georgia]
[/font]
Avatar de l’utilisateur
akimito
 
Messages: 193
Inscription: 25 Mar 2010, 22:18

Messagede Anne-Françoise » 01 Juil 2010, 09:31

Bonjour à tous,

Que de belles paroles, que de vrais sentiments que je partage...l'alcool nous a , malgré nous embarqué dans un défi quotidien mais quel défi, et que de richesses à en tirer, que de raisons de s'épanouir encore même à plus de 50 ans, pour moi, si l'on décide de porter la bonne paire de "lunettes".
Les meilleurs outils dans notre travail d'accompagnants, les meilleurs pour l'être aimé, les meilleurs pour nous, que nous soyons d'un côté de la barrière ou de l'autre sont la tolérance, la patience, l'humour et l'AMOUR.

Ramener son conjoint à la raison est difficile et cahotique...le mieux est peut-être de ne pas intervenir et de laisser le pouvoir à l'autre d'être le "maître" de sa vie.
Personne ne peut changer personne, chacun peut se changer soi-même et voir et analyser ce qui lui convient le mieux...

Aujourd'hui je passerai une belle journée parce que je l'ai décidé et rien ni personne n'aura le pouvoir de me l'assombrir...une phrase que je me répète au lever pour m'aider à mieux gérer les difficultés !
Cela marche m^me si parfois il y a des ratés.

COURAGE à vous TOUS

Anne-Françoise (j'ai plus besoin de pseudo)
Anne-Françoise
 
Messages: 79
Inscription: 28 Nov 2009, 10:28

Messagede Delphine et Eric » 01 Juil 2010, 18:27

Merci à tous, vous êtes des amours et vos paroles font du bien. en fait, je me suis déjà mille fois posé les mêmes questions, mais c'est difficile de partir comme l'explique fort bien [url=../../../profile-480.html]akimito[/url], je pense que je correspond à ce schéma, c'est difficile aussi de se dire qu'on va devoir tout assumer seul, même si on assume déjà tout à 95%.

Aujourd'hui ça va mieux, moi aussi j'essaie de rester optimiste et généralement j'y parviens. Eric a avoué avoir bu hier, en plus il est allé dans le jardin pour bêcher par plus de 30°, il a frôlé la crise cardiaque et a été malade toute la nuit. On en a parlé, il est pas fier de lui et dit que ça va lui servir de leçon. Je pense qu'il veut s'en sortir, mais c'est toujours le même problème et comme le dit smooch, il est parfois plus facile de se laisser aller que de continuer la lutte. De toutes façon j'attends la fin de l'été pour savoir (je fais toujours ça, je suis en permanence entre l'espoir et le désespoir) si je pars, mais je ne laisserai pas tomber Eric parce que je sais qu'il mérite qu'on l'aide et surtout parce qu'il est le père de ma fille. Je ne reste pas avec lui à cause d'elle, je ne lui cache rien, elle sait ce qui se passe et comprend fort bien les choses; il y a pas mal de dialogue entre elle et moi.

Question baclofène, Eric a vu le médecin hier qui lui a conseillé de redescendre à 270 mg pendant 3 semaines (il était à 300 mg et ressentais des effets pas top), moi ça m'a angoissé et je me suis dit : le baclo marche pas puisque Eric va boire; c'est un peu rapide comme déduction mais je n'ai pas pu m'en empêcher. Je garde espoir.

Je vous fait des gros bisous à tous, merci pour votre soutien et bon courage, la route est longue mais on la fait ensemble.

Delphine
Avatar de l’utilisateur
Delphine et Eric
 
Messages: 6
Inscription: 29 Juin 2010, 17:28

Messagede JFAlgiers » 12 Juil 2010, 01:31

Il est ici 00h18 alors pour changer ce sera bonjour

la question du rôle de l'entourage des alcoolo-dépendants je l'ai vécu de manière très brutale : accusation, humiliation. Vous pouvez retrouver les traces de mon histoire sur le fil d'entraide; aussi je ne souhaite pas répéter mon histoire ici.

