traitement

Re: traitement

Messagede ARIELLE » 24 Oct 2012, 22:51

Bonsoir,

J'avais commencé mais je crois que ce que je lisais c'était en 2010 si je ne me trompe et je voyais que pour elle les choses n'avançaient pas et j'ai arrêté de lire, cela ne m'aidait pas du tout, j'étais même mal pour cette dame et pour moi-même.

De plus, je ne sais pas trop comment fonctionne le forum. je n'ai pas vu de messages récents.

Je vais retourner voir si je retrouve.

Merci à vous.

Arielle
ARIELLE
 
Messages: 36
Inscription: 29 Juil 2012, 16:36

Re: traitement

Messagede hbb » 25 Oct 2012, 17:41

Non, Jade est inscrite depuis "peu". Pour les sujets récents, cliquez sur index du forum, sous le logo Aubes. Une page s'ouvre: à droite, une fenêtre "messages récents". En cliquant sur le sujet, vous l'ouvrez au niveau le plus récent. En cliquant sur le pseudo, vous ouvrez la page de celui qui vient de communiquer. Je suis sûre que vous pourriez communiquer avec Jade ou cracou.
Bon courage. Vous allez y arriver.
hbb
hbb
 
Messages: 15211
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: traitement

Messagede ARIELLE » 25 Oct 2012, 23:38

Merci à vous,

J'ai lu des messages de Jade, c'est vrai que certaines choses me font penser à notre situation à mon mari et moi.

Je suis de nouveau anéantie après avoir l'avoir pris sur le fait... je suis arrivée à un mauvais moment dehors ce midi, il ne s'attendait pas à ce que je sorte à ce moment là et moi je ne pensais vraiment découvrir ce que je n'aurais pas dû voir. Il dit que cela fait 3 semaines qu'il n'a pas consommé même au médecin à la psy et il veut me faire croire que c'est la vérité mais là ce n'est plus possible...

Je ne comprends vraiment pas car tout le monde dit que cela marche je veux bien mais je trouve que c'est pire, il a commencé il y a presque 5 mois il est vraiment bien suivi par un des 60 médecins qui participent à l'étude. Sa consommation est pour moi plus importante et il paraît que cela fonctionne aussi sur les autres addictions mais je ne vois aucune diminution au contraire.

Le traitement qu'il a est très fort 16 comprimés de Baclofène, plus séresta + 2 anti-dépresseurs par jour mais aucune amélioration...

Il est vrai aussi que ce n'est pas lui qui a décidé, il a accepté de faire certaines choses pour moi comme les cures, sevrage et baclofène mais à mon avis malgré toutes les aides médecins, psy et famille rien n'y fait...

Je vous souhaite une bonne nuit moi je vais essayer de dormir quand même...

Merci pour vos messages de soutien.
Arielle
ARIELLE
 
Messages: 36
Inscription: 29 Juil 2012, 16:36

Re: traitement

Messagede hbb » 26 Oct 2012, 14:35

Ne vous inquiétez pas, Arielle. Votre mari en est à ce fameux stade où tout semble se dégrader, comme ce fut le cas pour Jade et son mari. Elle était désespérée, et lui aussi, car ils ne boivent pas par plaisir.
Il faut continuer à augmenter, doucement mais sûrement. Par exemple, notre fils a guéri à 250mg (25 cachets). D'autres sont obligés d'atteindre 380mg.
Le traitement fonctionne: accrochez-vous à cette idée. Essayez de communiquer avec votre mari. C'est, je le sais pour y être passée avec notre fils, difficile mais vous ne pouvez pas savoir comme ils en ont besoin. Il faudrait aussi qu'il arrive à mettre des mots sur le point de sa vie où le bât blesse(enfance, stress je ne sais...) de façon qu'une fois soigné par le baclofène, il puisse reconstruire un avenir sur des fondations consolidées.
Ne baissez pas les bras. L'issue est peut-être floue pour vous, mais elle est là, tout bientôt.
hbb
hbb
 
Messages: 15211
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: traitement

Messagede grenouille29 » 26 Oct 2012, 15:00

Bonjour Arielle,

Je découvre ton fil,... (Je me connecte peu ces derniers temps).
Si j'ai bien lu, ton compagnon est à 160mg de baclo.
Comme dit hbb, chacun doit trouver sa dose seuil (accéder à l'indifférence), ça peut être long...
Voilà un an que j'ai commencé le traitement, et ai encore des "écarts", consommations que je cache moi aussi...
Malgré tout, je n'ai plus de gros dérapages. C'est actuellement les Effets Positifs du baclo pour moi. Et c'est énorme !!!

