Discussion sur : Etablir une relation de confiance ...

Discussion sur : Etablir une relation de confiance ...

Messagede okos » 23 Aoû 2009, 12:24

Bonjour,
Si votre médecin hésite pour prescrire le baclofène, demander lui s'il prescrit du Zyban ou du Champix pour sevrage tabagique et fait lui lire le message de la FDA (agence americain du médicament). Le baclo existe depuis 30 ans sans effets secondaires notables même a forte dose. http://www.fda.gov/ForConsumers/ConsumerUpdates/ucm170356.htm
c'est lui Okos!
Avatar de l’utilisateur
okos
 
Messages: 4
Inscription: 17 Aoû 2009, 22:51

Messagede pierre olivier » 30 Sep 2009, 17:22

Bonjour. En cherchant dans la documentation disponible "ce qui" conviendrait le mieux pour convaincre un médecin ... j'ai fini par en parler à un médecin prescripteur du baclofène. Il semblerait donc que les publications les plus crédibles et les plus significatives pour un professionnel de santé soient.

Le Sciences et avenir N° 743 dont l'auteur est relativement connu dans le milieu médical.

La revue médicale Suisse N° 169

La vidéo "Baclofen reduces cocaïne craving"

Les articles du Point, du Monde ... sans grand intérêt.

"Le dernier verre" Bien sûr mais en sachant qu'il faut avoir le temps de le lire.

PO
pierre olivier
 

Messagede Mouche toi » 30 Avr 2010, 17:17

DIX MINUTES POUR CONVAINCRE... ouais c'est pas gagné

Impossible de faire une liste exhaustive de tous les arguments, le premier étant "je veux m'en sortir".

J'ai donc essayé de me mettre en situation (une sorte de jeu de rôles) et de vous donner un exemple, avec mes mots, de ce que l'on peut dire à son médecin.

Situation idéale pour commencer; c'est votre médecin

DEBUT: "On se connait depuis longtemps, vous connaissez mon parcours. J'ai tout essayé et ça ne marche pas. Je vais droit dans le mur. (rajoutez-en il faut quasi lui faire peur si ce n'est pas encore le cas!)
Je me suis renseigné(e) autour de moi et j'ai lu qqs articles concernant cette vieille molécule...euh... le baclofène. Il paraît qu'elle est utilisée depuis 1972. (vous le rassurez sur deux points:1. vous continuez à vouloir vous en sortir 2. vous ne demandez pas la lune).
Ces effets myorelaxants sont bien connus et il est probable (attention il faut rester prudent à ses yeux) qu'il soit efficace dans certaines addictions aux produits comme la cocaïne, l'alcool, le tabac...

C'est un cardiologue, le Pr Ameisen qui a exposé sa découverte dans un livre (inutile de détailler, il y viendra peut-être et on a que 10min!).
Aujourd'hui il est expert en addictologie (question de crédibilité).

En ce moment ça bouge beaucoup, il y a de plus en plus de prescripteurs (vous ne serez pas seul docteur!) même aux Etats-Unis (plutôt réputés pour leur frilosité vis à vis des médicaments).

Ce vieux médicament est sans danger mais comme il est génériqué personne n'en parle.(et toc!)


J'ai demandé aux personnes qui sont suivies par un médecin de me conseiller (1. vous n'êtes pas le seul 2.je suis là pour faire des recherches), voilà ce qu'elles m'ont dit:

1.je fais une analyse de sang pour voir où j'en suis (rajoutez-en...Je suis trèèèès inquiet(e)!)

2.j'essaye pendant un mois aux doses habituelles (avec un peu de chance il est sur son Vidal et peut confirmer ce que vous allez lui dire, sinon suggerez de vérifier avec lui!): je commence à 10mg à chaque repas , j'attends 5 jours et j'augmente de 10mg sur un repas puis 5 jours et j'augmente à nouveau de 10mg (n'hésitez pas à faire un tableau à la main avec les dates, vous montrez que vous êtes organisé et donc décidé)

3.je reviens vous voir dans un mois avec une nouvelle analyse de sang et on fait le point." FIN


Si tout se passe bien vous repartez avec 2 analyses de sang (rassurantes pour votre médecin aussi), une prescription de baclofène (ça ne fait que 7 boîtes!). Vous avez déjà apporté un bon nombre d'arguments...et éliminé pas mal d'objections.