J'ai le sentiment que l'alcoolisme reste une maladie à découvrir. Donc je ne veux pas juger la réaction (conduite?) de mon conjoint à l'époque. Je n'avais pas entièrement moi-même conscience de ce que cela impliquait.

Etre objet de mépris fait souffrir à un point inimaginable; la sollicitation elle aussi peut être pénible à vivre?

D'un autre côté les circonstances ont fait que je suis soutenu par une autre personne qui voit les choses différemment.

Cela a tenu en une seule phrase ; "je veux vieillir auprès de toi". Ainsi elle m'a tendu comme un trousseau de clefs mais c'est à moi d'en trouver les serrures.

Donc, on reste quand même seul(e) face à la maladie;

l'aide de l'entourage ne signifie pas notre prise ne charge;
Jean-François
Avatar de l’utilisateur
JFAlgiers
 
Messages: 299
Inscription: 02 Juil 2010, 16:36

Messagede Delphine et Eric » 03 Nov 2010, 00:18

Bonsoir à tous,

Décidément je ne viens pas souvent sur ce forum, j'espère que vous ne m'en voudrez pas !

Eric prend 360 mg de baclo par jour et pourtant il n'est pas encore indifférent à l'alcool. Il y a eu une crise ce soir, encore une (pour être honnête elles s'espacent, mais je ne les supportent plus), il s'en est pris à sa fille de 9 ans, lui a demandé de dire si elle l'avait vu boire et a ajouté que maintenant elle aussi dit des conneries. Il a affirmé ne pas avoir bu, et pourtant je savais que ce n'était pas vrai, et Adeline aussi. Alors qu'il s'est endormi, j'ai fouillé dans la penderie (Adeline s'est rendu compte que c'est là qu'il cachait l'alcool. Je vous demande si c'est des trucs que doivent savoir des gosses de 9 ans???) et j'ai trouvé à peu près 75 cl de whisky dans de petites bouteilles d'eau.

Il doit reprendre le travail le 15 novembre après 20 mois de CLM, que va-t-il se passer si il ne peut pas être abstinent au moins le temps du boulot ? son DRH ne lui donnera pas une autre chance, il a déjà été assez compréhensif.

Je n'ai plus de courage, je n'y crois plus. Le baclo ne marche pas. Ils nous a dit que nous avions jusqu'à la fin de l'année pour nous casser. Il faut que j'en trouve le courage pour moi et pour ma fille qui dit "je préfère être orpheline plutôt que de vivre entourée d'alcool", elle a ajouté "Pourquoi ça m'arrive à moi? Pourquoi ça nous arrive à nous maman?"

Bonne nuit.

Delphine
Avatar de l’utilisateur
Delphine et Eric
 
Messages: 6
Inscription: 29 Juin 2010, 17:28

Messagede croquelavie » 03 Nov 2010, 11:05

Bonjour Delphine,

Je crois (je suis sûre) que le baclo fonctionne, pour supprimer le craving. Je pense cependant que si l'on continue à boire malgré 360mg, c'est qu'il y a une autre "pathologie" ou un gros "problème" psychologique que l'on n'arrive pas à régler tout seul. Mais là aussi, il faut en avoir conscience, mais là aussi il faut que ce soit la personne elle-même qui accepte son état.

Amicalement.
Alcoobique Anonyme
Avatar de l’utilisateur
croquelavie
 
Messages: 1032
Inscription: 07 Mai 2010, 15:28

Messagede Delphine et Eric » 03 Nov 2010, 18:15

Je sais plus trop quoi dire et quoi penser. Aujourd'hui c'est moi qui me sens le plus coupable, il me le fait payer. Il semble que nous allions vers la séparation, mais franchement je suis plutôt sonnée.