Peut-être as-tu besoin d'échanges (je crois que tu fais partie des ALANON ?)... un lieu de partages où l'on peut vider son sac avec des personnes qui vivent des situations similaires (tout comme hbb, J99.... à qui je fais un bisou au passage !).

Je te souhaite beaucoup de courage, patience, persévérance... (oui, ça fait beaucoup, mais bon !!!)

grenouille 29
Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir, et la folie furieuse d'en réaliser quelques uns...
Avatar de l’utilisateur
grenouille29
 
Messages: 337
Inscription: 04 Nov 2011, 07:53

Re: traitement

Messagede ARIELLE » 26 Oct 2012, 17:54

Merci pour vos messages d'encouragement hbb et grenouille, je comprends très bien ce que vous voulez dire mais maintenant je suis fatiguée d'attendre "le miracle", celà fait 22 ans que j'attends. ma patience a été mise à rude épreuve depuis ce temps surtout que j'ai caché la situation durant 20 ans...

Cela fait deux ans que mon mari est suivi et là ça fait 5 mois de baclofène. Pour le moment c'est impossible d'augmenter les doses (d'après le médecin) il ne supportera pas il est encore tombé ce midi. Je ne peux pas le croire quand il dit qu'il n'a rien bu... Hier il n'avait rien bu et même quand je l'ai vu remettre une bouteille dans une nouvelle cachette il n'avait rien bu.

malgré tout ce qui a été entrepris cures sevrage etc... psy etc...

Je trouve que c'est pire qu'avant le baclofène.

ce serait impossible pour lui de travailler, il dort beaucoup par forcément bien mais il fait des siestes en début d'après-midi et avant dîner ça lui arrive même des fois avant le déjeuner. Le soir il reste rarement regarder la télé...

Il n'a plus de vie... c'est impossible de continuer comme ça.

Merci à vous.

Arielle
ARIELLE
 
Messages: 36
Inscription: 29 Juil 2012, 16:36

Re: traitement

Messagede hbb » 26 Oct 2012, 23:07

Je ne peux qu'insister et essayer de vous convaincre d'aller lire le sujet de jade, sur les deux pages les plus récentes.
Qu'allez-vous gagner à abandonner le baclofène, seule solution qui fonctionne?
Il serait bon que vous arriviez à échanger avec votre mari. Il faudrait qu'il vous dise ses symptômes précis, sa répartition et ses heures de craving. Il se peut aussi, curieusement, qu'il soit à un dosage trop important. Une baisse de 1 cachet, puis 2 si cela ne suffit pas et une répartition différente pourraient lui permettre de revivre et vous aussi par conséquent.
Nous avons trop peu de données pour vous aider.
Et, je vous le redis, allez lire les échanges les plus récents avec Jade.
hbb
hbb
 
Messages: 15211
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: traitement

Messagede hbb » 26 Oct 2012, 23:23

viewtopic.php?f=1&t=3856&p=75573&e=75573
Voici le lien vers le sujet de Jade, en espérant que cela vous aide....
hbb
hbb
 