Ne parlez pas de la polémique...au pire il n'était pas au courant et ça va lui mettre la puce à l'oreille...au mieux il va l'évoquer et vous pouvez jouer les candides en demandant...pourquoi? et là vous pourrez sortir vos arguments.

N'évoquez pas l'AMM, si c'est lui qui vous en parle demandez-lui si ça ne se fait pas pour d'autres médicaments? Encore une fois jouez les candides "il me semble bien que pour les femmes enceintes c'est fréquent? les doses que je demande ne sortent pas du cadre,non? et dans l'intérêt du patient ça se fait, non?"

Le principe de base c'est de répondre à une objection exprimée en apportant une preuve,exemple:
LUI:-Il n'y a pas d'étude!
VOUS:-Si, "le premier essai au monde du baclofène à haute dose": 88% de réussite
Si cela suffit ARRETEZ-VOUS, sinon poursuivez:
VOUS:-l'étude sur des patients cirrhotiques en Italie (Addolorato et coll.) paru dans le LANCET (revue prestigieuse)
preuves suivantes: les études en cours...etc

Dès que vous sentez qu'il est d'accord, arretez, trop en faire c'est risquer de lui souffler des objections auxquelles il n'aurait peut-être pas pensé! (C'est donner le bâton pour se faire battre).

S' il s'agit d'une autre objection, il faut d'abord vous assurez qu'il est d'accord avec ce que vous venez de dire(ex: vous êtes bien d'accord que ces études sont prometteuses? alors parlons de...).

Cela peut paraître fastidieux mais c'est efficace.

Si vous n'avez pas tous les arguments ou toutes les "preuves" n'hésitez pas à prendre un autre rdv pour lui apporter.
Attention une objection peut en cacher une autre (mauvaise foi, pression...) si vous y arrivez, faites le lui remarquez et tentez, pourquoi pas le " vous en avez pas marre des rechutes de vos patients alcooliques?"

Le Dr Kiritzé-Topor (vice président de la Société française d'alcoologie) a bien été obligé d'admettre qu'il prescrirait! Il ne pouvait pas décemment dire autre chose tant les arguments étaient probants.

Avec un peu de chance, dans un mois après vous irez mieux, vos analyses et vous en témoignerez et votre médecin vous suivra pour aller plus loin.....

Dites moi si ça vous paraît pertinent...Consciente que c'est une situation idéale (et qu'il en existe d'autres), j'espère que cela pourra vous donner qqs idées pour amorcer les choses.








Avatar de l’utilisateur
Mouche toi
 
Messages: 164
Inscription: 18 Avr 2010, 08:31

Messagede serge » 13 Mai 2010, 21:25

bonjour mouchetoi
ton approche me plaît bien, elle cherche à convaincre; les médecins sont des pro et comme tout pro d'aucuns peuvent ne pas apprécier qu'un patient fasse lui-même sa propre prescription (même si cela arrive assez souvent).
Développer, comme tu le proposes, des arguments en faveur du baclo devrait l'aider à prendre la bonne décision.
Personnellement, je luis laisserais plus "la main" afin de l'aider à se décider sans le froisser.
Il me paraît utile de s'adresser à un médecin traitant en priorité, qui lui, doit connaître notre alcoolisme. Sinon, il faudra commencer par parler de ce problème et il se peut que le médecin (surtout si ce n'est pas le médecin traitant) s'assure de la réalité de ce problème. Ce ne devrait pas être long car nous en portons les stigmates.
Ceci étant posé je débuterais la consultation dans le style "vous connaissez le baclofène?" et :
- si "oui" alors "j'aimerais bien l'essayer"
- si "non" alors tes arguments (sans trop de mots médicaux je pense, sauf à exercer dans une des professions médicales ou paramédicales).
Je ne pense pas que le toubib laissera son patient dérouler ses arguments; il faut s'attendre à des contre-arguments déstabilisants mais bon, on ne peut tout prévoir.
Tant qu'il n'y a pas de "non" définitif, maintenir le dialogue en reprenant ton argumentation.
Pour l'AMM, si cela coince vraiment, proposer une décharge de responsabilité. Si possible en avoir une avec soi et la lui présenter tout, en lui disant que l'on comprend bien ses craintes...
Voili voilou, ce que ta proposition m'inspire.
@+
serge
Avatar de l’utilisateur
serge
 