Je ne pense pas qu'il soit monté trop vite, il voit un médecin qui au contraire lui prescrit une augmentation super lente. Il n'a pas eu vraiment d'effets secondaires. C'est vrai que les crises s'espacent, mais ce qui m'inquiète c'est qu'il continue à nier et à cacher des bouteilles. Peut être qu'il faut en effet qu'il touche le fond et que je m'occupe exclusivement de ma fille et de moi. Mais c'est insupportable de l'entendre dire que "j'ai gagné" que "je vais enfin avoir ce que je veux et retrouver ma liberté". Moi je voulais juste une vie tranquille et heureuse; rien d'autre.

Merci à tous.

Bisous.
Avatar de l’utilisateur
Delphine et Eric
 
Messages: 6
Inscription: 29 Juin 2010, 17:28

Messagede croquelavie » 03 Nov 2010, 19:41

Ouais, comportement classique du gars qui n'a pas compris ce qu'était l'alcoolisme.
Alcoobique Anonyme
Avatar de l’utilisateur
croquelavie
 
Messages: 1032
Inscription: 07 Mai 2010, 15:28

Messagede bianca » 04 Nov 2010, 17:45

chère Delphine,
ah, ton avatar, moi qui adore les animaux, me met mal à l'aise, c'est idiot, tant pis pour moi!
j'ai des doutes...360mg de baclo, et en être encore à cacher ses munitions dans le placard, et s'alcooliser toujours à en être ko ..?
on sait que le baclo amplifie l'effet de l'alcool, mais avant de penser "échec",
es-tu certaine de ses prises baclo, de telles doses ne pouvant passer inaperçues, tout du moins à la maison !
tu n'es pas là pour le fliquer, mais si le baclo part à la poubelle ou s'entasse dans un autre placard,
il y a de quoi être pessimiste, il a bien compris qu'il s'agit d'une maladie ?
le conseil (redescendre) de son médecin est intéressant
comme dit Smooch, il a peut-être raté son palier !
Croque parle d'autre pathologie, et c'est évident qu'il y a là un vrai problème que ton mari seul peut élucider pour mieux se soigner,
encore faut-il qu'il le veuille !
son raisonnement, crise après crise, s'acharnant (effet de l'alcool) à te faire porter "le chapeau" de son échec ,
porte ses fruits, tu es en plein doute, te culpabilisant à tort, vertige aveuglant de l'amour !
il va reprendre son travail? c'est une solution qui peut le faire sortir de son marasme, et retrouver l'estime de soi, entre 4 murs, tu fais écho à son mal-être, il t'en veut de s'en vouloir...
un conseil de mamie, ta petite fille de 9 ans comprend bien la situation, recueille ses confidences, mais surtout, ne la prends pas comme telle...
j'ai hésité avant d'écrire, mais s'abstenir c'est fuir quelque part, je préfère tellement encourager
et en relisant tes posts,
ce serait déjà un grand pas d'avoir réponse aux questions,
si sa motivation est absente,
la sage solution serait de prendre pour ta fille et toi ,
un bon recul, le laisser patauger un peu, mais ne pas vous embourber toutes les deux dans son sillage...
à moins qu'il ne se reprenne sérieusement, vraiment décidé, et pas pour vous faire plaisir,
j'espère te lire bientôt, plus optimiste...
amitiés , Bianca
non, non BACLO? SI! SI! SI!!! vas-y petit!
Avatar de l’utilisateur
bianca
 