Messages: 15211
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

Re: traitement

Messagede jade » 26 Oct 2012, 23:42

Bonsoir Arielle!
en me promenant un peu sur le forum, je viens de découvrir ton fil...
Aussi je me permets ce petit mot d'abord pour te dire combien je comprends ta situation et combien je suis de tout coeur avec toi, et aussi pour essayer de t'apporter un peu d'encouragement...car, pour nous, la situation semble commencer à se débloquer...même si aujourd'hui, c'était "rechute"...Mais "rechute" après presque deux semaines de mieux, de vrai mieux, où mon mari n'a pas fait semblant d'aller mieux alors qu'il se cachait pour boire, comme c'était encore le cas il y a un mois et demi environ. Et puis, une rechute un peu plus contrôlée: il a bu une bouteille de vodka d'environ la moitié moins qu'auparavant et encore pas en entier...Et dans sa tête, il considère que c'est juste une rechute ( avant, il me disait dans ce cas-là: "en fait le baclo ça ne marche pas"; ou encore:"en fait je ne veux pas guérir..."etc) là , il me dit: "non, non, ne t'inquiètes pas, je ne remets pas ça demain; aujourd'hui, j'ai foiré ma prise de baclo avec un emploi du temps compliqué, c'est pour ça que j'ai plongé..."

Et pourtant, ce mieux d'aujourd'hui, je ne l'imaginais pas, il y a seulement trois semaines.En fait, j'ai l'impression que dans sa prise de baclo, il y a comme des paliers; des hauts et des bas.Et puis, insensiblement, les hauts durent un peu plus longtemps et ça lui donne du courage, et les bas sont un tout petit peu moins bas, et avec ce travail de fourmi, on avance malgré tout.
Moi aussi, j'ai vécu les bouteilles trouvées dans leur cachette. J'avais fini par m'en réjouir car alors, puisque c'était de la vodka, j'en vidais les deux tiers que je remplaçais par de l'eau...et je le laissais sereinement retourner à sa planque en me disant que de toute façon il ne boirait pas tant que ça cette fois-ci..et, le baclofène agissant, il ne se rendait effectivement pas compte qu'il avait nettement moins bu....
Ce qui est dur pour nous, accompagnants, c'est de comprendre que le baclofène amplifie les manifestations physiques de l'alcoolisme:en fait, mon mari boit moins mais titube immédiatement; aussi, j'ai tendance à le soupçonner davantage, alors qu'en réalité, il a quand même moins bu qu'avant le baclo....Maintenant, j'arrive à l'admettre , mais c'est lourd et ça fait tellement de peine, n'est-ce pas? de les voir dans cet état...
Mon mari en est à 220 mg; il avait eu un mieux à 120 puis plus rien jusqu'à maintenant.
Je ne sais trop si je peux déjà commencer à me réjouir, mais il est clair que son état d'esprit lui-même a changé...
C'est long, c'est lourd,mais nous arrivons à en parler tous les deux, et parfois il m'explique pourquoi il a bu, et ça m'aide à le comprendre et à tenir bon.
Je te souhaite beaucoup de courage et t'embrasse bien fort!
Puisse le forum t'apporter autant d'aide qu'à moi!!!
à Bientôt
jade
jade
 
Messages: 71
Inscription: 27 Juin 2012, 21:04

Re: traitement

Messagede joseph99 » 29 Oct 2012, 17:49

Arielle,

Je viens de lire quelques échanges sur votre sujet ; votre découragement est légitime et très compréhensif ; toutefois, 22 ans auprès de votre mari : n'est-ce pas une belle preuve d'amour et de soutien?
Un an, peut-être un peu plus, pour le voir se sortir de la galère : c'est peu ; et ne voudriez-vous pas être à ses côtés quand il sera guéri?
Si j'avais laissé mon mari, seul, aux pires moments de sa maladie ou aux pires moments du traitement, je n'aurais jamais eu le bonheur de partager avec lui sa guérison!
Arielle, c'est difficile d'accompagner mais c'est encore plus difficile de se soigner de cette horrible maladie ; on vous l'a dit plusieurs fois, prenez un peu de distance, allez chez vos enfants, laissez votre mari commencer à gérer son traitement, reposez-vous et revenez à lui sans défiance à son égard ; s'il fait des écarts, des cachotteries, laissez faire ; ça ne changera rien de le culpabiliser un peu plus ; ce ne sont pas ces écarts qui comptent ; ce qui compte c'est la prise du traitement ; prise régulière, bien dosée (avez-vous eu l'avis de Change sur ses doses et répartitions?).
Courage Arielle
J99 épouse de Joseph99
Avatar de l’utilisateur
joseph99
 
Messages: 782
Inscription: 14 Avr 2012, 10:26

Re: traitement

Messagede ARIELLE » 05 Nov 2012, 22:03

Bonsoir,

J'avais bien lu vos posts mais n'avais pas le courage d'écrire trop malheureuse et en même temps en colère.