Messages: 8
Inscription: 11 Mai 2010, 10:16

Messagede bellapomm » 23 Mai 2010, 14:34

bonjour,
Moi je choisis toujours mes docs et c'est lui qui a proposé en fait je ne sais pas s'il s'agit de convaincre son médecin ca fait un peu gourou du baclo je pense que le mieux c'est de trouver un service hospitalier ou un medecin qui est dans la mouvance du baclo
alors sur Paris et IDF ca va mais dans les trous perdus (c'est pas pejoratif) ca doit pas etre facile quoique j'en connais un dans une toute petite ville du berry il a été formé en alcoologie
je crois que la recherche du bon toubib enfin celui qui vous convient, comme dans toute maladie, est le plus important
Bellapomm
bellapomm
 
Messages: 2
Inscription: 17 Mai 2010, 21:25

Messagede faab » 14 Jan 2011, 12:03

Bonjour à tous,
petite inquietude : Ne pensez vous pas que l'affaire du "mediator" ne puisse rendre les médecins déjà frileux, totalement hermétique à la prescription du baclofène ?
Merci pour vos réponses.
Avatar de l’utilisateur
faab
 
Messages: 11
Inscription: 12 Jan 2011, 17:01

Messagede pierre olivier » 13 Mar 2011, 14:33

Je cite drjlary (cliquez sur le lien pour voir le post dans son contexte)

Bonsoir,
Je suis médecin et peux t'affirmer que la relation de confiance mutuelle est essentielle et tout peut se dire dans un cabinet. Un médecin ne juge pas, il se doit de venir en aide à une demande, une souffrance, une détresse. Il est d'ailleurs probable que ta démarche soit très bénéfique dans votre relation.
Bien à vous, Bonne nuit
pierre olivier
 

Messagede Nanar2956 » 03 Avr 2011, 22:14

Bonsoir,

J'aimerais bien en être aussi sûr ! Qu'on le veuille ou non les médecins sont des hommes (au sens humain) et ils jugent. Et certains détestent les toxicos de tout poil comme d'autres refusent de pratiquer des avortements, au risque de se mettre hors-la-loi. Mon médecin il est très bien, on peut l'appeler un dimanche, il vient à la maison. C'est le vrai médecin à l'ancienne sauf que c'est justement le vrai médecin bourgeois, pardon notable respecté et avec l'éducation qui va avec. C'est à dire que du point de vue de la psychologie c'est très simple : il faut prendre sur vous !
Je n'ai rien contre les médecins bien au contraire et comme me l'a dit Florieanne il y a quelques jours, ce ne sont pas des marchands de drogues. Mais beaucoup "souffrent" d'une certaines condescendance vis à vis des alcooliques. Ce n'est qu'un reflet de la société elle même tant il vrai que l'alcool dans les cas extrêmes nous renvoie à des images cauchemardesques.
Bref il nous faut du tact, et croire à notre chance.

Nanard
Avatar de l’utilisateur
Nanar2956
 
Messages: 21
Inscription: 27 Fév 2011, 13:08

Messagede Balthus » 04 Avr 2011, 16:54

Nanard,

De la simplicité avant tout!
Moi, c'était un psy volontaire qui me
le prescrivait en ignorant tout de la
posologie.
Puis j'en ai parlé à mon généraliste qui
a accepté de me le prescrire comme je le
souhaitais, en m'aidant avec les infos du forum.
C'est vrai que la dernière fois il m'a dit d'un
air bizarre : « quand est-ce qu'on baisse » ^^
J'ai répondu que ce n'était pas encore le moment
et je suis repartie avec mon ordonnance pour
trois mois...
Faire confiance peut être une bonne surprise!