Messages: 470
Inscription: 29 Jan 2010, 17:32

Messagede Mistiti » 04 Nov 2010, 18:22

[font=century gothic]Bonjour Delphine,[/font]
[font=century gothic][/font]
[font=century gothic]Moi aussi j'ai de gros doutes sur les 360 mg de baclo et une telle conso d'alcool... Quelque chose est illogique. Moi je suis à 180 mg, je galère et je me plains, mais j'avais quand même remarqué une diminution du craving. J'ai beaucoup de mal à croire qu'on puisse consommer encore autant à 360....[/font]
[font=century gothic]Et je rejoins Bianca sur la conduite à tenir ; c'est sans doute difficile, j'imagine que cette vie doit t'être pénible, que tu souhaites aussi préserver ta petite fille un maximum (c'est une alcoolique qui te parle, pourtant...), mais il faut absolument que tu prennes du recul avec elle pour mieux rebondir ensuite. Ne te laisse pas, ne vous laisse pas, vous embourber dans cette situation.[/font]
[font=century gothic]Moi aussi j'ai un couple au bord de la rupture, avec aussi un enfant. J'ai longtemps cru que l'alcool était le principal coupable. Mais aujourd'hui je remets ce constat en question, car même quand l'alcool diminue, les difficultés persistent....[/font]
[font=century gothic][/font]
[font=century gothic]Une dernière chose Delphine, et là je rejoins COMPLETEMENT Bianca, .... pourquoi cet avatar ... ??? Moi aussi j'adore les animaux (et surtout les chats, même si je suis un canari...), et là, ça me met moi aussi mal à l'aise.[/font]
[font=century gothic][/font]
[font=century gothic]Coucou Bianca ! tu vois, tu n'es pas la seule...Et je ne pense pas que ce soit "idiot, tant pis pour moi"....[/font]
[font=century gothic][/font]
[font=century gothic]Biz à toutes les deux,[/font]
[font=century gothic][/font]
[font=century gothic]Mistiti[/font]
Avatar de l’utilisateur
Mistiti
 
Messages: 42
Inscription: 18 Juil 2010, 15:12

Messagede Anne-Françoise » 04 Nov 2010, 22:38

Bonsoir Delphine,

Sans vouloir t'affoler, cela me paraît aussi étrange qu'à ce palier, il consomme encore au point que tu décris...à moins qu'il ne suive le traitement qu'en dillettante...
Pour ce qui concerne Jean Daniel, je m'inquiétais aussi un peu car cela a pris plus de temps, et nécessité de plus hautes doses que chez certains pour arriver à l'indifférence.

Je voulais par ailleurs te confier que je me retrouve assez bien dans ce que tu dis...même reproches, mêmes paroles quasi ...
Ce que je crois sincèrement c'est que le baclofene ne résoud pas tout d'un coup de baguette magique...l'indifférence n'est que le commencement de la guérison, d'après moi.

Je me suis posée les mêmes questions que toi aussi...suis-je une sainte pour accepter cela ou suis-je inconsciente? ne suis-je pas égoïste en imposant cela à nos enfants? Ne devrais-je pas partir pour les sauver et me sauver?
Parfois, je me demandais si rester auprès de lui, n'était pas aussi une solution de facilité dans le sens de subir au lieu d'agir et de se séparer?

Face à ces dilemmes, j'ai participé à un groupe d'entraide qui m'a permis de voir plus clair et de me donner un cap...l'amour inconditionnel a été plus fort et m' a donné les ressources pour me détacher de l'agressivité, les reproches...Je ne sais pas si cela a joué positivement...je crois pas que Jean Daniel percevait bien le message...mais cela lui a peut-être permis d'être déterminé à sortir de la spirale.

L'amour ne résoud pas tout non plus...on se réapprivoise petit à petit et il ne faut pas laissé tombé les bras mêmse si parfois le desespoir nous gagne.

Je voudrais aussi t'avouer une chose, que je répète parfois aussi à mes enfants et en particulier ces derniers jours...j'ai appris tellement sur moi-même, j'ai l'impression d'avoir tellement évolué, grandi que je lui en suis presque reconnaissante...façon de parler bien sûr!

Mon frère et ma Maman sont particulièrement incompréhensifs et rancuniers à son égard, par pitié pour moi et les enfants...je ne comprends pas trop...j'en ressens beaucoup de colère, de l'injustice mais je réagis plus ou moins sereinement ...c'est difficile c'est vrai mais le soutien et le pardon que j'offre à Jean Daniel lui réchauffent le coeur et le rassurent de la profondeur de mes sentiments pour lui.
Je n'aspire qu'à une chose à présent: que ma Maman et mon frère aient la clairvoyance d'accepter que le pardon les délivrera de leur ressentiment...mais pour cela il faut qu'ils intègrent que l'alcool est bien une maladie et non un vice.
Peut-être ont-ils inconsciemment ce devoir de ne pas accepter par loyauté envers moi, par protection???