Joseph99 cela ne fait pas 22ans que je suis avec mon mari mais 38 ans passés dont 22 avec de l'alcool. Cela fait 2ans 1/2 qu'il a fini par accepter à se soigner mais je dois dire que vu ce qui se passe encore depuis une semaine je suis encore plus dégoûtée.

Je connais les effets des médicaments mais vu ce que j'ai encore trouvé la semaine dernière et même hier (sans chercher) alors qu'il disait ne rien avoir consommé depuis une semaine, ce n'est pas possible.

c'est sûr il consomme de plus en plus... et rien n'y fait, il est toujours dans le déni.

L'autre jour on avait rendez-vous chez le médecin il est parti sans moi... la semaine dernière il n'est pas allé voir la psy et n'est pas allé non plus à la dernière réunion Vie libre.

j'avais envoyé un message à Change mais je ne sais pas si mon message est bien arrivé je n'ai jamais eu de réponse.

Désolée si cette fois je ne suis pas optimiste ce n'est pas mon genre mais là c'est trop difficile.

Bonne soirée

Arielle.
ARIELLE
 
Messages: 36
Inscription: 29 Juil 2012, 16:36

Re: traitement

Messagede Julie-Lillith » 06 Nov 2012, 01:07

Bonsoir Arielle.

Je viens de lire votre "sujet", en entier.
Je me permets de venir vite vous écrire avant de me coucher.

Moi-même, alcoolique, fille d'alcoolique (décédé en 2009 d'une flambée d'hépatite), j'ai 37 ans, sans enfants, sous Baclofène depuis juillet 2012, après une quinzaine d'année à sombrer, doucement, mais surement dans l'alcool.

Je travaille chaque jour, et ne me suis pas arrêtée, depuis le début du traitement (sauf quelques semaines, en aout, vacances classiques), je suis à 105mg/jour, et je rêve chaque jour de pouvoir faire les siestes que fait votre époux...

Ma vie avec l'alcool et avant le baclo a duré une quinzaine d'années.
Si j'ai bien lu votre histoire, Mr Arielle boit depuis 22 ans. Pfou, que c'est long, 22 ans d'une vie, enchainée, chaque jour, à ce boulet, qu'est l'alcool. Pour moi, déjà, quinze années de ma vie gangrénée par ce fléau, c'est assez. Mais je ne peux qu'être patiente, et prudente, avec le traitement au Baclofène.
J'ai des moments de doutes, des moments d'alcoolisations intenses, peu de moments de calme.
Certains sont montés très haut avant d'atteindre l'indifférence espérée (Plus de 300mg/jour parfois...).
J'espère ne pas avoir besoin de prendre autant de Baclofène pour m'en sortir, mais si il le faut, je le ferais.

Bref, Arielle, je voulais vous dire que j'ai peur tous les jours, pour moi, pour ma vie professionnelle, pour ma petite personne, pour mon entourage qui m'aime et aimerait me voir "mieux". Je suis épuisée, même à 105mg/jour, parfois, je pourrais tomber, face contre le sol, tellement cette lutte est difficile. Vaincre tant d'années d'accoutumance n'est pas chose aisée...

J'ai peur, peur de me découvrir sans alcool, après toutes ces années où ce produit m'a "soutenue" en me détruisant. Aujourd'hui, je suis sur le chemin, mais ce chemin est long et difficile.

Votre époux a peur aussi, je pense, il doit être terrifié.
Ce n'est ni de votre faute, ni de la sienne.
C'est juste toute la difficulté de quitter l'alcool, et cette difficulté est immense, quel que soit notre âge, notre volonté, notre désir.