Balthus
Avatar de l’utilisateur
Balthus
 
Messages: 222
Inscription: 26 Fév 2010, 23:02
Localisation: Cannes

Messagede Nanar2956 » 05 Avr 2011, 18:43

Bonsoir Balthus,tu as raison. Mais la confiance c'est aussi une question de feeling. J'avais il y a une dizaine d'années un psychiatre qui m'a bien sorti de ma dépression et sans m'abrutir, sauf qu'il voulait me soigner au lithium (bipolaire tu vois, coucou !, beuh..). Bonjour les effets secondaires ! Mais il a déménagé, quelle idée. Je suis sûr qu'avec lui j'aurais pu en discuter tranquillement, jamais il ne m'a pris pour un idiot alors que sa remplaçante était une vraie conne, désolé de le dire comme ça. Une autre fois mon médecin traitant (à qui je n'ai pas posé la question parce que trop sûr de la réponse -- j'ai peut-être tort et je m'interroge) m'as envoyé vers un spécialiste pour soigner une hépatite C que ma femme et moi avons ramassé bêtement en faisant le zouave avec une seringue à une époque où on ne parlait pas d'hépatite C et encore moins du SIDA. Bref, il se trouve que notre fils cadet a été contaminé lors d'une amniosynthèse, tous les toubibs sont d'accord là-dessus. Tous ? Sauf le-dit spécialiste qui m'a clairement laissé entendre que si mon fils était atteint c'est que je l'avais shooté ! Carrément.
]Donc voilà, la confiance c'est dans les deux sens. Le dernier que j'ai vu, très gentil au demeurant, m'a encore servi le petit speech '' vous êtes malade à vie, vous ne serez jamais guéri, si vous rebuvez, etc''. J'ai travaillé deux ans en psychiatrie avec des alcooliques et quatre ans comme éducateur spécialisé avec des enfants atteints de toutes sortes de troubles, donc le mental je sais à peu près de quoi il s'agit et ça me plairait de trouver un toubib qui m'écoute. Mais je suppose qu'on en est tous là. Pour l'instant le mot Baclofène est un gros mot comme pilule ou contraception avant 70 et le Planning Familial !
Peut-être qu'on a besoin d'un bon député comme madame Simone Weil. Quelle époque !
Amitiés.
Avatar de l’utilisateur
Nanar2956
 
Messages: 21
Inscription: 27 Fév 2011, 13:08

Messagede Balthus » 05 Avr 2011, 19:05

Nanard,

Le feeling, les affinités électives, tu as
raison, de plus tu connais le sujet, ta
profession t'expose à la détresse, elle
est indicible.
Pourtant je reste persuadée qu'un toubib
est capable d'entendre ton désir de guérir
quand bien même il passe par le baclofène,
pour peu que tu lui exposes quelques infos
que tu trouveras ici. S'il est un peu
curieux, il en a déjà entendu parler...
Peut-être as tu autour de toi des amis qui
ont cette relation privilégiée avec leur
doc?
Je souhaite ardemment que tu le découvres
et vite.
Amitiés.

Balthus

Avatar de l’utilisateur
Balthus
 
Messages: 222
Inscription: 26 Fév 2010, 23:02
Localisation: Cannes

Messagede bibou220 » 08 Juin 2011, 16:24

Bonjour
recherche medecin prescivrant du baclofene dans un de ces departements 34 11 66 30 84
si quelqu un pouvait m'aider ca serait bien venue
merci d'avance
caroline
bibou220
 
Messages: 1
Inscription: 08 Juin 2011, 15:30

Re: Discussion sur : Etablir une relation de confiance ...

Messagede Shioban » 18 Juil 2012, 10:50

Bonjour!


J'ai eu une chance folle sur le coup, mais en fait, depuis le temps que je connais ma doctoresse, le fait que je me prenne en charge et que j'arrive dans son cabinet avec des demandes ciblées, ou que je ne prenne rendez-vous qu'en cas de besoin absolu qu'elle m'ausculte, ça a établi un rapport de confiance mutuelle très précieux.

Le nombre de fois où j'ai simplement demandé à sa secrétaire, une consoeur, de lui transmettre un arrêt de travail, une ordonnance pour des séances de psy - notamment quand j'ai eu à faire le ménage en famille, donc eu une décision radicale à prendre concernant quelqu'un de proche qui me prenait pour son amie, son infirmière et sa copine tout ensemble... je ne les compte plus.