J'espère que mon expérience jusqu'à l'heure actuelle t'éclairera sur tes doutes, t'apportera un peu de réconfort et d'espoir à toi, ta petite fille et ton couple.

Je t'embrasse

Anne-Françoise

Jean Daniel est digne d'être aimé
Anne-Françoise
 
Messages: 79
Inscription: 28 Nov 2009, 10:28

Messagede felinette » 14 Jan 2011, 22:21

:bonnet: bonjour

je suis concernée dans la mesure ou c'est mon mari qui a cette maladie.

j'ai lu le livre pour essayer de comprendre, mais c'est difficile d'accepter cette maladie.

cela fait des années qu'il boit, maintenant il boit tous les jours en cachette et je ne peux rien faire. Il me dit qu'il n'est pas prêt et refuse de faire une prise de sang pour le dosage du baclofene.

Je suis désespérée et en même temps en colère. le 31 décembre, il s'est mis à pleurer et m'a demandé de le sortir de cette merde.

Heureuse qu'enfin il voit le mal qu'il me fait et en même temps à ses enfants. J'ai été voir son médecin, avec beaucoup de discussion il veut bien lui donner le traitement de baclofene.

Le hic, maintenant s'est qu'il refuse de faire une prise de sang.

un pas en avant, 3 pas en arrière. Comment lui faire franchir le pas, comment faire ????????

je me sens bien seule face à cette maladie

felinette
Avatar de l’utilisateur
felinette
 
Messages: 88
Inscription: 03 Jan 2011, 14:10

Messagede akimito » 14 Jan 2011, 22:31

Lis bien tout ce que tu peux sur le forum...
Tu verras qu'on ne parle jamais de faire une prise de sang!!!

Et s'il est d'accord de commencer le traitement, le médecin aussi, mais que demander de plus, y a plus qu'à commencer avec patience et persévérance.
S'il venait lui-même s'informer ici, ce serait absolument parfait et contribuerait grandement à la réussite de son traitement.

Bienvenue donc à toi et prochainement à ton mari!

Dis-lui bien que prendre le baclofène ne l'oblige en rien à être abstinent, et que le forum est une bonne source de compréhension et d'appui par des personnes concernées personnellement.
Que cela l'aidera à trouver des appuis surtout quand il est découragé, et aussi une distraction quand il se sent craquer.

Et surtout, pense à ne pas lui mettre la pression.
A bientôt donc
[font=georgia]
[/font]
Avatar de l’utilisateur
akimito
 
Messages: 193
Inscription: 25 Mar 2010, 22:18

Messagede changethescript » 14 Jan 2011, 23:15

Bonsoir

La prise de sang avant la prise de baclo puis régulièrement lui permettra de se rendre compte combien le baclo est efficace !
Personnellement avant la prise de baclo j'avais 628 de gamma GT
et 3 mois plus tard, je suis redescendue à 60 !

Il a tout à gagner à en faire une mais bon si il ne veut pas, qu'il prenne déjà le baclo !
Je ne suis pas médecin.
Les conseils que je vous donne sont de simples indications de répartition des doses prescrites par votre prescripteur.
Privilégiez toujours ses conseils par rapport aux miens.
Incitez le à s'inscrire, à se former et à participer à notre FORUM MÉDECINS
Renseignez vous sur le baclofène en vous rendant sur le site ARRETER DE BOIRE
Pour une aide sur votre traitement : DEMANDES DE RÉPARTITIONS
Avatar de l’utilisateur
changethescript
 
Messages: 12491
Inscription: 13 Aoû 2010, 15:20
Localisation: Marseille

PrécédenteSuivante

Retourner vers Discussion sur Le rôle de l'entourage dans la guérison de l'alcoolisme

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron

x