HBB et J99, vous ont épaulées, leurs paroles sont comme un baume sur votre coeur meurtri par tant d'années de souffrances. Je viens chez vous en simple "baclo-traitée", et je voudrais vous donner du courage. Qu'est-ce que 2 ans et demi de prise en charge médicale face à 22 ans d'alcoolisme....? Ce n'est que le début, c'est un merveilleux début.
Vous avez le droit, bien sur, Arielle, d'être fâchée. Mais nous les Zalcooliques, nous les "vilains" de cette affaire, avons le droit d'avoir un peu de temps, et de cacher encore les bouteilles, et de mentir un peu, de mentir encore, pour sauver ce qui reste de notre honneur déchu.

J'espère que ces quelques mots vous aideront à remettre chaque chose à leur place.
Si ce n'est pas le cas, je reste disponible pour vous aider, vous Arielle et Monsieur Arielle.

Au plaisir de vous lire et d'avoir de bonnes nouvelles, bientôt!

Julie.
Coureuse de fond....
Avatar de l’utilisateur
Julie-Lillith
 
Messages: 310
Inscription: 09 Juin 2012, 14:46
Localisation: PARIS

Re: traitement

Messagede changethescript » 06 Nov 2012, 02:09

Bonsoir Arielle,

j'avais envoyé un message à Change mais je ne sais pas si mon message est bien arrivé je n'ai jamais eu de réponse.


Aux alentours du 3 octobre effectivement tu m'as envoyé des messages privés, et j'ai répondu au premier en ces termes :

Re: Coucou

Envoyé: 03 Oct 2012, 23:55
de changethescript
Arielle,

Je ne veux pas aller contre la prescription de son médecin mais la répartition est loin d'être idéale.
De plus prendre 1 seresta, plus 1 seroplex, je ne suis pas étonnée qu'il ne tienne pas debout.

Je te propose de modifier cette répartition. Et je ne parle que du baclofène. Le reste ce n'est pas mon rayon du tout. Je ne veux absolument pas toucher à cette prescription. Je ne le fais JAMAIS ! Simplement modifier la façon de prendre le baclofène et je peux te garantir que ton mari d'abord boira moins et sera en bien meilleure forme. Peut être même à un dosage bien plus faible qu'à 100 mg tu vois ...

Si tu veux posons la question au médecin du forum, mais ce sera public, pas privé. C'est comme tu veux.

Grosses bises et courage.
Change


S'en est suivi un échange de mails, et j'ai terminé en te disant :

Re: Coucou

Envoyé: 04 Oct 2012, 11:10
de changethescript
D'accord Arielle.

A ta disposition en tout cas.
Tiens moi au courant.

Bises
Change


Ton mari est malheureusement dans le déni Arielle. Et malgré toute ta bonne volonté et tout ton amour, tant qu'il n'en sortira pas, je ne vois pas trop de solution. Des tas d'accompagnants ont du être confrontés à ce problème et doivent pouvoir t'aider aussi. Je reste bien évidemment à ta disposition pour sa répartition si tu arrives à le convaincre.

Bises
Change.
Je ne suis pas médecin.
Les conseils que je vous donne sont de simples indications de répartition des doses prescrites par votre prescripteur.
Privilégiez toujours ses conseils par rapport aux miens.
Incitez le à s'inscrire, à se former et à participer à notre FORUM MÉDECINS
Renseignez vous sur le baclofène en vous rendant sur le site ARRETER DE BOIRE
Pour une aide sur votre traitement : DEMANDES DE RÉPARTITIONS
Avatar de l’utilisateur
changethescript
 