On avait travaillé ensemble à l'hôpital où elle se formait, il y a très longtemps. Et quand ma doctoresse d'avant a pris sa retraite, j'ai spontanément pensé à elle, qui a son cabinet pas loin de chez moi - j'avais vu que son nom figurait dans le tableau des praticiens lorsque je suis allée consulter par hasard pour un souci d'épicondylite, la maladie du coude des gens qui bossent sur un clavier d'ordinateur!

Donc c'est une relation de confiance qui s'est établie depuis quelques années, je dirais que je ne vais pas la consulter, mais qu'on collabore à mon mieux-être. Les pépins de santé que j'ai eu à traiter avec elle depuis sont en relation plus ou moins directe avec mon excès de poids (pour rappel, je prends le baclo pour régler mon souci d'addiction au miam-miam); elle attirait discrètement mon attention depuis une année sur un cholestérol un peu haut, etc...

J'ai débarqué l'autre jour avec une demande de vérifier ce qui se passait dans mon bidon douloureux 8 mois après l'ablation de ma vésicule biliaire, et ensuite je lui ai dis aussi sec que puisque la voie était désormais libre, j'allais m'occuper de ce truc qui me faisait suer depuis toujours.

Je lui ai demandé si elle avait entendu parler du truc, que dalle, alors j'ai parlé posément, aligné le strict nécessaire d'arguments, avec résultats et tout (j'avoue que j'ai la tchatche, l'habitude de causer devant des auditoires)... Elle a attrapé son livre de références sur les médocs, regardé les effets secondaires, ça lui a paru jouable en quelques minutes, je pense en fonction de notre relation de confiance: j'avais le dossier baclofène-Aubes dans mon sac, je l'ai sorti, en démontrant que je m'étais renseignée, que je n'attendais pas de miracle, mais que j'avais préparé ce moment depuis des années avec les thérapies, le ménage dans ma vie et même une réorientation professionnelle qui me conduit aujourd'hui à voir la baclothérapie comme un aboutissement plutôt qu'une solution à tout le reste.

Voilà.
Avatar de l’utilisateur
Shioban
 
Messages: 48
Inscription: 16 Juil 2012, 08:51

Re: Discussion sur : Etablir une relation de confiance ...

Messagede changethescript » 18 Juil 2012, 11:35

oui Shioban c'est hyper important la relation de confiance avec son médecin.
Tu aurais pu lui proposer de s'inscrire sur le forum médecins, qui est un lieu d'échange entre praticiens qui prescrivent du baclofène ce qui est très rassurant pour ceux qui débutent car ils se sentent épaulés par leurs confrères aguerris à la prescription.

Grosses bises
Change
Je ne suis pas médecin.
Les conseils que je vous donne sont de simples indications de répartition des doses prescrites par votre prescripteur.
Privilégiez toujours ses conseils par rapport aux miens.
Incitez le à s'inscrire, à se former et à participer à notre FORUM MÉDECINS
Renseignez vous sur le baclofène en vous rendant sur le site ARRETER DE BOIRE
Pour une aide sur votre traitement : DEMANDES DE RÉPARTITIONS
Avatar de l’utilisateur
changethescript
 
Messages: 12555
Inscription: 13 Aoû 2010, 15:20
Localisation: Marseille

Re: Discussion sur : Etablir une relation de confiance ...

Messagede Shioban » 18 Juil 2012, 11:44

A la première occasion, j'en recause avec elle. Je lui en ai parlé en vitesse, du forum-médecins, comme du reste, elle avait pas trop le temps pour une fois, consultation débordante en revenant de vacances... j'ai posé des jalons en lui laissant le dossier, en lui glissant que ça pourrait lui être utile si d'autres demandes arrivaient, et que ça ne m'étonnerait pas, vu l'essor que c'est en train de prendre.

La connaissant, ça resurgira au moment opportun, elle ira voir dès que quelqu'un d'autre viendra lui demander prescription.
Avatar de l’utilisateur
Shioban
 
Messages: 48
Inscription: 16 Juil 2012, 08:51


Retourner vers Discussion sur : Etablir une relation de confiance avec son médecin.

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

x