Messages: 12418
Inscription: 13 Aoû 2010, 15:20
Localisation: Marseille

Re: traitement

Messagede joseph99 » 06 Nov 2012, 10:06

Arielle,

Comme les paroles de Julie Lillith doivent vous aider à comprendre ce que HBB et moi, en tant qu'accompagnantes, essayons de vous dire depuis le début de votre inscription ;
vous savez quand on est à l'hôpital, on vous demande de donner, entre 1 et 10 sur une échelle de la souffrance, le nombre qui vous correspond le mieux ; il n'est pas possible de mesurer la souffrance de l'autre, suffit qu'il dise qu'il souffre pour que l'on prenne en compte cette souffrance ; mais on sait tous très bien qu'à même degré de souffrance certains inscrivent 3 quand d'autres inscrivent 9 ;
votre mari est peut-être de ceux-là ; il souffre sans rien dire et là, ne rien dire ne veut pas dire être dans le déni ; ne rien dire pour lui c'est cacher sa honte de son alcoolisme, sa peur de guérir, son ras-le bol de vous gâcher la vie, son incompréhension de ce qui lui arrive ......
Laissez-le cacher ses bouteilles, cessez de les chercher, faites-lui l'honneur de ne pas le déshonorer en lui faisant des remarques sur les bouteilles trouvées, sur ses mensonges et sur son état .... autant de choses qui blessent et entravent sa route vers la guérison.
Et si cela est au-dessus de vos forces, je vous avais conseillé et je réitère mon conseil, allez chez vos enfants (ou ailleurs!) et laissez-le gérer lui-même sa situation.
Et si vous pensez qu'il n'en est pas capable alors, c'est que son entrée en traitement ne lui est pas possible pour l'heure ; on aide mais on ne force pas quelqu'un à guérir.
Arielle, nous comprenons combien votre situation, votre place est difficile ; posez-vous un instant, parlez-en au médecin, mais si j'ose dire, ne harcelez plus votre mari. Acceptez-le malade.
Revenez nous voir autant que de besoin.
J99 épouse de Joseph99
Avatar de l’utilisateur
joseph99
 
Messages: 782
Inscription: 14 Avr 2012, 10:26

Re: traitement

Messagede hbb » 06 Nov 2012, 11:45

Une autre piste, certainement très difficile à mettre en place : votre mari n'est pas dans le déni. Il sait très bien où il en est, mais il NE PEUT PAS faire autrement pour le moment. C'est un besoin devenu physiologique. J'en parlais récemment avec notre fils. Il me disait qu'il était tellement mal qu'il buvait pour être un peu mieux, un instant, même en sachant que la suite serait pire.
Seul, le baclofène peut le couper de ce besoin.Le temps doit lui paraître long, autant qu'à vous. Comme le dit J99, il doit avoir le vertige en pensant à l'après, dont il ne peut comprendre, pour le moment, les bienfaits qu'il y trouvera.
Cette autre piste, une fois ces mots posés, serait d'instaurer le dialogue. Lui dire qu'il n'y a pas de honte, que son honneur -et là, je réponds à Julie- c'est d'avoir accepté ce lourd traitement de fond pour un retour vers les "vivants", que vous n'êtes pas dupe, que vous savez qu'il boit en cachette, mais que vous êtes là pour l'aider encore et encore, que vous préféreriez faire équipe, pouvoir en parler avec lui, suivre ensemble les progrès et les inconvénients du traitement, essayer de trouver des solutions, ce qui est difficile pour nos malades.

Travaillez pour qu'il l'admette, sachant que vos propres difficultés ne seront pas résolues pour autant et que chaque bouteille égarée vous crèvera le coeur. Mais vous n'avez malheureusement que le baclofène pour vous sortir de là. Voici 38 ans dont 22 ans d'alcool, que vous restez à ses côtés. Vous ne pouvez pas abandonner maintenant, alors que vous avez la solution entre vos mains,car, même si elle vous semble inaccessible, c'est la seule qui fonctionne.
Vous a-t-il confié les raisons profondes de son alcoolisation ? enfance, mal-être, angoisses, dépression chronique ? Là aussi est le chantier : enlever le caillou dans la chaussure, comme je le dis parfois ;même s'il reste une cicatrice sur le pied, la marche est rendue facile.

Nous sommes tous à vos côtés, comme vous pouvez le lire.
hbb
hbb
 
Messages: 15211
Inscription: 27 Sep 2011, 15:14

PrécédenteSuivante

Retourner vers Le rôle de l'entourage dans la guérison de l'alcoolisme

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

x